Les Larmes de Diamant, Déborah Crombie

 

Quatrième de couverture

En 1939, les Rosenthal ont quitté l’Allemagne Nazie pour se réfugier en Angleterre. C’est tout ce que sait l’inspectrice Gemma James du passé de son amie Erika. Mais aujourd’hui, la vieille dame à besoin de son aide. Une broche en diamants réalisée par son père, célèbre joailler art déco, volée durant leur fuite, figure au catalogue d’une prestigieuse vente aux enchères londonienne. Qui la détenait durant toutes ces années ? David, le mari d’Erika, a-t-il été assassiné ?

Autant de questions auxquelles les milieux feutrés de la haute société londonienne aimerais ne pas avoir à répondre… Le secret de la broche semble mettre en danger tous ceux qui l’approchent : premier d’une série, le meurtre de l’adjointe du commissaire-priseur vient semer le trouble. Chargé de l’affaire, Duncan Kincaid, compagnon de Gemma, se lance dans une enquête dont les répercussions pourraient bien s’avérer redoutables.

 

Chronique d'Alexandre

Aujourd’hui, je vous parlerai du livre « Les Larmes de Diamant » de Déborah Crombie.

Duncan Kincaid et Gemma James sont tous deux officiers de police. L’un officiant à Scotland Yard, l’autre dans les services plus courants. Anciens coéquipiers, ils vivent désormais ensemble et mènent une vie tout ce qu’il y a de plus satisfaisant.

Lorsqu’un matin l’une des amies de Gemma, Erika Rosenthal, l’appelle à propos d’une broche mise en vente aux enchères et lui demande de se renseigner à son propos, celle-ci est loin de se douter de l’endroit dans lequel elle met les pieds.

En effet, son investigation à peine commencée, la première personne interrogée se fait assassiner dans la nuit suivante. Choquée et révoltée, Gemma demande à ce que l’affaire, qui est reléguée au Yard, soit confiée à Duncan, son compagnon.

Ils mènent alors de concert une enquête autour de laquelle gravitent de nombreux personnages, tous autant que les autres susceptibles d’être l’assassin de la première victime. D’autre suivront, venant compliquer l’affaire.

Plus l’enquête avance, plus il semblerait que l’affaire plonge ses racines dans le passé et soit lié à cette mystérieuse broche sertie de diamants…

C’est une très agréable découverte que cet ouvrage. Facile à lire autant que plaisant, à aucun moment je n’ai eu le sentiment que l’histoire piétinait ou s’égarait. Tout au long du récit, les évènements s’enchaînent avec un rythme et une constance fort appréciable, tenant le lecteur en haleine sans qu’il ne soit lassé de la compagnie des héros.

Héros que l’on cerne assez facilement, mais qui demeurent mystérieux. Pour ma part, je n’ai pas vraiment eu l’impression de bien connaître les différents personnages. Certes, leur dynamique, et leur état d’esprit du moment sont fort bien relaté, mais leur personnalité intrinsèque m’est restée étrangère. Non que cela représente un gros souci, mais j’aurais bien aimé être plus proche d’eux à la fin de ma lecture. Peut-être est-ce dû au fait qu’ils sont également les héros d’autres ouvrages du même auteur ? C’est une question à laquelle je ne pourrai répondre que lorsque j’aurai lu ceux-ci.

Mis à part la question de la connaissance des héros, le fait qu’ils aient déjà vécu d’autres aventures et qu’il y soit fait quelques allusions dans le présent ouvrage ne pose aucun problème. La lecture de ces dernières n’étant vraiment pas un pré requis pour la compréhension de l’intrigue.

J’ai beaucoup parlé du fond de l’histoire, parlons maintenant de la forme.

Le style d’écriture m’a beaucoup plu. Fluide et facile à suivre sans être trop simple, il n’est pas question ici d’avoir un dictionnaire à côté de soi ou qu’un lexique soit présent en fin d’ouvrage pour comprendre tous les mots savants que l’on retrouve souvent dans d’autres ouvrages du même style.

Sans être ampoulé, le phrasé utilisé par l’auteur n’est pas non plus trop simple. A mon sens, un juste milieu à été trouvé, pouvant contenter (presque) tous les styles de lecteurs. Du plus aguerri à la lecture à celui qui ne lit un livre qu’une fois de temps en temps. Avantage et exercice de style non négligeable, il faut le reconnaître.

La manière d’amener les situations à suspens est également fort bien conduite. Le dosage de la progression  se fait tout en douceur, sans qu’on ne se rende compte de la tension qui monte. Ce n’est qu’une fois la pression retombée que l’on se rend compte qu’on était crispé sur les pages de son livre et que plus rien n’existant autour de nous.

Seul petit défaut à mon sens : la profusion de personnages dans les débuts de l’histoire et la vitesse à laquelle on passe d’une personne à l’autre. A mon sens, le lecteur s’y perd quelque peu. Cependant, l’équilibre est rétabli au bout d’une petite quarantaine de pages, pas de panique !

Encore une fois, une chronique forte élogieuse de ma part pour un ouvrage qui en vaut la peine et que je recommande cette fois-ci à tous, pour peu que vous ne soyez pas allergiques à la lecture en générale.

 

Les Larmes de Diamant

Déborah Crombie

Albin Michel

352 pages

19,50€

 

Alexandre

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 07/11/2015