Celui qui dansait sur les tombes, de James Patterson

Quatrième de Couverture :

John « Stef » Stefanovitch, lieutenant de police à New York, et Isiah Parker, inspecteur de la brigade des stups, ont un ennemi commun : Alexandre Saint-Germain, surnommé « celui qui dansait sur les tombes ».
Tout comme Parker, Stef est mû par des motivations d'ordre personnel : tous deux ont vu un de leurs proches assassiné par Saint-Germain.
Car, derrière les apparences, cet investisseur est aussi connu pour être un trafiquant de drogue et un psychopathe sanguinaire. Et ne dirige-t-il pas un groupuscule aussi secret que meurtrier, le Midnight Club ?
Une course contre la montre commence pour éliminer ce criminel. Mais comment attraper un homme qui se dérobe à la mort elle-même ?

Chronique de Ceinwèn :

Au début, on est un peu éparpillé...Et puis, difficile de se raccrocher à la quatrième de couverture qui ne nous ait pas d'une grande aide et aurait même tendance à embrouiller les cartes plus qu'autre chose.
On a deux/trois "grands" personnages et les autres ne sont que des faire-valoir. D'un côté Stef et Isaiah et de l'autre un homme d'affaire et du monde, qui traîne plus du mauvais côté de la loi que certaines truands. Chacun poursuit ses buts, sans réellement se soucier de ce qu'ils trouveront sur leur chemin.

Des milices privés dans la police (un fantasme (?) américain courant) à des parties fines, on passe par pas mal de perversion. En peu de pages, l'auteur les fait presque toutes. Et pourtant, c'est bien Saint-Germain qui se révèle le plus intéressant et le moins vu (et pour cause...aux environs de la page 100 on devine qu'il y a anguille sous roche).
On va principalement suivre Stef et c'est vrai qu'il est intéressant. Un enquêteur doué et déterminé dans sa situation, ce n'est pas courant. Il est bon et le prouve à nouveau même si ici, une bonne partie de son succès est dû au talent d'une écrivaine. Isaiah aurait pu être un personnage également intéressant, mais il n'est pas assez creusé à mon goût, un peu cliché même. 

Saint-Germain est un méchant comme on les aime. Raffiné mais n'hésitant pas à se salir les mains, capable d'évoluer parmi les mondains et de se faire respecter par les autres membres de la "mafia" mais sans la vulgarité d'autres méchants. Si l'auteur le fait virer peu à peu hystérique, c'est néanmoins compréhensible. En revanche, il est la preuve "vivante" que le crime ne paie pas et qu'il n'y a pas d'honneur parmi ces voleurs !

L'enquête n'est pas désagréable mais de grandes parties sont laissées sous silence.

Sinon : le roman est âgé ! Et oui, 1988 ! Premier indice "Berlin Ouest" "Allemagne Fédérale", mais c'est à l’occurrence du "Concorde" que j'ai compris. Puis alors le "World Trade Center"... Mais c'est assez bien écrit pour qu"on ne sente pas du tout l'âge du roman. Bon point. 

En revanche, gros coup de gueule contre l'auteur ou l'éditeur d'origine. Plein de mot qui manque et des dialogues qui sont incohérents ! Exemple : Sarah appelle Stef sur son fixe et c'est LUI qui dit "je savais que je te trouverai chez toi à cette heure là"...Pas mal de mélange sur les dialogues qui m'ont fait tiquer.

 

 

Celui qui dansait sur les tombes, 

James Patterson

l'ArchiPoche

380 pages

7.80 € (poche) - 6.99 € (numérique)

 

Ceinwèn

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau