Désordre, de Penny Hancock

desordre.jpg

Quatrième de couverture

Sonia, la quarantaine, mène une vie confortable dans la jolie maison des bords de la Tamise où elle a grandi. Mais depuis que son mari, Greg, multiplie les déplacements professionnels à l’étranger et que leur fille Kit est partie à l’université, son existence lui pèse. Alors que Greg la presse de quitter Londres pour se rapprocher de lui, Sonia se sent incapable de quitter sa maison, décor d’une jeunesse pour laquelle elle éprouve la plus vive nostalgie. À l’heure du bilan, elle réalise en effet que son adolescence a été le seul moment vraiment heureux de son existence, celui où les émois et les sentiments ont été les plus forts et les plus purs. Aussi, lorsque Jez, 15 ans, le neveu d’une de ses amies, Helen, vient frapper à sa porte pour emprunter un disque, Sonia, prise d’une pulsion inexplicable, décide de ne plus le laisser partir. Elle se met alors à nourrir une étrange et inquiétante obsession pour la jeunesse de Jez, qu’elle tient séquestré.

Chronique de Garlon

Plongeons dans un nouveau thriller assez particulier.

Sonia est une femme mariée, la quarantaine, qui a une fille qui se trouve à l’université. Obsédée par la jeunesse depuis un évènement tragique survenu avec son petit ami de son adolescence, elle rencontre Jez, un jeune ado de 16 ans qui vient chez elle lui emprunter un CD. Ne voulant pas le laisser partir, Sonia décide de le garder avec elle.

Pour la police, cette disparition n’augure rien de bon et, rapidement, leurs soupçons se portent sur Helen, la tante de Jez qui l’hébergeait pendant sa visite et qui est jalouse de sa soeur, dont le fils est bien mieux éduqué que les siens.

Ce livre est vraiment pas mal, même si il a quelques défauts qui en diminuent fort la qualité, selon moi.

L’histoire est vraiment très bien trouvée et nous permet de voir des femmes aux tournants de leurs vies, lorsqu’elles doivent faire le point et se rendre compte de ce qu’elles ont perdu, de ce qu’elles ont raté, etc. C’est vraiment passionnant et nous permet de plonger dans le psyché de ces personnes, de voir ce qu’elles pensent et de suivre leur évolution.

L’intrigue est vraiment bien car elle se sépare en deux : nous avons tout d’abord l’enlèvement de Jez, qui nous permet de suivre la passion de Sonia, la jalousie et la folie d’Helen et les recherches de la police, et l’histoire sur la jeunesse de Sonia, qui nous permet d’assister à une autre histoire, à un étrange amour perdu pour une raison qu’on ignore au début du livre.

Les retournements de situation, les sauvetages in extremis et les mystères sont assez nombreux et nous permettent de vraiment nous passionner pour l’histoire, de suivre le tout sans pouvoir lâcher le livre. Et plusieurs révélations sont vraiment fort surprenantes et très bien faites, apportées de façon tout autant spéciales, notamment avec une révélation, à la fin, sur la jeunesse de Sonia, et cela permet au lecteur d’être surpris par l’histoire, la rendant fort imprévisible.

Ce qui m’a semblé un peu moins bien dans ce livre est la cohérence. Je trouve en effet qu’il y a quelques contradictions ennuyantes et certaines incohérences m’ont assez dérangé. Tout cela peut refroidir un peu le lecteur, mais ne gâchera pas non plus totalement sa lecture.

L’écriture de l’auteur est fort fluide et permet au lecteur de vite se retrouver plongé dans le livre, de s’immerger totalement dedans et de ne plus en sortir avant de l’avoir fini. Les pages défilent rapidement, le vocabulaire et la structure des phrases sont assez simples (bien qu’il y en ait certaines qui ne sont pas toujours fort françaises) et permettent à tous types de lecteurs de se retrouver bien dedans, et les coquilles sont fort rares.

Les personnages ne m’ont pas particulièrement plû. En effet, je trouve qu’il y a quelque chose de fort faux en eux, que leur folie, leur caractère n’est pas réaliste, et cela est valable pour chacun d’entre eux. Ca m’a fort déplu et m’a freiné dans ma lecture, et je pense qu’ils auraient vraiment dû être travaillés autrement, dans une optique beaucoup plus “réaliste”. Bien entendu, la conséquence de cela est qu’on ne partage pas du tout leurs sentiments.

En bref, nous avons un bon thriller un peu particulier, avec une très bonne intrique, de nombreux retournements de situation, une entrée de la psyché de femmes à un tournant de leur vie et un style d’écriture vraiment très bon. Par contre, on pourra reprocher certaines incohérences et des personnages que je n’ai pas trouvé particulièrement réalistes.

Un livre intéressant à découvrir pour son intrigue.


Désordre

Penny Hancock

Sonatine

Thriller

381 pages

20 €


Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 20/05/2013