L'homme qui rêvait, Tome 1 : Aristote, de John Marcus

 

l-homme-qui-revait-1.jpg

 

Quatrième de couverture :

« Un pamphlet divertissant, instructif et tonique contre la dictature économique et la résignation politique ». Coup de coeur des librairies LCI - France Info, Valérie Expert « Une société meilleure est-elle possible ? Maintenant ? » C est en tout cas ce que pensait le sénateur Aristote avant d être retrouvé sauvagement assassiné dans la célèbre villa Arabe, quelques jours à peine après l annonce de la création du PIB, le nouveau Parti international du bien-être. Dans l agitation qui suit la mort du vieux sénateur, candidat à l élection présidentielle, la fine équipe du « 36, quai des Orfèvres », dirigée par le commissaire Delajoie, est aussitôt lancée sur la trace des meurtriers. Quelles relations pouvait bien entretenir le politicien avec un joueur invétéré de poker et un jeune trader londonien, eux aussi retrouvés à l état de cadavres ? Quels puissants intérêts menaçait donc Aristote, celui que tous nommaient « L utopiste du Luxembourg » ? Qui pouvait avoir peur des propositions originales énoncées dans son programme et des changements radicaux de société qu elles auraient engendrés ? Traquant la main invisible du Marché, l équipe du commissaire Delajoie entreprend alors un voyage insolite au coeur de l économie politique. D Adam à Lycurgue, de Sismondi à Gesell, d Owen à Proudhon, de Veblen à Duboin, de Keynes à Sen, autant de témoins improbables qui aideront pourtant les policiers à comprendre le mobile des meurtres et à retrouver le ou les coupables.

 

Chronique de Sybille :

Pour tout vous dire, je n'ai pas été séduite par ce roman, bien que je comprenne tout à fait qu'il puisse intéresser ! Je remercie l'Autre Éditions de m'avoir permis de lire ce livre.

J'étais contente de pouvoir le découvrir, car j'avais beaucoup entendu parler de l'auteur, donc j'étais impatiente de lire une de ces oeuvres. Visiblement, ce roman là n'était pas fait pour moi. En effet, lorsque j'ai lu la quatrième de couverture, j'étais persuadée d'avoir affaire à une enquête policière, où j'aurais le plaisir de découvrir les indices en même temps que les enquêteurs, de suspecter au moins tous les personnages du livre, bref, je pensais lire une enquête ordinaire. Cela n'a pas été le cas. En effet, le roman est en fait une sorte d'essai politico économique, puisque tout est basé sur la vision économique et politique qu'avait Aristote, le sénateur tué.

Du coup, ma lecture a été plutôt laborieuse, car je ne suis pas fan des essais économiques et étudiant le droit économique à longueur de journée, je dois dire que j'avais bien envie d'un bon policier ordinaire. J'ai trouvé certains passages longs comme celui du cours d'économie par un professeur renommé, ou encore celui de la pièce de théatre. On ne voit pas tout de suite l'intérêt d'autant de descriptions .  Malgré ce bémol, Il faut tout de même avouer que l'auteur est tout à fait calé sur le sujet et maîtrise parfaitement l'économie.Son écriture est très descriptive mais aussi très explicative, on en apprends tout de même beaucoup !

Concernant les personnages, j'ai trouvé que certains d'entre eux étaient touchants et intriguants comme le commissaire Delajoie, un policier gay qui a perdu son fils, ou encore l'ancien élève d'économie devenu flic. Ceci dit, les personnages étaient beaucoup trop nombreux à mon goût (au moins 6 ou 7) et je les confondais très souvent, sans vraiment pouvoir me souvenir de leurs noms. C'était donc assez frustrant pour moi.

Malgré une petite déception pour ma part, si vous êtes un passioné d'économie, un politicien, un étudiant en sciences politiques ou tout simplement un gros curieux, je ne doute pas un seul instant que vous serez apprécié ce livre à sa juste valeur !

L'homme qui rêvait, tome 1 : Aristote

John Marcus

L'autre éditions

396 pages

19,90 euros

 

Sybille

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 25/06/2012