Les années perdues, de Mary Higgins Clark

les-annees-perdues.jpg

 

Quatrième de couverture :

 

Pour Mariah, le cauchemar commence quand elle retrouve sa mère une arme à la main, près du cadavre de son père. Aucun doute pour la police : atteinte d'Alzheimer, Kathleen Lyons a tué son mari dans une crise de jalousie. Mais Mariah, elle, est convaincue de son innocence.

Spécialiste de la Bible, Jonathan Lyons venait de faire une spectaculaire découverte : une lettre de Jésus à Joseph d'Arimathie, élucidant le mystère des fameuses « années perdues », volée dans la bibliothèque du Vatican au XVe siècle. Une nouvelle extraordinaire pour la chrétienté tout entière.

Aurait-on tué Jonathan Lyons pour récupérer le précieux parchemin ? Et dans ce cas, qui est le coupable ? Décidée à découvrir la vérité, Mariah se lance dans l'enquête, au péril de sa vie...

 

Chronique de Platinegirl :

 

Si je suis friande des romans policiers de Mary Higgins Clark (certains m'ont causé des nuits blanches...), je vous avoue que je préfère souvent attendre leur sortie en poche pour en profiter à faible coût, mais surtout où je veux et pas nécessairement dans mon lit (pour cause de brochés trop volumineux - et de difficultés à m'endormir quand j'ai la frousse pour l'héroïne ! ). Aussi, j'ai débuté ma lecture du nouveau roman de Mary Higgins Clark (MHC) en broché comme une aventure. Et quelle aventure !

 

Comme je vous le disais, les brochés de MHC sont très lourd et volumineux. Celui-ci fait un peu plus de 400 pages, avec plus de 80 chapitres assez courts. Sa couverture ne m'attire pas spécialement, surtout qu'après ma lecture de ce livre, je peine à situer cette scène et ces personnages... En tout cas, j'ai mis beaucoup de temps à lire ce MHC, alors qu'il ne semble pas plus long (en terme de mots et non pas de pages) que les poches, sûrement à cause de son gros format (qui fatigue les bras et m'a empêché de l'emmener en voyage jusqu'au boulot)... A choisir, les poches, quand on est fans et pas fous amoureux de l'auteure, c'est vraiment pas plus mal !

 

J'ai mis du temps à lire "Les années perdues", mais cela ne signifie pas que j'ai eu du mal à accrocher avec son histoire ! Après un prologue nous permettant de situer un des moteurs de l'histoire (un parchemin du Christ), on est de retour à notre époque où tout s'enchaîne à merveilles (façon de parler, il s'agit quand même d'un meurtre ! ) . Il faudra juste s'accrocher au début pour ne pas mélanger les différents protagonistes...

Mariah est l'héroïne de ce MHC, c'est un personnage typiquement MHCien, si j'ose dire : une femme trentenaire célibataire ayant une belle carrière... et pas mal de sang froid face au meurtre d'un proche (la recette habituelle de MHC). Bizarrement, j'ai l'impression que c'est le premier MHC que je lis avec une narration 100% omnisciente (cela a pu être moins flagrant dans les précédents, auquel cas il faudra penser que l'histoire est pas assez compliquée pour que je ne cherche pas autre chose à me mettre sous la dent) : on suit les faits et gestes de tous les personnages de l'histoire, le meurtrier y compris (sans qu'on sache qui c'est ! ). Finalement, si on passe certes beaucoup plus de temps avec Mariah qu'avec les autres protagonistes de l'histoire, mais je trouve qu'on s'attache moins à elle qu'aux autres héroïnes MHCiennes, on apprend moins bien à la connaître. Ce qui nous permet d'éprouver beaucoup de sympathie pour un couple d'amis proches qui la fréquente (des héros récurrents, si je ne m'abuse)... Un mal pour un bien !

Mais revenons à l'histoire. Elle est assez bien ficelée et m'a beaucoup plu, ce qui est une chance quand on connait mon manque de passion pour la religion, même à petites doses comme ici (cela va déranger ceux qui veulent un thriller biblique à la Da Vinci Code). On ne peut pas dire qu'il y ait une tonne de rebondissements au cours de ces 400 pages, mais le fait est que le changement régulier de protagonistes-phares du chapitre aide à ce que cette histoire passe bien, tout simplement. On ne s'ennuie pas et on mêle facilement la psychologie des personnages à l'enquête à proprement dite.

Justement, parlons de l'enquête. C'est une histoire qui m'a fait penser à un huit-clos. On connait dès le début la majorité des protagonistes et on s'acharne, nous lecteurs, à deviner qui peut bien être le méchant. Je vous avoue que j'ai deviné assez rapidement son identité, même si son premier mobile manquait à ma propre enquête. Toujours est-il que je pense que cela plaira aux amateurs d'énigmes qui aiment deviner, mais pas trop facilement, les méchants de l'histoire !

 

Pour finir, je souhaite revenir sur un point qui m'a marquée. J'ai trouvé vraiment bizarre la façon dont "Les années perdues" est narrée Après plusieurs phrases "normalement" construites, de type narratives comme "Mariah enfila son collier de perles, celui que son père lui avait offert.", paf ! , voilà que l'on entend les pensées du personnage sans que cela ne soit traduit en terme de ponctuation, on enchaîne direct sur un "Il va cruellement me manquer, pensa-t-elle.". Encore, écrit comme je l'ai fait, cela ne choque pas trop, mais regardez plutôt ce que ça donne quand on raccroche les deux phrases ensemble : "Mariah enfila son collier de perles, celui que son père lui avait offert. Il va cruellement me manquer, pensa-t-elle." : vous ne trouvez pas cela bizarre, vous ? J'étais "choquée" à chaque fois que je reprenais ma lecture, tant je ne suis pas habituée à ça. Disons... que cela donne un genre à la lecture, et qu'on comprend parfois, après coup, qu'on est entré dans la tête du personnage...

 

 

Allez, il est temps pour moi de rendre ma plume. Ce n'est peut-être pas le meilleur MHC que j'ai croisé (il ne m'a pas tenue éveillée pour que je le finisse, ou à cause de son suspense qui me faisait frémir en pleine nuit au moindre bruit), mais c'est clairement un bon roman pour se détendre, pour les amateurs du genre ! En broché ou pas, inscrivez-le sur votre liste de livres à lire, il fera son job : vous reposer, que ce soit sur la plage ou dans votre lit !

 

 

Les années perdues

Mary Higgins Clark

Editions Albin Michel

400 pages

22,50 euros.

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 18/06/2012