Maldonne, de Rolande Tisseyre

 

maldonne.gif

Quatrième de couverture

"Il n'y a pas d'affaire Cassagne" dit le procureur au commissaire Cadillac, qui sait pourtant, que la chevaleresque Albina n'a pas déshérité ses enfants sans raison, à la veille de sa mort suspecte.

Avec ses inspecteurs, il va traquer, dans l'ombre et sans relâche, l'ange noir qui plane sur la Malvie, une maison si belle qu'elle suscite toutes les convoitises. Il découvrira au fil de l'enquête un sombre secret lié à une fortune probablement mal acquise qui plonge ses racines dans un passé lointain.

Cadillac se sent dupé comme dans une partie de cartes où l'adversaire est trop chanceux. Y a-t-il eu maldonne ou tricherie avec cet argent sale tombé dans des mains innocentes ? Et quel est le mobile ? Haine et vengeance ou sordide cupidité ? Lequel des séduisants suspects manipule un complice, à moins qu'il ne soit manœuvré par lui ?

Mais ces drames ne doivent pas faire oublier que nous sommes en Périgord où l'humour n'est jamais bien loin.

On sait trop bien ici que les grands éclats de rire sont le soleil de la vie. Et la vie est si belle ! ... O Dordogne, écrire sous tes grands arbres, à l'ombre de tes fabuleux châteaux !

 

Chronique de Ceinwèn

Merci aux éditions du Pierregord pour m’avoir permit de lire ce roman ! J’étais un peu sceptique, je l’avoue, mais il s’avère qu’au final ce fut une lecture très agréable et sincèrement je me suis laissée emporter par l’enquête et ses personnages !

Je commence tout de suite par le petit détail qui m’a chiffonné et qui baisse ma note : l’écriture un peu grandiloquente de l’auteur. Par moment nous avons de grandes envolées lyriques, principalement lorsque l’auteur décrit le pays, qui me déboussole et me déconnecte complètement de l’histoire. Donc vouloir décrire son amour du pays, ou ses leçons de vie c’est une chose, mais je trouve dommage que par moment cela se fasse au détriment de l’histoire.

Concernant le personnage, le commissaire est parfois un peu « vieux » (euh moi j’aime ma maison moderne et j’en ai pas honte) mais tous sont agréables. Ils ont tous des moments où le lecteur ne sait plus s’il l’aime ou non, des moments où ils ont des faiblesses humaines, morales. Des personnages accessibles donc, avec toujours un double point de vue au moins. On saute de l’un à l’autre, sans être frustré de ne pas rester plus avec l’un ou l’autre. Bref agréables, même pour les plus égocentriques d’entre eux !

Le scénario lui est plutôt banal en somme : un meurtre qui arrive plutôt à point nommé et un commissaire qui ne veut pas lâcher le morceau. On regrette au début d’avoir le prologue – j’ai un moment pensé qu’il me gâchait une partie du plaisir – mais…au fil de la lecture on se rend compte que pas du tout. Au contraire il apporte une dimension plus profonde à l’enquête et permet à l’auteur d’éliminer de l’esprit du lecteur une fausse piste qui ne sera qu’un prétexte.

Bref, je ne sais pas si j’ai fait passé mon ressenti alors je résume. J’ai beaucoup aimé cette enquête ! Je me suis complètement laissé prendre par la main, et entrainer avec les différents protagonistes. J’ai aimé suivre les personnages si humains – cruels et tendres, doux attentifs et égoïstes – et tenter de démêler les fils de cet imbroglio !

C’est une enquête française, cela se ressent dans le style, l’écriture et aussi l’idée et les personnages – l’Amérique c’est assez typique comme cadre d’enquête – mais ce n’est pas un problème ! Seuls les aficionados du thriller outre-Atlantique trouveront à redire.

Je recommande donc ce polar très sympathique et vais surement me mettre de côté la suite des aventures de cette brigade (je crois avoir lu qu’il y avait d’autres enquêtes avec eux).

 

Maldonne

Rolande Tisseyre

Editions du Pierregord

443 pages

20€

 

Ceinwèn

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 22/01/2016