Qui a tué Toutankhamon ?, de James Patterson et Martin Dugard

 

Quatrième de couverture

Qui assassina Toutankhamon en 1324 av. J.-C. ? Horemheb, l'ambitieux général qui devait être l'un de ses successeurs ? Ay, son grand vizir lui aussi affamé de pouvoir ? Ankhesenamon, sa demi-soeur qu'il épousa et qui ne put lui donner d'héritier ?
Plus de trois mille ans après sa mort, James Patterson et Martin Dugard mènent l'enquête. Ils retracent les étapes des neuf années de règne du jeune pharaon, mort à dix-huit ans, et la carrière mouvementée d'Howard Carter, qui découvrit son tombeau le 22 novembre 1922, après un quart de siècle de fouilles dans la Vallée des Rois.
À la lumière des plus récentes méthodes d'analyse scientifique, leur double enquête clarifie les circonstances de la mort de Toutankhamon et la découverte de son tombeau dans la vallée des Rois, permettant ainsi de dissiper le mystère Toutankhamon.

Chronique de Garlon

Je vais vous présenter un autre livre de James Patterson, mais qui m’a laissé un avis assez mitigé, certains aspects étant très bien développés et d’autres… Enfin, je vous laisse découvrir mes arguments.

Cette fois, l’auteur de thrillers a décidé de se lancer dans l’historique, et de reprendre les histoires de Toutankhamon et du découvreur de son tombeau, Howard Carter.

Nous trouvons également, dans le récit, certains chapitres dans lequel l’auteur nous raconte sa propre histoire, ce qui lui a donné envie d’écrire ce livre, et ses recherches pour prouver que Toutankhamon a bien été assassiné.

Bon, bien que je ne sois pas spécialiste de l’Egypte ancienne, je m’y intéresse énormément, et j’ai donc plusieurs arguments allant contre les affirmations de l’auteur.

Tout d’abord, passons sur quelques gros éléments historiques :

Bien que ce mot n’apparaisse que 2 fois dans le livre, je l’ai quand même vu : esclave. Depuis le temps que les égyptologues tentent de faire comprendre au grand public qu’il n’y AVAIT PAS D’ESCLAVAGE EN EGYPTE ANCIENNE, il serait temps que les gens ouvrent les yeux, et surtout les auteurs, qui ont une grande influence sur l’avis de leurs lecteurs.

Passons maintenant au second point : le harem. Bien que ce soit le même terme que pour les sultanats, le harem n’avait pas vraiment la même fonction, contrairement à ce que semble dire James Patterson. En effet, bien que ce soit en effet le lieu de résidence des épouses du Pharaon (comme les épouses diplomatiques, relatives à un accord de paix), il y avait d’autres femmes et il s’agissait de bien plus que ça : c’était un lieu où les femmes apprenaient la danse, la musique, le chant, la littérature, etc., avec de nombreuses autres personnes, et non enfermées à attendre le désir de leur roi. Et quand au fait d’entendre parler d’un harem pour un noble… Je ne vais même pas m’exprimer là-dessus.

Le comportement des personnages est également fort contraire à ce que je connais de l’Egypte Ancienne. Nous les voyons ici comme des cruels, de hommes et femmes assoiffés de pouvoir. Ce n’est pas du tout l’image qui m’a été donnée par les égyptologues, qui ont plus tendance à montrer un peuple raffiné et cultivé, qui n’hésite pas à venir en aide aux plus faibles.

Maintenant passons à la théorie de l’assassinat. Bien que James Patterson dise avoir trouvé la preuve que Toutankhamon a été assassiné, ainsi que l’identité de ses tueurs, ce n’est pas cela du tout. Premièrement, la théorie et la probable identité des assassins a déjà été avancée il y a des années par Violaine Vanoyeke, qui en a d’ailleurs écrit des livres. Ce n’est donc pas une grande révélation de James Patterson, contrairement à ce qu’il tente d’affirmer, dans un assez grand élan d’égocentrisme, il faut l’avouer. Ensuite, nulle preuve n’apparait, seulement quelques spéculations qui n’apportent vraiment pas grand-chose. De quoi lancer une théorie, mais surement pas une affirmation diffamante envers certains personnages historiques. Nous voyons un peu trop ici la plume d’un auteur de thriller, et non d’histoire.

Voila, excusez-moi pour ces longs paragraphes, mais je jugeais utile de mettre certaines choses au clair, car j’en ai marre de voir de nombreux auteurs parler d’histoire sans s’y connaitre assez pour être dans le vrai.

Je vais maintenant pouvoir passer aux points positifs du récit :

Tout d’abord, l’histoire d’Howard Carter est tout à fait dans le vrai, et relate très bien les aventures de l’égyptologue qui a découvert la tombe de Toutankhamon. Aspect positif pour lequel j’applaudi le travail de l’auteur.

Concernant le style de James Patterson, rien à dire là-dessus : le texte est très fluide et se lit vraiment très facilement, ce qui fait que le lecteur se retrouve très rapidement plongé au cœur des histoires du livre avec une passion dévorante, partageant les sentiments des personnages et craignant pour leur vie.

L’idée de sauter d’une époque a l’autre est vraiment très bonne, et j’y ai vraiment bien accroché, plongeant dans le récit avec encore plus d’envie.

Les chapitres sont très courts (peut-être trop ?), ce qui permet de passer d’un moment de l’histoire à un autre, voire d’une époque à une autre, sans avoir le temps de reprendre son souffle.

En bref, ce livre est vraiment un très bon récit de FICTION, mais la partie sur l’Egypte Ancienne n’est pas à prendre pour argent comptant, car relève plusieurs incohérences et est le fruit de nombreuses spéculations pour lesquelles aucune preuve n’a été apportée. Je pense donc que l’auteur devrait rester sur le style pour lequel il est maître : le thriller.

Par contre, délectez vous de l’histoire d’Howard Carter et du style de James Patterson, toujours agréable à lire, en oubliant pas de prendre le récit pour une fiction.

 

Qui a tué Toutankhamon ?

James Patterson et Martin Dugard

L'Archipel

280 pages

19,95 €

 

Garlon

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 09/06/2012