Le cycle de l'Homme 2 : Prédateurs, de Maxime Chattam

 

 

 

Quatrième de couverture

Une guerre sans nom. Le débarquement libérateur est imminent. Parmi les GI’s, la tension est extrême. Mais cela ne peut suffire à expliquer le crime abominable découvert sur l’un des navires alliés : un soldat a été retrouvé pendu par des crocs de boucherie, la tête remplacée par celle d’un bélier. Le lieutenant Frewin de la Police militaire et l’infirmière Ann Dawson dépêchée sur les lieux en sont convaincus : c’est l’œuvre d’un tueur redoutable qui jouit de la souffrance qu’il inflige. Malgré le déclenchement de l’offensive, les meurtres se poursuivent avec un raffinement croissant dans l’horreur.

Frewin et Dawson orientent alors leur enquête vers la 3e section de la compagnie Raven, une poignée de durs qui forme un cercle très spécial…

Chronique d'Alexandre

Voici le second volet de la trilogie de l’Homme de Maxime Chattam.

Imaginez-vous en plein cœur d’une sordide affaire de meurtres, tous plus macabres les uns que les autres, imaginez-vous traquer un monstre sadique à l’intelligence supérieure, imaginez-vous devoir mener votre enquête au mieux alors que la guerre fait rage, imaginez-vous…

Dans ce volet de la trilogie, vous aurez l’occasion de suivre le Lieutenant Craig Frewin et son équipe, tous membre de la PM (Police Militaire), ainsi qu’Ann Dawson, infirmière. Vous serez plongé au cœur de la guerre 40-45, lors du débarquement des forces alliées, et suivrez la traque d’un tueur en série aux pratiques plus que douteuses.

Le Lieutenant Frewin et son équipe sont sollicités pour l’assassin d’un soldat récemment retrouvé décapité, pendu à des croches de boucherie, et dont la tête a été remplacée par celle d’un bélier. Pire encore, le corps du malheureux à visiblement été placé de la sorte pour être exhibé.

Peu de temps après, c’est le corps d’un autre malheureux qui est retrouvé, enseveli sous une impressionnante couche de ruban adhésif noir et ayant avalé de force un scorpion vivant.

Quel est ce tueur aux pratiques aussi barbares ? Pourquoi tue-t-il ? Quand recommencera-t-il ?

Une seule certitude : il faut à tout prix arrêter cette personne avant qu’elle ne recommence à tuer, encore et encore…

 

C’est un Maxime Chattam toujours aussi excellent que l’on retrouve ici. On aurait pu craindre de voir l’intrigue délaissée au profit des scènes sanglantes (très nombreuses dans cet ouvrage), mais que du contraire ! Tout au long de son récit, l’auteur nous emporte dans toutes les directions.

La complexité de l’enquête, les fin de chapitres laissées en suspens, laissant augurer le pire, le côté mystérieux est pourtant extrêmement bien défini des personnages vous satisfera pleinement, vous qui êtes amateurs d’histoires complexes, pour ne pas dire complètement tordues, mais ô combien délicieuses !

Je l’ai dit précédemment, les scènes gores sont au rendez-vous dans cet ouvrage. Et même plutôt deux fois qu’une ! On verra ici l’auteur déployer tout son talent pour nous décrire des scènes d’une rare atrocité sans jamais tomber dans la caricature sanguinolente, ni dans le vulgaire ou encore l’impression de saleté qui peut émaner de ce genre de descriptions. Que du contraire, ici, ce qui domine n’est pas un sentiment de malaise vis-à-vis de la scène décrite, mais bien le vécu des protagonistes ! Exploit d’écriture d’autant plus appréciable qu’il est rare…

 

Comme à son habitude, Maxime Chattam dérange. Les théories avancées par ses personnages, comme par exemple par Ann Dawson aux trois quarts de l’ouvrage vous pousseront à vous poser des questions. Et si elle avait raison ? Si la race humaine était condamnée à s’éteindre de son propre fait ? Et si l’être humain portait vraiment en lui toute la sauvagerie qu’elle nous dépeint ?

 

Autant de questions que l’on redoute autant qu’on les retrouve avec délice.

 

D’aucuns pourraient trouver que les scènes sanglantes se succèdent à un rythme trop important, prenant le pas sur l’enquête et l’aspect « psychologique » du thriller, dont l’auteur sait si bien jouer. A ceux là, je répondrais qu’ils ont tout à fait raison, tout comme j’affirmerais à leurs détracteurs qu’ils sont également dans le vrai. En effet, l’aspect psychologique est bien présent, mais apparaît plus en filigrane. Il est présent tout au long de l’ouvrage, les passages sanglants les masquant quelque peu.

Ce qui pourrait être un défaut pour certains peut se révéler être une qualité pour d’autres. Je suis de ceux qui estiment que l’équilibre entre psychologie et boucherie est parfaitement respecté et apporte beaucoup à l’ouvrage.

 

En attendant, je ne saurais que vous conseiller de foncer chez votre libraire acheter cet ouvrage qui en vaut vraiment la peine.

Toutefois, ceux qui n’aiment pas trop les scènes violentes et sanglantes, il serait plus sage de vous abstenir, le risque de ne pas aimer ce récit étant grand…

 

Prédateurs

Le cycle de l'Homme, tome 2

Maxime Chattam

Albin Michel

459 pages

22 €

 

Alexandre

 

 

Commentaires (1)

Vanessa
Ah super ce bouquin, l'auteur est un de mes auteurs préférés, j'ai beaucoup apprécié ce tome ci, il est excellent et très intelligent ! beaucoup surprise quand la vérité est révélée...un coup de coeur !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 25/06/2012