Le lion des Flandres, de Roger Facon

 

Quatrième de couverture :

1936. L'inspecteur Frémont, dit « le Lion », est promu au ministère de l'Intérieur et chargé des « affaires réservés ». Il devient le conseiller de Roger Salengro, nouveau ministre de l'Intérieur. Le temps de se familiariser avec ses nouvelles fonctions, il est chargé d'une enquête délicate : Fernand Lemoine, ancien inspecteur de police et membre du « Souvenir Jaurès », a été abattu en rentrant de Berlin. La piste du « Souvenir » le mène à un certain Paolo Gras de Boeuf, truand ch'ti qui a fourni son faux passeport à Lemoine.
Séraphin Mangin, chroniqueur corrompu et créateur de Confidentiel Défiance, journal anticommuniste prisé des grands industriels nordistes, reçoit la visite d'un certain Hans Bauer, à qui il doit une dette de taille. Ce dernier l'a aidé à évacuer un cadavre, possède des clichés de la scène et lui fait aujourd'hui du chantage : il doit monter un dossier à charge contre Roger Salengro.

Chronique de Sybille :

Un petit thriller de temps en temps, ça fait du bien ! C'est donc avec envie que j'ai ouvert Le lion des Flandres. J'en profite pour remercier les éditions L'archipel pour m'avoir permis de faire cette nouvelle découverte littéraire.

J'étais pressée de découvrir ce roman policier, mais  j'ai vite été freiné dans mon élan. Il m'a fallu presque qu'une centaine de pages pour me sentir vraiment à l'aise avec l'histoire et pour être totalement emballée. L'intrigue se met en place rapidement, mais c'est l'ambiance générale du roman qui m'a un peu génée au début de ma lecture. Je n'arrivais pas à être interessée par l'histoire. Et je pense que cela est dû au fait que l'auteur passe d'un lieu à un autre en deux ou trois pages. Ce qui fait qu'on  n'a pas vraiment le temps de se poser, de comprendre suffisamment bien la scène.

Mais heureusement, il y a eu un tournant dans l'histoire et je me suis sentie beaucoup plus passionnée. Je pense que l'atout principal de ce livre est très probablement l'époque historique que l'auteur a choisi pour cadre. En effet, l'époque du Front Populaire n'est jamais décrite sous cet angle austère et froid. C'est donc très original et ça m'a beaucoup plu, car cela m'a permis de découvrir des choses que je ne connaissais pas. On retrouve des personnages historiques et j'ai apprécié cette petite touche réaliste. Je ne m'y connais pas assez bien pour savoir si l'auteur a vraiment respecté la vie des ces personnages.

Les personnages sont intéressants mais ne sont pas, selon moi, le point fort de l'histoire. Le lion est un personnage charismatique, mais ne m'a pas forcément touché. On sent qu'il est intelligent mais qu'il est tiraillé, mal dans sa peau.

En résumé, Le lion des Flandres est un policier original avec un côté historique réaliste qui devrait plaire aux fans du genre.

Le lion des Flandres,

de Roger Facon,

éditions L'archipel

18 euros 95

300 pages

 

Sybille

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau