Carnages, Maxime Chattam

 

 

Quatrième de couverture

Harlem Est. 18 novembre, 8h28. Ils sont tous là, dans le hall de l’entrée du lycée. Plus que quelques minutes avant le début des cours. Parmi les élèves, un adolescent prépare son arme. Le carnage peut commencer…

Quand l’inspecteur Lamar Gallineo arrive sur les lieux, c’est pour découvrir le cadavre du tueur qui a retourné son arme contre lui. L’affaire dépasse rapidement le fait divers : de nouvelles tueries ont lieu dans d’autres établissements.

Lamar doit à tout prix enrayer cette macabre épidémie. Mais les apparences sont trompeuses.

Toujours.

 

Chronique d'Alexandre

C’est du livre « Carnages » de Maxime Chattam dont je vous parlerai aujourd’hui.

Dans cet ouvrage, vous aurez l’occasion de suivre Lamar Gallineo, lieutenant dans les services de police de New-York.

Lorsqu’un des élèves du Lycée de Harlem est pris d’une folie meurtrière et qu’il décime la population de ses camarades avant d’aller s’enfermer pour se suicider, tous pensent à un évènement, certes très regrettable, mais isolé.

Mois d’une semaine après, la même scène se répète dans un lycée du Queens, ainsi que dans un troisième dans les jours qui suivent.

Lamar ne croit plus à la coïncidence. Quelque chose lie ces massacres et rien ne semble indiquer qu’ils sont sur le point de s’arrêter.

C’est une course contre la montre qui commence alors pour le lieutenant au cours de laquelle il devra faire face aux préjugés de ses compatriotes. Mesurer deux mètres n’est déjà pas facile tous les jours, mais quand de surcroit on est noir dans une ville où le racisme n’est pas aussi loin qu’on pourrait le croire n’est pas pour vous aider lorsque vous devez résoudre de toute urgence une enquête…

Comme dans chacun des ouvrages de Chattam qu’il m’a été donné de lire, une ou plusieurs questions dérangeantes, interpellantes apparaissent :

« D’où provient toute cette violence que l’on connaît de nos jours ? Les vrais criminels sont-ils ceux que l’on croit ? Et si les tueurs que l’on connait n’étaient que des victimes ? »

« Et si le racisme tel qu’on l’a connu dans le passé n’était pas si loin ? Est-ce que nous avons vraiment évolué par rapport à cette question là ? Est-ce que notre société ne s’est tout bonnement pas forgé un masque pour le plus le voir ? »

Des points sensibles que l’on retrouve assez souvent dans notre actualité sans qu’ils ne soient pour autant réellement examinés, sans qu’on ne puisse vraiment y apporter de réponses.

Outre ces questionnements, nous retrouvons ici le style direct et incisif, si caractéristique à notre auteur. Pas d’atermoiements  ni de tergiversations. Cette histoire va droit au but, enchainant les rebondissements et scènes d’actions sans que notre attention de lecteur ne lâche un seul instant.

Sans être exagérées, les scènes gores sont au rendez-vous, venant satisfaire les amateurs sans prendre le pas sur l’histoire ni teinter le récit d’une couleur carmin, comme dans d’autres ouvrages du même auteur tels que « Prédateurs » ou « La théorie Gaïa ». 

Tout en étant sombre, ce récit est assez clair que pour plaire à tous, amateurs de lecture ou non.

A mon sens, le plus gros défaut (et peut-être le seul) de cet ouvrage est sa nature. En effet, le peu de pages que comporte une nouvelle nous permet tout juste de nous glisser convenablement dans l’histoire qu’elle est déjà terminée.

En outre, bien que l’on soit quasiment en permanence avec Lamar, l’occasion de vraiment le connaître et de le rencontrer est assez ténue, voir insuffisante à mon goût.

Cependant, ce qui pourrait passer pour un défaut pour bon nombre des lecteurs assidus de Maxime Chattam se révèle être une force dans le sens ou les personnes moins amies de la lecture ont l’occasion de se frotter à l’univers de l’auteur sans prendre le risque d’abandonner l’ouvrage au bout de plusieurs heures d’efforts de lecture acharnée.

Comme dirait l’autre, « Ce fut court, mais ce fut bon ! ». C’est un ouvrage de Maxime Chattam que je recommande vivement à tous les publics. Une fois n’est pas coutume.

 

Carnages

Maxime Chattam

Poche

92 pages

7€

 

Alexandre

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 09/06/2012