Brünhilde Blum, tome 1 : Vengeances, de Bernhard Aichner

Vengeances

Quatrième de couverture

Brünhilde Blum déteste son prénom. Elle déteste encore plus ses parents adoptifs, propriétaires d’une entreprise de pompes funèbres. Lors d’une croisière, Blum – comme elle se fait appeler – décide qu’il est temps pour eux de mourir… Elle a 24 ans.

Huit ans plus tard, elle vit avec l’homme qui le premier a répondu à l’appel de détresse lancé depuis le voilier. Mark est policier. Elle a repris et modernisé l’entreprise familiale. Ils sont les parents de deux fillettes de 3 et 5 ans. Ils sont heureux.

Un jour, Mark est tué à moto, renversé par une voiture. Tout, sauf un accident. Blum découvre que Mark enquêtait sur l’enlèvement de Dunja, une jeune Moldave, séquestrée et torturée par cinq hommes masqués. Pour venger Mark, Blum décide de les éliminer. Mais ce qu’elle va bientôt découvrir dépasse l’imaginable !

 

Chronique de Melisande

Vengeances est un roman assez surprenant dans le genre et je vous invite à le découvrir parce qu’il en vaut la peine. Même si ce n’a pas été un coup de cœur pour moi, je dois le reconnaître que Bernhard Aichner a su créer des personnages intéressants pour nous tenir en haleine et aussi par son écriture assez incisive.

Avant de parler de l’histoire et de ses fameux personnages, parlons déjà du style littéraire. L’auteur a une écriture assez spéciale, cela donne la sensation de lire un texte « haché », les phrases sont souvent courtes et sèches avec un petit côté mordant. C’est assez particulier et j’avoue qu’au début j’ai eu un petit peu de mal parce que ça n’est pas fluide mais je trouve que cela donne une certaine ambiance au livre et que cela correspond bien à l’histoire. Ce n’est pas désagréable en soi mais ce n’est pas ce à quoi je suis habituée. Je vous invite à lire un extrait du livre pour vous donner une idée.

L’histoire est celle de Brünhilde Blum dite Blum, une femme qui est loin d’être un ange vu qu’elle tue ses parents alors qu’elle est âgée de 24 ans. Dès les premières pages le ton est donné et l’on se demande bien où l’auteur va nous emmener avec une telle héroïne. Huit ans plus tard, lorsque son mari est tué alors qu’elle vivait le parfait amour avec lui, elle découvre qu’il enquêtait sur une affaire de manière officieuse : l’enlèvement, séquestration et torture sur une jeune femme qui pense que la mort de Mark n’a rien d’un accident. Blum décide de se venger et de retrouver ceux qui sont responsables de la mort de son mari ainsi que ceux qui ont torturé Dunja.

Blum est une femme à double visage. On peut voir qu’elle cache un côté cruel et froid qui lui permet de tuer sans aucune gêne et de l’autre une femme amoureuse qui a perdu l’amur de sa vie et une mère aimante qui est prête à tout pour ses enfants, pour ses deux petites filles pour qu’elles soient le plus heureuses possible. L’auteur joue sans cesse sur cette dualité qui rend le personnage assez intéressant, à la manière de Dexter, référence qui est d’ailleurs faite dans le livre.

Blum est un monstre pour ce qu’elle fait, dans une toute autre histoire c’est elle qu’on chasserait pour ce qu’elle commet et pourtant on n’arrive pas à lui en vouloir et à la considérer comme un monstre mais plutôt comme une sorte de « Robin des bois » dans le sens où elle se met hors la loi et commet l’irréparable mais pour finalement faire le « bien » et rendre justice. C’est donc un sentiment assez ambigu parce qu’on sait qu’on ne devrait pas l’apprécier à cause de ce qu’elle fait et de l’autre elle n’est jamais décrite comme un monstre assoiffée de sang. L’auteur a su bien gérer ces deux aspects de la personnalité de Blum.

L’histoire est plutôt bonne et bien menée dans le genre, c’est une vraie enquête dans laquelle se lance Blum pour découvrir la vérité sur cette Dunja, sur ce que faisait son mari en dehors de ses heures de travail. C’est tout un travail d’investigation et lorsqu’elle découvre l’ampleur de l’affaire, Blum n’hésite pas une seconde et se lance dans une vendetta qui va être plus que sanglante. J’avoue que je ne m’attendais pas à certains aspects de l’histoire, je n’imaginais pas cela mais en même temps cela n’avait rien d’étonnant. Lorsqu’on repense à certains éléments, c’était clair comme de l’eau de roche et il ne pouvait pas en être autrement.

La fin est surprenante aussi, enfin en partie, je l’avoue que je m’y attendais un peu quand on commence à connaître les personnages, je me suis doutée qu’à un moment donné cette révélation allait être faite mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi tard. Cette fin remet en cause un certain nombre de choses et en même temps, l’auteur continue sur sa lancée vis-à-vis de ses personnages. Je n’en dirai pas plus pour éviter tout spoiler et ne pas vous mettre sur une piste mais je suis certaine que lorsque vous découvrirez l’ensemble de l’histoire vous penserez comme moi.

En bref, Vengeances est un roman qui m’a bien plu car l’auteur a su créer un personnage intéressant qui m’a donné envie de continuer son histoire. En soi, elle est plutôt « classique » dans son traitement pour tout le côté enquête et vengeance mais c’est très efficace. Le style de l’auteur est incisif et c’est en totale cohésion avec l’histoire. J’ai passé un bon moment de lecture en compagnie de Blum… Alors, est-elle un ange ou un démon ?

 

Vengeances

Brünhilde Blum, tome 1

Bernhard Aichner

L'Archipel

Thriller-Policier

350 pages

20,99€

 

Melisande

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 27/02/2016