Procréation très assistée, de Laurent Chevrier

procreation-tres-assistee.jpg

Quatrième de couverture :

"Vous venez souvent ici?
Ouh là, mais bien sûr... Y'a maldonne, si il croit que je vais lui raconter ma vie.
— Chaque fois que je veux que les cons me lâchent un peu."
Je crois qu'il s'est un peu empourpré, j'ai vu quelques vaisseaux sanguins se dilater, mais il l'a cherché, je n'aime pas qu'on me soule, je sais très bien le faire seul, c'est pourquoi je me suis resservi en whisky. Je n'ai pas d'a priori sur lui mais sa conversation sent le XVIe, arrondissement et siècle inclus. Alors monsieur le pseudo-baron est prié de nous laisser Fred et moi entre taiseux romantiques.
"Laurent, voulez-vous gagner beaucoup de fric?"

 

Chronique de Sybille :

J'ai lu ce livre dans le cadre de l'émission de radio dont je fais partie. Nous recevions l'auteur pour une interview et donc, j'ai eu l'occasion de lire ce court polar qui a vraiment attiré mon attention. Il est effectivement très court puisqu'il fait une trentaine de pages, mais cela suffit pour passionner le lecteur.

L'histoire est basée sur un fait divers et l'auteur en a fait une histoire inventée. On fait la connaissance de Laurent, un papa divorcé qui a une vie assez décousue. Un soir, il rencontre un commissaire de police dans un bar, qui lui fait une proposition étonnante, à savoir faire un enfant contre une rémunération. Laurent croit au début à une blague, mais ce commissaire est tenace et en devient même menaçant, puisque sa vie dépend de ce potentiel enfant.

L'histoire est donc assez surprenante et c'est vraiment le point fort de ce livre. On ne s'attend absolument pas à la tournure que va prendre ce polar. A l'origne, on ne pense même pas ouvrir un polar, c'est pour vous montrer à quel point l'histoire est vraiment bien ficellée. L'ambiance est sombre, menaçante et on se demande comment Laurent va se sortir de ce mauvais pas. Le style de l'auteur joue également beaucoup puisque le language courant qu'il utilise permet d'imposer cette ambiance particulière.

Amateurs de polars, vous serez sûrement surpris de voir que l'auteur a choisi d'inverser les codes traditionnels : le commissaire de police tient le rôle "du méchant", alors que le Laurent tient le rôle "du gentil", de l'honnête citoyen. Ce côté est vraiment très appréciable, puisque cela permet un changement et attire tout de suite l'attention du lecteur, ce qui est à mon avis, est une très bonne chose vu qu'il s'agit d'un très court polar. Chaque personnage ressort de cette histoire un peu cassée, que ce soit Laurent, le personnage principal, le commissaire de police ou encore l'infirmière, tous connaissent une triste fin à leur façon.

Si j'ai une petite chose à reprocher à ce polar, c'est la longueur de la nouvelle. Trente pages, c'est peut-être un petit peu court à mon goût. C'est dommage parce que l'histoire est tellement originale et bien écrite, qu'on en redemande. Je pense que certains points auraient pu être développés de façon plus conséquence, comme la chute finale où tout s'enchaîne très brusquement.

En résumé, je vous conseille fortement cette nouvelle qui a sû me charmer par son originalité, par son suspense et par sa chute finale. Les amateurs du genre devraient être ravis de retrouver tous les bons éléments d'un polar un peu bousculés.

 

Retrouvez l'interview de Laurent Chevrier sur le site de la radio Prun

 

Procréation très assistée,

Laurent Chevrier

éditions Mon petit éditeur,

34 pages

11 euros

 

Sybille

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 05/11/2013