L'indice de la peur, de Robert Harris

indice.jpg

Quatrième de couverture

Alexander Hoffman, patron d'un fonds d'investissement à Genève, a trouvé un algorithme financier qui permet de multiplier les gains à l'infini, l'indice de la peur.
Mais le scénario idéal bascule, Alexander est espionné. Ou paranoïaque? Quand il comprend que celui qui l'épie et le menace semble être aussi son complice, le financier croit sombrer dans la schizophrénie, victime d'un complot qu'il aurait lui-même forgé. La folie le guette et pendant ce temps l'indice de la peur s'emballe, le système devient incontrôlable, et les morts suspectes se multiplient autour de lui, l'encerclant peu à peu. Huit ans plus tôt déjà, Alexander avait créé une machine capable de prendre des décisions de manière autonome, devenue dangereuse, elle avait été détruite et lui renvoyé.
Sa femme, Gabrielle, découvre cette histoire alors qu'elle s'inquiète pour son mari après avoir découvert que sa maison est truffée de caméras qui observent le moindre de ses gestes. Mais l'histoire se répète, l'indice de la peur est sur le point de provoquer un krach boursier sans précédent et Alexander cette fois ne pourra peut-être plus détruire le monstre qu'il a créé, un monstre numérique et immortel.

Chronique de Garlon

Je vous présente aujourd’hui un thriller qui m’a vraiment fort plût : L’indice de la peur (qui sera d’ailleurs adapté au cinéma cette année 2012).

Alex, dirigeant d’un henge fund valent des milliards de dollars, a inventé une machine permettant de jouer en bourse avec un algorithme vraiment très particulier. En effet, il se sert des différentes réactions analysées chez l’homme qui ont un rapport avec la peur pour gagner de l’argent en bourse.
Mais voila, Alex se fait agresser chez lui par un étranger, et il fini par découvrir que des choses étranges se passent autour de lui, et seraient apparemment de sa faute. Serait-il devenu fou ? Schizophrène ?
Quoi qu’il en soit, il doit mener l’enquête, surtout que ce n’est pas le seul problème : l’algorithme commence à prendre des décisions de plus en plus risquées, et met le marché en danger, allant jusqu’à risquer un crash financier mondial.

J’ai vraiment adoré ce thriller, et je suis resté plongé dedans du début à la fin, fasciné par la tournure que prenaient les évènements.

L’histoire, sans être d’un concept 100% innovateur, reste malgré tout très originale.
L’intrigue est en tous points passionnantes, et le lecteur aura vraiment du mal à lâcher le livre une fois celui-ci commencé. J’ai en effet eu beaucoup de mal à me convaincre de ne pas passer ma nuit à lire le livre, une fois arrivé à certains passages critiques, et ça, ça ne m’arrive pas très souvent !
Le doute s’installe dans l’esprit du lecteur autant que dans celui d’Alex, et il est dès lors impossible pendant une bonne partie du récit de trouver quelle est la cause de toutes ces histoires étranges et dangereuses qui arrivent au jeune homme. Devient-il fou ? Quelqu’un s’amuse-t-il à jouer avec ses nerfs ? Ou la raison est-elle tout autre ?
Cela est extrêmement bien fait, et l’ambiance très stressante accompagnant le déroulement des évènements est digne des meilleurs thrillers. A certains moments clés, les questions, la peur et le stress sont tellement intenses qu’il est presque impossible de lâcher le livre, l’envie de connaitre la suite, de trouver une réponse, étant beaucoup trop forte.
Les évènements se précipitent, augmentent d’intensité, et fournissent ainsi une dose de stress de plus en plus intense, jusqu’aux révélations finales, qui coulent finalement un peu de source, auxquelles on a déjà pensé, mais en même temps que d’autres suppositions voyaient le jour, ce qui fait que l’on était pas sûr à 100% avant cet acte final.
J’ai malheureusement trouvé que le livre trainait un peu plus en longueur sur la fin. En effet, une fois que l’on sait la raison de tout cela, j’ai trouvé que ça prenait un eu trop de temps, et c’est vraiment dommage. De plus, la fin est coupée de façon un peu trop nette, et j’aurais davantage aimé en savoir un peu plus sur certaines choses.
L’auteur a, pour écrire ce livre, éguisé ses connaissances au niveau mathématique, financier, dans la mythologie grecque et Darwin, et cela nous crée un mélange explosif qui est en tout points passionnants. J’ai par exemple été complètement fasciné par les descriptions qu’Alex faisait du VIXAL à ses clients, cela étant vraiment génial.
De plus, le slogan final est un vrai trait de génie, et résume extrêmement bien l’histoire du livre.
Une histoire magnifique, donc.

Concernant le style de l’auteur, là aussi, il n’y a rien à redire. Il est très fluide et vraiment très agréable à lire. Le travail de recherche fait au niveau des algorithmes, des finances, de Darwin, et la corrélation de tout cela, ajouté à un lien avec la philosophie grecque, cela dans le but de créer une histoire aussi passionnante, est vraiment impressionnant, et très intéressant.
Le style est également très bien adapté à l’ambiance mise en place dans le livre, malgré un petit bémol : j’ai trouvé que l’auteur traînait parfois un peu trop sur les descriptions de choses sans réels intérêts, même si ça ne va quand même pas jusqu’à l’excès.

Les personnages sont, eux aussi, vraiment très bien faits, avec chacun sa façon de penser qui lui est propre et qui le rapproche du lecteur. Personnellement, j’ai adoré le personnage d’Alex, ce génie assez associal et un peu perdu, qui a des idées vraiment fantastiques. Par contre, j’ai trouvé le comportement de Gaby fort exagéré et je n’ai pas du tout accroché avec le personnage, allant même parfois jusqu’à la détester.
Le partage des émotions avec Alex est très bon, et le lecteur ressentira donc pas mal de sentiments.

En bref, voici un excellent thriller, original sans être novateur, avec une ambiance stressante à souhait, une histoire qui laisse assez longtemps le lecteur à des suppositions, un style fluide et agréable, un travail de recherche impressionnant et des personnages très bien travaillés.

Un coup de coeur pour moi ! Et en plus, le livre sera adapté en film cette année !!!

 

L'indice de la peur

Robert Harris

Plon

301 pages

22 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau