Le Psychopompe, de Dominique Maisons

Quatrième de couverture

Paris, hiver 2011. La vie d’Alice Jourdan bascule dans l’horreur la nuit où elle se fait agresser par un vagabond fantomatique qui a le visage de son mari défunt. L’incident plonge la jeune femme dans un état de terreur paranoïaque. Elle va se confier à Victor Bellanger, flic marginal en pleine dérive, qui n’hésite pas à rompre avec tout cadre légal pour mener sa propre enquête. Tous deux se retrouvent au cœur d’une série d’incidents violents liés au passé familial de la jeune femme… Isolés et traqués, ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour échapper à l’abîme…

Chronique de Vanfanel

Alice Jourdan est une jeune enseignante qui se remet péniblement de la mort récente de son mari. Un jour, alors qu’elle rentre d’une réunion avec le reste du corps professoral, elle est agressée par un homme qui ressemble étrangement à son époux défunt. Lorsqu’elle se rend plus tard au commissariat d’Alfortville son cas attire l’attention de Victor Bellanger, un flic peu commode, qui va tomber sous le charme de la jeune femme et fera tout son possible pour mettre fin à son calvaire.

S’ensuit alors une enquête pleine de mystères et de mysticisme qui mettra leurs nerfs à rude épreuve.

Je dois avouer qu’il m’a fallu un peu de temps avant de m’immerger dans le récit, mais une fois que l’on est pris il est difficile de stopper sa lecture.

La première chose qui m’a frappée est le caractère pour le moins singulier de Victor Bellanger ancien membre de l’Antigang basé au 36 quai des Orfèvres. Il est très contrarié suite à son exil forcé au commissariat d’Alfortville. C’est un homme qui à besoin d’action, être entouré de fonctionnaires dont il croît que la seule préoccupation est leur confort personnel. L’affaire d’Alice Jourdan va lui faire repousser des ailes et se sentir comme un poisson dans l’eau.

Le personnage d’Alice Jourdan est quant à lui plus difficile à cerner. Au début elle semble s’être enfermée dans son propre monde suite à la mort de son mari, mais on se rend compte par la suite qu’au fur et à mesure de l’avancement de l’enquête, elle s’extériorise. On ne peut pas dire que le changement soit soudain, cependant on peut observer qu’elle effectue un retour vers la réalité en étant accompagnée par Victor Bellanger.

Concernant l’écriture, les mots sont bien choisis et correspondent au langage auquel on peut s’attendre pour ce type de récit. Pas de phrases trop compliquées qui viendraient perturber la lecture par des séances de réflexions inutiles.

La gestion des émotions est également très bien faite. Si de temps en temps on peut sentir une sorte gaieté chez les personnages, il arrive cependant que l’on éprouve leur tension pendant certains passages plus choquants. On peut même à certaines occasions partager leur dégoût quant aux évènements qui se déroulent sous leurs yeux.

Il s’agit donc ici d’un excellent thriller résultant d’un polar plongé au cœur du mysticisme et de l’inconnu.

 

Le Psychopompe

Dominique Maisons

Les nouveaux auteurs

574 pages

19,90€

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 16/02/2014