Cérémonie assassine, de Pascale Marie Quiviger

ceremonie.jpg

Quatrième de couverture

Lorsque l’archéologue française Zia Diaz revient au Mexique pour entreprendre de nouvelles fouilles sur le Site de Xochitl dans le Yucatán, sa vie va basculer. Le corps sauvagement mutilé de Lucia Morales, la fille d’un célèbre sénateur, de surcroît candidat aux prochaines élections présidentielles du pays, vient d’être retrouvé au pied de la grande pyramide de Xochitl. Acte de barbarie d’un psychopathe nostalgique des anciens rituels mayas ? Ou bien s’agit-il d’un complot politique visant à discréditer l’un ou l’autre des partis qui brigue le pouvoir ?

Et que penser de cette mystérieuse secte dont le gourou se targue de vénérer des dieux anciens et d’honorer plus particulièrement Hatloc, le dieu des ténèbres et du chaos, en continuant à perpétrer les rites du sacrifice ? Entraînés dans une spirale infernale, Zia, son fidèle ami Pablo, un policier de village et un jeune lieutenant intègre et sympathique vont tenter de démêler l’écheveau compliqué d’une enquête dont l’issue insoupçonnée changera à jamais la vie de chacun d’entre eux...

Chronique de Garlon

Lançons-nous dans un nouveau thriller avec Cérémonie Assassine.

Zia est une jeune archéologue française. Revenant au Mexique pour faire des fouilles sur son site favori, elle arrive en plein milieu d’un drame : le corps rituellement mutilé de la fille d’un sénateur est retrouvé au pied de la pyramide du site de fouille.
Etant l’amie du commissaire du village de San Pedro, proche du site, Zia décide de se mêler de l’enquête. Mais les choses sont loin d’être simples et, lorsqu’on se retrouve avec le corps la fille du futur président du pays, qui plus est avec un comportement comme le sien, les pistes ne manquent pas.

Mon avis sur ce livre est assez mitigé.

J’ai bien aimé le fait que l’intrigue nous mêne vers des rituels mayas, ce qui nous permet de découvrir un peu les croyances de cette civilisation. A vrai dire, c’est ce qui m’a le plus tenté lorsque j’ai voulu lire ce livre. J’ai donc été un peu déçu de voir que cet aspect ne restait pas très longtemps, et que le thriller prenait (trop) rapidement une tournure plus politique, voire même celle d’une intrigue vraiment classique.
Beaucoup de pistes sont explorées par les enquêteurs, tout part un peu dans tous les sens, et j’ai trouvé que l’auteur voulait, avec cela, essayer un peu de tout. Mais voilà, à vouloir tenter un peu de tout et en mélangeant plusieurs aspects, j’ai trouvé que l’auteur négligeait d’autres aspects. Ainsi, on suit plein de pistes, ce qui peut s’avérer intéressant, puis on a une résolution que, je trouve, l’auteur a fait de façon beaucoup trop facile, alors qu’il y avait vraiment beaucoup de potentiel.
Mais, malgré cela, les pistes suivies par les enquêteurs sont vraiment bien trouvées et passionnantes. Si l’auteur s’était davantage consacrée à certains aspects de l’enquête au lieu d’autres, j’aurais vraiment adoré le livre, car je trouve qu’il y a un très grand potentiel dans les idées développées. On pourrait donc dire que l’auteur, en explorant plusieurs pistes, à un peu trop négligé la complète résolution de l’enquête, ce qui m’a un peu refroidi. On pourra également reprocher quelques incohérences, mais celles-ci ne sont présentent que sur des aspects sans réelle importance.
L’action est pas mal présente et l’adrénaline monte souvent, faisant que le livre se lit assez vite.
On devine trop facilement, à partir d’un moment, qui est le tueur, malgré certains aspects qui ne collent pas tout à fait. On ne comprend dès lors pas pourquoi l’auteur s’obstine à en cacher l’identité lorsqu’on le voit, parlant d’un personnage mais ne donnant pas son nom...
L’épilogue laisse envisager une suite, et je me demande ce que ça va donner, parce que j’ai trouvé qu’il ne collait pas vraiment avec la fin... A voir donc, si l’auteur fait bien une suite (et il le faut, parce qu’après un épilogue pareil, ce serait cruel d’arrêter là), comme les choses vont se recouper.

Le style de l’auteur est assez fluide et agréable, faisant que le livre se lit assez rapidement, mais j’ai trouvé que l’auteur se lançait parfois dans des descriptions assez inutiles (sans que ça gâche pour autant la lecture). De plus, à certains moments, on remarquera que le style est assez maladroit, que les phrases ne sont pas toujours tournées de façon optimales, ce qui est assez dommage mais qui s’acquière avec l’expérience.

Au niveau des personnages, ils sont très bien travaillés et chacun est unique en son genre, ce qui fait que c’est un vrai plaisir de les suivre. De plus, le lecteur se sentira parfois assez proche d’eux et partagera donc leurs sentiments.
Par contre, on pourra reprocher un problème de cohérence à certains moments, les personnages n’étant pas toujours “fidèles à eux-même”, ou leur façon d’interagir entre eux change de façon un peu trop radicale pour être réaliste.

En bref, nous avons ici un livre qui, bien que partant de très bonnes idées, ne m’a pas totalement convaincu. Contrairement à ce à quoi je m’attendais, on ne parle pas tant que ça des rituels mayas. De plus, bien que les différentes pistes suivies soient intéressantes, certains aspects de la résolution ont été trop négligés, le style est parfois un peu maladroit et il y a un petit manque de cohérence au niveau des personnages. Par contre, le style reste agréable malgré la maladresse, il y a de l’action, des éléments d’intrigue très bien conçus et des personnages qui sont malgré tout très bien travaillés et attachants.


Cérémonie assassine

Pascale Marie Quiviger

Les 2 encres

Thriller

344 pages

23 €


Garlon

Commentaires (1)

QUIVIGER Pascale
  • 1. QUIVIGER Pascale | 13/03/2013
Bonsoir, je suis l'auteure de CEREMONIE ASSASSINE. J'ai bien lu et retenu les differentes critiques et j'en prends note, ce qui m'aidera pour mon second roman j'en suis certaine. Merci d'avoir pris le temps de decouvrir un nouvel auteur et d'avoir pris la peine de l'analyser. J'espere que le second sera plus proche de vos attentes.
Cordialement.
Pascale

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 13/03/2013