Freaky Fridays, de Brigitte Aubert

freaky-fridays-de-brigitte-aubert.jpg

Quatrième de couverture

Par un beau vendredi 13, Mamie Hélène, veuve depuis peu, apporte une tarte à ses voisins. Concert de détonations, corps sanguinolents, elle est témoin du massacre aussi expéditif que sophistiqué de toute une famille. Alors qu'elle tente de fuir, l'un des tueurs la surprend. C'est le début d'une traque effrénée. Pour sauver sa peau, et s'amuser un peu, Mamie Hélène n'a d'autre solution que de renouer avec son ténébreux passé... Se révèle alors une sexagénaire pas comme les autres, corrigeant les truands comme elle monte les blancs en neige : avec un solide coup de poignet et le goût du travail bien fait.

 

Chronique de Melisande

Je tiens tout d’abord à remercier l’agence Gilles Paris et les éditions La Branche de m’avoir permis de lire ce livre et découvrir ainsi une histoire assez sympathique, bien que j’ai trouvé l’intrigue un peu trop « facile ». Mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier ce livre.

L’histoire se déroule sur très peu de temps, quasiment en une journée ou presque. En ce vendredi 13, jour maudit pour elle, car elle a perdu son mari à cette date, Mamie Hélène se rend chez ses voisins pour fêter l’anniversaire de la cadette de la famille. Alors qu’ils étaient en pleine préparation, des coups de feu se font entendre et presque tous les membres de la famille se font tuer sans aucune raison apparente. Mamie Hélène parvient à récupérer Gaëtanne, la petite dernière qui a un trouble mental, et la mettre en sécurité avant de s’enfuir. C’est alors que commence une course poursuite pour retrouver cette mamie qui de toute évidence n’a rien d’une mamie ordinaire. En effet, on apprend certaines choses sur son compte, un passé quelque peu douteux, qui nous prouve qu’elle a plus d’un tour dans son sac. Ainsi Mamie Hélène, va tout faire pour comprendre pourquoi on a assassiné ses voisins qui semblaient être parfaitement normaux et pourquoi désormais on est à sa recherche.

Pour commencer je parlerai de l’écriture de l’auteur qui est vraiment très agréable à lire, très fluide. Elle n’est pas « simple », on voit qu’il y a une certaine maturité dans l’écriture et que l’auteur maîtrise bien la langue. Ce sont des personnages adultes et ça se ressent dans l’écriture (après tout Mamie Hélène a dans les 60 ans, 62 précisément, donc elle ne va pas parler comme un adolescent et l’auteur ne va pas écrire comme si elle s’adressait à ce type de lectorat non plus). Le fait d’avoir des personnages de différentes nationalités, à permis à l’auteur d’intégrer parfois des mots en anglais et russes et pour le coup ça ajoute un autre intérêt. Ça donne la sensation d’être plus ancré dans l’histoire et de les entendre parler dans leur langue, d’imaginer les accents etc. (je trouve ça plus « parlant » d’intégrer des mots étrangers plutôt de dire simplement qu’il parle une autre langue, bien sûr, il ne faut pas oublier la traduction parce que personnellement, je ne comprends pas le russe donc difficile après (mais là, aucun souci, tout était traduit en note bas de pages).

Ensuite, pour parler de l’histoire à proprement parler, j’avoue qu’avec une telle quatrième de couverture, je m’attendais à un bon gros thriller, il y avait matière selon moi. Mais bon, ça n’a pas totalement été le cas vu que l’intrigue, comme je l’ai dit un peu plus haut, était un peu trop simple à mon goût. Tout est tracé assez facilement, le fil se déroule peut être un peu trop vite, trop aisément, il n’y a pas de vraies embuches selon moi. Je ne nie pas qu’il y a pas mal d’action, ça n’est pas mort non plus, mais je m’attendais à un thriller plus haletant, avec une bonne grosse enquête et finalement, ça n’a pas totalement été le cas. On suit l’enquête de Mamie Hélène, et celle des meurtriers pour retrouver ce témoin gênant, mais je trouve que les réponses et révélations arrivaient très rapidement, sans vraiment de problèmes. Mamie Hélène se retrouve au cœur d’un conflit qui ne la concerne pas et elle endosse le rôle d’enquêtrice, parce que son passé trouble qui se révèle petit à petit, nous permet de comprendre pourquoi elle se mêle de tout ça. Alors que la première chose qu’on pourrait penser d’une mamie c’est qu’elle se cache, qu’elle fuie ou aille voir la police (mais là, ça serait trop simple évidement, si ça avait été le cas, et il n’y aurait eu aucun intérêt à l’histoire). Après, vu l’épaisseur du livre, je devais m’attendre à quelque chose dans le genre. C’était une petite histoire, qui laisse un peu une fois ouverte si on peut dire, et pas un thriller tel que j’ai l’habitude de le lire. Je ne peux pas dire que j’ai été déçue parce que je ne m’attendais pas à quelque chose de très précis, mais peut être quelque chose d’un peu plus haletant et avec plus de problèmes. Mais bon, ça ne m’a pas empêché d’apprécier ce livre, c’était assez plaisant et rapide à lire (ce qui m’a ralenti c’était mon absence ce week-end, je n’ai presque pas lu, Salon du Livre oblige, mais sinon en une journée, voire deux, il était lu vu le nombre de pages).

J’ai bien aimé le personnage de Mamie Hélène, elle n’est pas ce qu’elle semble être. Au début, c’est une gentille petite mamie pleine d’attention, mais rapidement, son passé resurgit et sa vraie personnalité revient en force, lui permettant ainsi de survivre et d’enquêter sur le meurtre de ses voisins. Malgré son passé douteux, on s’attache quand même à cette grand-mère et on espère qu’elle réussisse dans son entreprise parce qu’elle ne mérite pas tout ça. Elle n’a rien fait et on se rend compte rapidement que tout n’est que politique règlement de compte avec la mafia (ou quelque chose du genre). Quant aux autres personnages, ce sont des tueurs pour la plupart donc difficile de s’attacher vraiment à eux, mais d’avoir « leur point de vue » permet de comprendre un peu plus rapidement les tenants et les aboutissants de cette mission, de ces meurtres. C’était intéressant d’avoir ces changements, d’avoir une vision plus large de la situation.

En bref, c’était une histoire intéressante et sympathique, après il ne faut pas s’attendre à un gros thriller haletant avec des problèmes à profusion (même s’il y en a) dans la manière dont c’est raconté, ça ne se ressent pas comme ça. Les personnages sont éclectiques et intéressants, l’intrigue était quand même bien, mais peut être pas assez exploités selon moi, après ça dépend de chacun, ça ne tient qu’à moi. j’ai tout de même passé un bon moment en lisant ce livre, donc c’est l’essentiel.

 

Freaky Fridays (Vendredi 13)

Brigitte Aubert

La Branche

222 pages

15€

 

Melisande

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 26/03/2012