L'élixir des templiers, de Alfredo Colitto

templiers.jpg

Quatrième de couverture

1310. Alors que l'anéantissement des Templiers voulu par Philippe le Bel a des répercussions dans toute l'Europe, trois chevaliers du Temple reçoivent une lettre d'un « ami » qui leur fixe rendez-vous à Bologne. Là se trouve le secret qu'ils ont toujours cherché à percer, celui de l'élixir de longue vie.
Les trois chevaliers s'y rendront... pour leur malheur. On les retrouvera morts, la cage thoracique ouverte, le coeur transmuté en fer.
Deux enquêtes vont alors s'ouvrir après le premier meurtre. Celle, officielle, menée par l'Inquisition. Et celle conduite par Mondino de Liuzzi, professeur et chirurgien, et Gerardo, l'un de ses étudiants, qui se révèle être templier.
Les deux hommes, suspectés de ces meurtres par l'Inquisition - Mondino a l'habitude de disséquer des cadavres -, ont en effet tout intérêt à trouver le coupable pour prouver leur innocence. Et aussi pour comprendre le procédé alchimique utilisé.
Une enquête qui leur fera croiser le chemin de la belle Fiamma, une jeune femme dont le visage porte le stigmate d'une profonde blessure, et d'Adia, une « magicienne » arabe aux pouvoirs ensorcelants.

Chronique de Garlon

Plongeons au coeur du Moyen-Âge avec ce thriller historique.

Mondino de Liuzzi, médecin et professeur, voit un jour l’un de ses étudiants débarquer avec un cadavre sous les bras, lui demandant son aide pour le dissimuler.
Mondino se rend alors compte d’un fait très étrange : le coeur du mort a été transformé en fer. De plus, l’étudiant se révèle être en fait un Templier déguisé, qui se cache durant le procès que subit son ordre.
Voyant là une occasion de faire évoluer la science, Mondino décide d’aider le jeune homme.
Rapidement suspecté par l’Inquisition, les deux hommes vont devoir tout faire pour trouver l’assassin, et ainsi prouver leur innocence.

J’ai bien apprécié ce livre, sans pour autant le trouver exceptionnel.

L’histoire est vraiment bien trouvée et passionnante, tout en étant fort originale.
Nous partons ici à la découverte de la Bologne du Moyen-Âge, et je dois avouer qu’on en apprend beaucoup au niveau historique grâce à ce livre très bien monté. Que ce soit sur la ville, la culture, la religion ou encore la justice, on voit beaucoup de choses.
De plus, l’intrigue est très bien menée, et le lecteur aura du mal à découvrir l’identité du coupable avant qu’elle ne soit révélée. De nombreuses pistes s’ouvrent au lecteur, et celui-ci se lance donc dans de nombreuses spéculations, cherchant qui est le coupable et ses motivations. Cet aspect, vraiment très présent, permet de se retrouver plongé dans l’histoire de façon beaucoup plus intense, et ainsi d’accrocher bien davantage au livre.
Le résultat de l’intrigue est assez surprenant, et je me doute que nombre de lecteurs seront aussi surpris que moi, et applaudiront le génie de l’auteur, qui aura réussi à nous tenir en haleine tout du long avec au final un résultat fantastique.
Par contre, j’ai trouvé que cette révélation venait un peu trop tôt, et que donc, pendant toute la dernière partie du livre, on sait tout ou presque de ces meurtres. Il aurait peut-être été judicieux de garder ce secret un peu plus longtemps, continuant plutôt à semer des indices pour que le lecteur cherche un peu plus. Mais cela ne veut pas dire que la fin du livre est sans intérêt, bien au contraire. En effet, l’action, fort présent tout au long de l’histoire, trouve son point culminant dans la dernière partie, avec des scènes vraiment superbes qui, en plus, ont l’avantage de montrer une chose qui me révolte dans le comportement humain : les foules en colère et leurs réactions destructrices et insensées, qui montrent tout le mauvais côté de l’être humain. Cet aspect est horriblement bien conçu et fascinant.
Au niveau de la religion, forcément, elle est très présente, étant donné que nous sommes au Moyen-Âge. Les habitués de mes chroniques savent que je ne suis pas un fan des religions, et j’ai donc été plus d’une fois ennuyé par certains passages, même si c’était inévitable pour ce genre de récits. Mais je trouve que l’auteur a réussi à bien tourner la chose, à montrer correctement le caractère néfaste que peut prendre la religion, notamment à travers les agissements de l’inquisiteur ou les cas de conscience de Gerardo.

Le style de l’auteur est fluide et agréable et, bien que nous apprenons beaucoup de choses sur un plan historique, les descriptions ne sont pas longues et ennuyantes, mais plutôt passionnantes.

Les personnages sont assez attachants, surtout en ce qui concerne Mondino, envers qui je me suis senti fort proche. Gerardo est également très bien construit et le lecteur appréciera le personnage, même si son côté un peu trop religieux (qui s’améliore au fur et à mesure du livre) peut parfois être ennuyant.

En bref, nous avons ici un bon thriller historique qui nous présente la Bologne du Moyen-Âge, l’inquisition, la médecine et l’alchimie, dans une histoire passionnante et avec une intrigue très bien ficelée et pleine d’action, même si l’identité du coupable était révélée un peu trop vite à mon goût. La religion est fort présente, mais la façon dont l’auteur en parle est très bien faite. Le style est fluide et agréable, et les personnages sont en général fort attachants.

Un livre à découvrir pour tous ceux qui aiment les thrillers et l’histoire, car ils ne seront pas déçus ! 


L'élixir des templiers

Alfredo Colitto

L'Archipel

400 pages

22 €


Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau