Last call, de Lanto Onirina et Rémy Garcia

 

Quatrième de couverture

Éric se mit à naviguer dans les menus du téléphone pour tenter de trouver une information sur son propriétaire. Aucun appel n’avait été émis ou reçu.

Facebook était installé. L’écran familier du réseau social s’afficha. Il consulta le profil de la personne, puis sa liste d’amis.

Vide. Tout était vide.

Vous trouvez un téléphone dans le train ? Ne cherchez surtout pas à le rendre !

 

Chronique de Garlon

Plongeons dans un petit thriller un peu particulier avec Last Call.

Eric trouve un portable dans le train. Souhaitant le rendre à sa propriétaire, il fouille dedans… pour se rendre compte qu’il est totalement vide, à l’exception d’un compte Facebook… vide lui aussi, si ce n’est le nom de la personne.

Ce portable, qui ne se décharge jamais, va vite devenir source d’obsession pour Eric, qui ne va plus penser qu’à ça, au détriment du reste.

Pendant ce temps, de mystérieux suicides voient le jour, et ceux-ci pourraient bien être liés entre eux.

J’ai assez aimé ce livre, même si il a selon moi quelques défauts.

On plonge immédiatement dans l’histoire, pleins d’interrogations : qu’est-ce que c’est que ce portable qui ne se décharge pas ? A qui appartient-il ? Quel peut bien être le lien avec tous ces suicides ?

Toutes ces interrogations ont un effet magique sur le lecteur : une fois plongé dans l’histoire, on ne s’en détache plus tant qu’on a pas eu de réponses… et quelles réponses ! Je ne pensais pas que les auteurs feraient prendre une telle tournure au récit, et cela m’a déconcerté et plu en même temps, car j’ai fort aimé certains éléments (je n’en dit pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise).

L’intrigue autour de tout cela est très bien pensée pour ainsi permettre au lecteur de rester passionné du début à la fin.

Là où j’ai un peu moins apprécié, c’est que, bien que l’histoire commence assez lentement, à partir d’un certain moment, les choses se précipitent un peu trop et sont trop rapides, donnant les révélations de façon un peu trop “facile” et simple, ce qui amoindri l’impact de celles-ci sur le lecteur.

De plus, la rapidité de tout cela a pour conséquence que quelques incohérences (très minimes, je l’accorde) viennent se placer, les personnages réagissant trop vite à des informations qu’ils n’ont pas dans leur intégralité.

Le style d’écriture est simple et percutant. Ne s’encombrant pas de fioriture, on se retrouve devant un style “de tous les jours”, rendant les dialogues assez vivants et le livre facile à suivre.

Quelques coquilles sont présentes, mais restent assez minimes.

Les personnages, quand à eux, sont assez bien travaillés, sans être pour autant réellement attachants. Eric, cas particulier, ne m’a pas semblé cohérent avec lui-même à certains moments (principalement entre son comportement habituel et l’horrible traitement réservé à ses parents). Mais cela est un point de vue personnel, et je me doute que d’autres lecteurs interpréteront le personnage d’une façon différente.

En bref, nous avons une très bonne histoire à l’idée fort originale et à l’intrigue très bien travaillée qui donne vraiment envie de se plonger corps et âme dans l’histoire, le tout accompagné d’un style d’écriture simple et facile à suivre. Par contre, on reprochera un passage des événements parfois trop rapide, qui crée un petit désintérêt du lecteur et quelques petites incohérences, ainsi que des personnages qui auraient pu être davantage cohérents envers eux-mêmes et attachants.

Un bon récit à découvrir !

 

Last call

Lanto Onirina et Rémy Garcia

Elenya

Thriller

225 pages

13 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 19/11/2015