Séquestrée, Chevy Stevens

Quatrième de couverture 

« Un suspense psychologique d'une noirceur extrême, dense et suffocant, qui repousse les limites du genre. » Kirkus 

« Lorsqu'un psychopathe joue au jeu du chat et de la souris avec sa victime. Un thriller d'une force inouïe. » Lisa Gardner

Séquestrée !

Annie O'Sullivan, 32 ans, est agent immobilier sur l'île de Vancouver. Par un dimanche ensoleillé d'août, l'homme à qui elle fait visiter une maison lui plante le canon d'un revolver dans le dos et l'oblige à monter dans une camionnette.

Après un an, elle recouvre la liberté.

Quand Annie se réveille, elle est prisonnière, isolée dans une cabane au milieu des bois. Début d’un enfer au cours duquel ce monstre fera d’elle sa chose. Tortures psychologiques et sévices se succèdent… jusqu’à ce qu’elle parvienne enfin à s’échapper.

Mais son cauchemar ne fait que commencer...

Débutent alors les séances chez sa psy. Annie révèle peu à peu l’horreur pour mieux d’exorciser et réapprendre à vivre. Mais le pourra-t-elle jamais ? Un premier thriller choquant, terrifiant, envoûtant, inoubliable.

 

Chronique de Melisande 

 

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions L’Archipel pour m’avoir permis de lire ce livre que j’ai vraiment adoré et trouvé génial, tout en étant horrible et glauque a sa manière (ça prouve que le thriller est vraiment réussi).

 

La présentation de ce roman est vraiment originale puisque chaque chapitre correspond à une séance chez le psy. Annie est donc la narratrice et s’adresse directement à son psy (à nous lecteur finalement). Elle raconte donc comment elle vit depuis qu’elle est rentrée chez elle, ses craintes et son avancée sur la voie de la guérison (est-ce seulement possible ?). C’est ainsi qu’on entrevoit peu à peu le calvaire qu’a vécu Annie pendant un an, que l’on découvre toute son histoire. Annie O'Sullivan était une jeune femme de 31 ans, agent immobilier, sa vie est à peu près banal jusqu’à ce jour d’août alors qu’elle faisait une journée porte ouverte pour présenter une maison, un client potentiel arrive à la dernière minute. Elle décide de lui faire visiter, mais alors qu’elle allait lui montrer le jardin, elle sent quelque chose dans ses reins, le canon d’un révolver et l’emmène dans une camionnette. Annie terrorisée ne sait pas ce qu’il va faire d’elle, et il l’a frappe suffisamment fort pour qu’elle s’évanouisse. A son réveil, elle se retrouve dans une cabane qu’elle ne quittera pas pendant un an, jusqu’à ce qu’elle s’échappe et que l’enquête poursuit toujours son cours pour savoir pourquoi elle a dû subir tout ça.

Bien que ce soit un livre dur, horrible et glauque par moment, (et dire difficile à lire vu tout ce qui lui arrive) j’ai vraiment adoré ce livre parce que ce sont exactement les éléments que l’on veut retrouver dans un bon thriller. Ce livre est vraiment prenant et j’ai eu beaucoup de mal à m’en détacher. Malheureusement pour moi, il n’aura pas duré plus d’une journée, même si j’ai pleinement savouré ce livre. En tout cas, si l’auteur écrit d’autres livres du genre, je prends tout de suite. L’écriture est vraiment agréable, ça se lit bien et on s’immerge vraiment dans la tête d’Annie. Lire un livre à la première personne est très prenant et pour moi, je trouve ces textes là plus intéressant car on s’attache inévitablement au personnage (de manière générale), mais aussi à l’univers qui est créé. Je trouve qu’on rentre plus facilement dans l’histoire et je m’y intéresse beaucoup plus que lorsque c’est écrit à la 3e personne (même si j’apprécie ce type de narration). Mais lorsque ledit livre est un thriller et que l’on vit ou revit de tels moments, c’est encore pire je trouve. On est plongé au cœur de l’horreur et c’est encore plus prenant et intéressant à la fois.

On revit avec elle ces moments de souffrance, de captivité. L’atmosphère est vraiment pensante, angoissante également car, comme elle, on est captive de cet homme sans vraiment savoir pourquoi elle a été enlevée. C’est un « Monstre » comme elle ne cesse de l’appeler durant tout le livre, et on ne peut que le détester, malgré sa manière de se comporter parfois. Le souci c’est qu’elle est seule, qu’elle dépend de lui d’une certaine manière et elle sait qu’elle ne peut pas vivre sans elle. Elle est vraiment piégée (il n’y a même pas de fenêtre dans la cabane) et dans l’incapacité de s’enfuir. Elle n’a même pas le droit de sortir dehors, sauf quand il lui autorise. Mais évidemment, il la surveille de près. Elle se rend bien compte qu’elle est en plein milieu d’une forêt, sans savoir où elle se trouve exactement. Personne ne pourra la retrouver et on voit le désespoir qui l’envahit, même si elle espère toujours qu’on la retrouve.

A travers tous les chapitres elle va nous montrer son calvaire, sa souffrance, les mauvais traitements qu’elle a subi chaque jour jusqu’à sa fuite. Et je peux vous dire que c’est vraiment horrible et quand on pense qu’elle a déjà vécu le pire, d’autres éléments s’ajoutent créant un calvaire insoutenable. On se demande comme elle, quand ça va s’arrêter. A mesure des séances, on voit également les conséquences que ça a sur elle, vu qu’elle parle à sa psy en même temps qu’elle nous raconte son année passée. Et d’être pris à témoin directement, tel un psy, c’est vraiment difficile et on se demande comment elle fait pour encore vivre sans avoir envie de mettre fin à ses jours pour que tout s’arrête définitivement. On voit son courage et sa volonté de vivre dans ce livre et on ne peut qu’admirer Annie, malgré ce qu’elle a dû endurer. Mais je trouve que la raison pour laquelle elle a été enlevée, l’enquête continuant son cours même si elle a fini par refaire son apparition, l’histoire prend plus d’ampleur et une tournure assez inattendue. Je dois dire que je ne m’y attendais pas et c’est pire que tout ce qu’on a pu lire avant. On découvre ça vraiment dans les derniers chapitres. Ainsi, on est dans une attente perpétuelle et pendant toute ma lecture, je me suis demandée pourquoi. C’était vraiment une chose que je n’ai pas arrêté de penser et je n’aurais jamais imaginé que ce soit cette personne qui soit derrière tout ça. Ce texte ne peut que nous toucher et que le genre humain peut être cruel à divers degré. Annie est une femme brisée mais elle essaye de se reconstruire de parler de tout ça même si ça lui est difficile. On se rend compte que ça a laissé une marque profonde chez elle, mais également chez sa famille et ses amis qui n’ont pas cessé de la chercher. Cela a touché beaucoup plus de monde qu’on ne le croit.

En bref, ce livre est vraiment génial, malgré ses aspects difficiles. Chevy Stevens nous livre ici un thriller vraiment haletant et noir, mais cela prend davantage d’ampleur quand on comprend pourquoi Annie a dû subir tout ça. Je crois que c’est vraiment ce qui m’a marqué le plus, même si ce qu’elle a vécu pendant sa captivité est tout aussi difficile. C’est vraiment un très bon thriller que je ne peux que conseiller si vous êtes amateur du genre et de grand frisson.

 

Séquestrée

Chevy Stevens

L'Archipel

380 pages

21€

 

Melisande 

 

Commentaires (2)

Cajou
  • 1. Cajou | 05/11/2011
Ah, on peut laisser des commentaires maintenant ! Je voulais juste dire que je suis restée subjuguée par ton billet et que c'est maintenant un livre que je veux lire à tout prix... J'adore le résumé, j'aime les qualités que tu as relevées - horrible/haletant/noir/glauque/thriller.... et je suis littéralement amoureuse de cette couverture... je ne pense pas que j'en connaisse de plus jolie/appropriée !
Merci bcp pour cette découverte !

Cajou
bartholomé
  • 2. bartholomé | 30/10/2011
Genial malgré ses aspects difficiles

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 09/06/2012