L'empire des Loups, Jean-Christophe Grangé

 

 

Quatrième de couverture

Anna Heymes, la trentaine, est l'épouse d'un des plus hauts fonctionnaires du ministère de l'Intérieur. Depuis plus d'un mois, elle souffre d'hallucinations terrifiantes et de régulières crises d'amnésie, au point de ne plus reconnaître le visage de son propre mari et même de commencer à douter de l'honnêteté de ce dernier.

Pendant ce temps, dans le Xème arrondissement, Paul Nerteaux, un capitaine de police acharné, se voit confier une enquête concernant la mort de trois femmes d'origine turque, qui travaillaient dans des ateliers clandestins et dont les corps ont été retrouvés atrocement mutilés. Pour l'aider à infiltrer la population turque du quartier, Nerteaux n'a pas d'autre solution que de faire appel à Jean-Louis Schiffer, un de ses anciens collègues connu pour sa réputation de flic implacable.

Au cours de leur enquête au cœur de la Petite Turquie parisienne, ils vont être amenés à croiser le chemin d'Anna, qui retrouve petit à petit la mémoire grâce à l'aide d'une psychologue, découvrant ainsi d'incroyables vérités concernant son propre passé...

 

Chronique d'Alexandre

C’est du livre « L’empire des Loups », de Jean-Christophe Grangé dont je vous parlerai aujourd’hui.

Anna est parisienne et mariée à Laurent, haut fonctionnaire de l’état. La vie leur sourit, tout est donc pour le mieux. A ceci près qu’Anna souffre depuis quelques temps de troubles psychiques. En effet, elle ne reconnait plus les visages qui lui sont familiers, est sujette à des visions terrifiantes, déformant la réalité et se souvient d’évènement qui, à priori, ne lui sont jamais arrivés.

Les examens qu’elle passe ne lui expliquent pas cet étrange phénomène ni ne les soignent. Pas très étonnant lorsqu’on sait qu’elle n’a pas tout expliqué à son neurologue, dont la réputation est mondiale. Il ne lui inspire pas confiance…

Paul est inspecteur de police, divorcé et père d’une petite fille. Il enquête sur les assassinats de jeunes femmes turques, retrouvées mutilées de la plus horrible des façons. Leur illégalité en France n’aide en rien l’enquête, d’autant plus qu’elles sont retrouvées dans le quartier de Paris, appelé « La petite Turquie » et que tous se taisent. Par peur ou pour protéger les assassins ?

Face à ce mur, Paul décide de faire appel à Jean-Louis Schiffer, flic à la retraite et spécialiste de la question turque à Paris. Ce dernier peut-être un formidable atout autant qu’une menace pour le jeune inspecteur. En effet, Schiffer est connu pour son nombre record d’arrestations, mais aussi pour la violence avec laquelle il menait ses enquêtes et les nombreux soupçons qui ont pesé sur lui. Du détournement de fond en passant par la substitution de drogues saisies à l’assassinat pur et simple, l’ancien policier à deux surnoms : Le Chiffre, pour son côté calculateur, et Le Fer, pour sa rigueur et son efficacité lors des enquêtes.

Deux histoires tr ès différentes et sans liens apparents, et pourtant…

 

 C’est un récit trépidant et bourré de rebondissements que nous livre l’auteur. D’un bout à l’autre, nous sommes secoués, déboussolés par les tournures que prennent les aventures des héros de l’histoire. Les évènements les plus fous arriveront aux personnages sans qu’un seul instant nous ayons l’impression d’une exagération ou que l’auteur aura cherché la facilité. Même si les théories avancées sont des plus saugrenues, la rigueur des informations collectées et le souci du détail apporté par l’auteur nous fait complètement oublier la réalité, venant masquer tout autre chose que l’histoire.

Les personnalités des différents personnages, bien que fort variées sont admirablement bien définies. Tout au long des pages, à chaque intervention des protagonistes, nous pouvons ressentir qui ils sont, leur état de tension, leurs doutes etc. A aucun moment la question de savoir à qui l’on à affaire ne se pose. Sauf évidemment pour les personnages se voulant mystérieux. Anna, avec ses problèmes de mémoire, toute bien définie qu’elle soit, reste énigmatique pour nous comme pour elle, de même que Schiffer, qui est un personnage connu pour sa duplicité. Nul ne sait vraiment qui il est, ce qu’il pense et dans quel camp il joue, pas même le lecteur et c’est tant mieux ! La crédibilité du récit n’en est que plus grande.

Nous avons, à la lecture, l’occasion de découvrir un bref aperçu de l’histoire et des méthodes des trafiquants de drogues, de la complexité de la hiérarchie de la mafia trafiquante et on apprendra également quelques points de l’histoire de la Turquie et d’une de ses organisations terroristes les plus dangereuses, de même qu’au fil des pages, nous aborderons de belles bases de psychologie et de neurologie, sans que ça n’en devienne ennuyeux.

Un point qui pourrait tourner au désavantage pour « L’empire des Loups » est la forme alternée du récit. Un chapitre est consacré à Anna, l’autre à Paul. Cet aspect peut en déranger plus d’uns, du fait que l’action est sans cesse interrompue par le second volet de l’histoire.

A mon sens, il n’en est rien dans ce cas-ci alors que d’ordinaire, cet exercice de style m’énerve fortement. Peut-être est-ce dû au fait que les deux aspects du récit ont et conservent  un rythme appréciable et ont une intensité similaire…

Sans rien vous en révéler, je peux vous dire que la fin du récit comporte un rebondissement des plus inhabituels qui, bien que très peu utilisé dans les autres ouvrages, apporte à mon sens une richesse non négligeable à l’ouvrage.

 

Vous l’aurez compris, c’est un ouvrage que je recommande vivement à tout qui n’est pas allergique au style Thriller ! A dévorer de toute urgence…

 

L’Empire des Loups

Jean-Christophe Grangé

Albin Michel

576 pages

7,12 euros

 

Alexandre

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 13/06/2012