Le crépuscule des hyènes, de John C. Patrick

 

 

Quatrième de couverture :

Raúl da Silva, taupe du contre-espionnage infiltrée dans le gouvernement d'Allende, n'aura pas su protéger sa compagne chilienne lors du coup d État de Pinochet. En 1992, lorsqu'il se retrouve au coeur de la guerre en Bosnie-Herzégovine, le destin frappe à nouveau, manquant lui arracher pour la seconde fois la femme qu'il aime. De retour en France, Raúl est amené à enquêter sur les séquelles des réseaux d'exfiltration des criminels de guerre mis en place par le Vatican après la Seconde Guerre mondiale. Manipulé par Mathieu Sombart, un homme de l'ombre qui fut en 1944 aux prises avec les scories de l'Occupation, traqué par des tueurs liés à une organisation intégriste catholique et les services secrets serbes et croates, Raúl voit se profiler le fantôme de Szkolnikoff, maître du marché noir, à l'origine d'un gigantesque pillage savamment organisé par les nazis. « Le crépuscule des hyènes » projette une lumière crue sur un aspect méconnu de l'Histoire du XXe siècle.

Chronique de Sybille :

Avant toute chose, je remercie les éditions Kyklos pour m'avoir fait découvrir ce livre. Ce qui m'a tout de suite attiré lorsque je l'ai vu, c'est le titre du livre : je l'ai trouvé mystérieux et je voulais absolument découvrir ce qui se cachait dérrière ce titre enigmatique. J'ai aussi tout de suite été attiré par la couverture du livre, parce que je trouve que les couvertures des livres édités par cette maison d'édition sont aussi enigmatiques et poussent à la curiosité. je n'ai donc pas pu résisté et j'ai bien fait car cette lecture a été intéressante et enrichissante pour moi, même si il y a eu quelques points négatifs.

On se retrouve directement plongé dans l'histoire, on ne peut pas faire autrement, puisque le livre démarre fort : on est plongé en plein dans l'action. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'on ne s'ennuie jamais, tout au long de la lecture, notre héros se retrouve face à des situations compliquées et plutôt incongrues, dont il est obligé de se sortir.

Ce qui m'a posé plus de difficultés pendant ma lecture, c'est le contexte même de l'histoire, puisque l'auteur parle d'abord du coup d'état de Pinochet puis de la guerre en Bosnie Herzégovine, et pour finir, de l'occupation pendant la seconde guerre mondiale. Du coup, j'ai eu souvent du mal à tout regrouper, tout comprendre. les éléments clés pour comprendre sont assez difficiles à trouver, assez abstraits, je dirais.

Ceci dit, malgré ce petit point négatif, ma lecture a été plutôt agréable puisque j'ai eu un petit coup de coeur pour le personnage principal, Raul ! Je l'ai trouvé très intéressant, discret, désireux de connaître la vérité. On comprend bien qu'avec ce qu'il a vécu, il refuse les injustices. C'est donc la raison pour laquelle j'ai apprécié ce petit roman !

De plus, l'histoire se passe dans un petit village de France, et je trouve qu'on s'imagine très bien l'environnement, on arrive à ressentir les scènes angoissantes, terrifiantes, on arrive à sentir les filatures dont Raul fait l'objet, etc. Je conseille donc ce livre à tous ceux qui aiment l'action, les enquêtes, les filatures. N'hésitez pas, vous passerez certainement un bon moment en compagnie de Monsieur Da Silva !

Le crépuscule des hyènes

de John C. Patrick

éditions Kyklos

228 pages

19 euros

 

Sybille

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 13/06/2012