La zygène de la filipendule, de Ricardo Salvasdor

 

Quatrième de couverture

Dans l'enceinte d un zoo en faillite voué à une reconversion en centre de loisirs, un des repreneurs chargés de fermer le site est retrouvé assassiné. Un commissaire qui souffre d'une homonymie fâcheuse avec un célèbre policier belge mène l'enquête, aidé en cela par un médecin légiste déjanté et un inspecteur aussi dévoué qu'inefficace. L'autopsie aboutit à un premier constat improbable : c'est un éléphant qui aurait fait le coup ! Ou un ours... ou peut-être bien les deux ? Mais ce n'est qu'un début, un second cadavre fait bientôt son apparition, puis un troisième... Dans cette jungle urbaine, tout le monde se retrouve dans le collimateur du commissaire : Nestor, le soigneur du zoo, son frère Pollux, bohème notoire et joueur endetté, le directeur du zoo idéaliste alcoolo, l'ambitieux sous-directeur, les membres du conseil d'administration, Joséphine, la femme de service, sorcière à ses heures, et Ginette, la caissière, qui se prépare à une nouvelle invasion teutonne... Immergé dans un univers où les plus dangereux prédateurs ne sont pas forcément ceux que l'on croit, le policier patauge et l'enquête piétine. Ajoutez à cela des vautours rigolards, un orang-outan amateur d'équations différentielles, un lama psychopathe, un tigre végétarien, un couple de dendrobates, sans oublier la fameuse « zygène », et vous obtiendrez un roman dé-zoo-pilant...

Chronique de Garlon

Je vais cette fois vous parler d’un livre assez particulier : La zygène de la filipendule.

L’histoire se déroule en France, dans un zoo. Malheureusement, la situation financière n’est pas très bonne et les investisseurs ont décidés de transformer le parc animalier en parc de loisir.

C’est dans ce zoo en fin de vie que l’action du livre va se passer : le corps d’un homme est retrouvé dans la cage d’un ours, piétiné par un éléphant.

Entre des employés de zoo farfelus, un orang-outang beaucoup plus intelligent que prévu et des animaux hors du commun qui ne réagissent pas toujours comme prévu, le commissaire Maigret (et oui, comme le personnage si connu de la littérature) aura bien du mal à démêler le vrai du faux.

Voici un livre qui se trouve être assez agréable à lire, et ce même si l’humour développé par l’auteur n’est pas tout à fait mon genre préféré.

En effet, l’humour est présent dans l’ensemble de livre, mais le problème est que c’est beaucoup trop gros à mon goût, les évènements prennent un tour beaucoup trop farfelu et les personnages sont beaucoup trop bêtes et crédules pour que cet humour me plaise. En fait, ce livre caricature le thriller policier (ce qui était apparemment le but de l’auteur, je vous rassure ;)). Personnellement, ce n’est pas trop mon style d’humour (même si j’avoue avoir bien ri à certains moments), mais je sais que beaucoup aimeront, et je dirai donc que l’humour du livre plaira à toute personne aimant les caricatures et parodies en tout genre.

Pour ce qui est de l’histoire, bien qu’elle soit complètement farfelue, je l’ai vraiment bien aimé. Le concept d’intégrer l’enquête policière dans le zoo, du singe au comportement humain, des animaux tueurs, etc., cela m’a vraiment plût, et j’ai vraiment adoré le tour que l’histoire prenait.

Pour augmenter cet attrait, il y avait également le style très fluide et imagé de l’auteur, parfaitement intégré au style du livre, et qui lui donnait donc un tour encore plus passionnant.

Au niveau de l’intrigue, les choses vont un peu dans tous les sens, et l’auteur ne cherche pas à dissimuler qui est coupable de tel crime (nous y assistons même bien souvent en direct), si bien que même le coupable de l’intrigue principale se devine avec une facilité déconcertante.

Pour ce qui est des personnages, ils sont vraiment attachants, et le partage des émotions se fait très bien, et ce malgré le farfelu des situations. Le personnage auquel le lecteur s’attachera le plus sera sans doute Albert-Albert, cet orang-outang au caractère tellement humain qui attire la sympathie partout où il va. Mais les humains ne sont pas en reste, si bien que l’ensemble des personnages sont proches du lecteur, ce qui augmente bien entendu l’intérêt de ce dernier pour le livre.

Au niveau de la fin, bien que ce soit une happy end vraiment trop improbable sur le point de vue humain, je l’ai trouvée pas mal adaptée au reste du récit et vraiment très bien faite.

En bref, avec ce livre, vous trouverez une histoire totalement farfelue mais intéressante, avec un style d’écriture très fluide et imagé, et des personnages attachants. L’humour développé plaira plus aux amoureux de la caricature et de la parodie qu’aux autres, mais l’histoire en elle-même est susceptible de plaire à tout le monde.

 

Voici pour vous une vidéo de présentation du livre :

 

La zygène de la filipendule

Ricardo Salvador

Kyklos éditions

504 pages

25 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 09/06/2012