Lost Girls, de Andrew Pyper

lost.gif

Quatrième de couverture

Bartholomew Crane, jeune avocat sans scrupules, est envoyé par son cabinet dans une bourgade de l'Ontario pour assurer la défense d'un enseignant accusé du meurtre de deux de ses élèves.
Les corps des jeunes filles n'ont pas été retrouvés, mais tout prête à penser qu'elles ont été noyées dans le lac voisin. Alors que Crane commence à rassembler les éléments de sa défense, il devient la proie d'hallucinations. Il refuse d'abord de prêter attention aux voix qui le tourmentent, mais les événements font remonter à la surface d'étranges souvenirs… Avec ce roman mêlant mystère, suspense et fantastique, Andrew Pyper a fait une entrée remarquée dans le monde du thriller.

Chronique de Garlon

Je vous présente cette fois une grosse déception (eh oui, cela arrive) : Lost Girls.
 
Barth Crane est un jeune avocat sans scrupule qui n’hésite pas à mentir ou à déformer la vérité pour arriver à ses fins.
Mandaté dans une petite ville perdue du nord du Canada, le jeune homme se retrouve à devoir défendre un professeur accusé du meurtre de deux jeunes filles.
Aucun corps n’a été retrouvé et les preuves dont dispose la Couronne sont vraiment très faibles.
L’affaire semble donc bien simple... mais les choses sont peut-être bien différentes que ce que les premières informations dont dispose Barth semblent le montrer, et certains évènements pourraient même bien faire s’effondrer bien des certitudes.
 
Comme dit précédemment, ce livre est une grosse déception.

Le concept présenté par la quatrième de couverture me tentait vraiment, tout comme l’idée générale du livre, notamment le fait de suivre l’histoire de cet avocat sans scrupule, couplé à des évènements mystérieux. J’ai vraiment bien aimé cette idée générale, donc.
Par contre, pour le reste, j’ai trouvé que ce n’était pas du tout ça.

L’auteur a une énorme tendance à traîner en longueur avec des choses vraiment superflues. Je ne compte plus le nombre de cauchemars, de visions, de rencontre avec un personnage... inutile à l’histoire que j’ai vu dans le livre (disons plutôt devenus inutiles car trop souvent répétés). J’ai vraiment trouvé que ça tournait autour du pot, histoire de rallonger le livre, et ça m’a vraiment cassé dans ma lecture et m’a empêché de m’accrocher au livre.
De plus, Barth a “oublié” certaines choses, et cet oubli n’a vraiment aucune raison d’être, est vraiment illogique.
Bien entendu, si vous arrivez à passer ces quelques problèmes, vous aurez une ambiance assez angoissante, avec une énigme vraiment particulière et bien trouvée. Mais, pour ma part, je n’ai pas été entraîné dedans, et j’ai finalement trouvé la chute de l’histoire beaucoup trop simple et très peu travaillée, ce qui a donc encore plus contribué à me décevoir.

Le style de l’auteur n’est pas vraiment désagréable, et est même assez fluide, couplé même parfois à une écriture poétique, mais sa tendance a traîner en longueur a, là aussi, pour ma part, contribué à m'empêcher à accrocher au livre. Cela a donc été vraiment dommage, car je pense que sinon le style de l’auteur aurait vraiment pu me plaire.

Concernant les personnages, on sent que l’auteur a voulu les rendre assez détestable, fort antipathiques (principalement pour ce qui est de Barth ou de McConnel, ce dernier représentant tout ce qui m’exaspère dans les religions). J’ai trouvé que s’était une bonne idée, ayant rarement l’occasion de suivre un personnage assez détestable, et j’ai donc assez aimé pouvoir voir la façon de penser de Barth et la façon d’être des autres personnages.
Mais malheureusement, j’ai trouvé que l’auteur poussait trop loin cet aspect, rendant les personnages moins humains, avec une agressivité beaucoup trop poussée qui donne un aspect vraiment exagéré et qui m’a donc assez ennuyé.


En bref, ce livre m’a vraiment déçu car, bien que le concept de base soit très bien, l’auteur traîne beaucoup trop en longueur, tournant autour du pot et certains aspects du livre ne sont pas très logiques. Le style de l’auteur est, à part cela, fluide et agréable, et les personnages sont détestable, mais à un point trop élevé qui les rend par trop inhumains.

 

Lost Girls

Andrew Pyper

L'Archipel

435 pages

22 €

 

Garlon


Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 09/06/2012