Sorti de l'ombre, Pierre Zylawski

sorti-de-l-ombre.jpg

Quatrième de couverture

En mars 1982, dans la nuit du musée du Louvre, une triplette de surveillance traque une ombre qui s'en prend à des livres mondialement connues. Ombre et lumière s'affrontent tous les soirs.

Au fil des nuits, le roman prend inévitablement la dimension d'un huis clos de plus en plus tendu, prenant, entièrement livré au suspense...

Fort heureusement, les deux hommes et la jeune femme qui constituent cette équipe vont réussir à allier détermination et compétence, tout en conservant un humour véritablement rafraîchissant.

Le dénouement, à ne jamais révéler à vos amis, en étonnera plus d'un.

Un roman qui vous emmène au Louvre, un roman gai mais émouvant aussi et, ce qui ne gâte rien, un roman sain que l'on peut, les yeux fermés, placer entre toutes les mains.

 

Chronique de Melisande

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Pierregord de m’avoir permis de lire ce livre, qui nous plonge dans une intrigue au cœur de Louvre, comme on ne l’a jamais vu et comme peu de personnes peuvent le voir.

L’histoire est simple, on suit une équipe de surveillance de nuit, qui va constater des choses anormales avant de voir qu’une œuvre a été « saccagée ». L’équipe en informe leur supérieur et elle va finir par mener l’enquête pour découvrir qui est ce débile, renommé Leoula par nos trois « héros ». L’équipe est composée de Georges Cortina (qui donne le nom à l’équipe, vu qu’il en est le chef), le plus âgé, Théophile Voltaire et Emmanuelle Lemaire, étudiante aux Beaux-Arts qui effectue un stage au sein de l’équipe de surveillance de nuit. Cela a beaucoup étonné le directeur de surveillance, mais elle a été acceptée, tout comme son amie. Et pendant tout le livre, on va constater d’autres saccages, et suivre l’enquête de nos surveillants qui vont tout mettre en œuvre pour mettre la main sur ce Leoula.

Je ne savais pas forcément à quoi m’attendre en lisant ce livre, n’en ayant jamais entendu parler auparavant, donc ça a été une vraie découverte. Le résumé me paraissant alléchant, sans compter une intrigue au cœur du Louvre, je me suis dit, pourquoi pas et j’ai entamé ma lecture. Je dois avouer que je m’attendais à davantage d’action et « d’enquête », comme dans une « vraie affaire » policière (mais là peut être que je me base trop sur les thrillers, que je lis davantage), néanmoins, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre qui pourra en étonné plus d’un. Je dois avouer que pendant toute ma lecture, je me suis demandée pourquoi l’histoire se passait dans les années 80, pourquoi pas de nos jours ? (ça aurait pu se faire facilement). Mais j’ai eu la réponse à ma question, donc ma curiosité s’en est retrouvée satisfaite et je vous laisse aussi découvrir cela.

L’écriture de l’auteur est agréable à lire dans l’ensemble, on suit avec plaisir nos trois compatriotes dans leur ronde de nuit. La seule chose qui m’a dérangé c’est les dialogues. Parfois, j’avais la sensation que les paroles étaient décalées par rapport aux personnages, que ça ne leur correspondait pas, un langage peut être un peu trop soutenu par moment. Ça sonnait un peu faux, peut être un peu trop grandiloquent. Mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier ma lecture.

Je dois reconnaître que le début est un peu long à démarrer, du moins pour un policier traditionnel où le « problème » est annoncé dès le début, avec une enquête qui fuse à tout instant. Or ici, ça tarde un peu plus à venir et même dans tout le texte, ça peut être assez lent. Même s’il se passe pas mal de choses, on n’est pas non plus contre une course contre la montre où l’action va à toute vitesse et où l’on recherche des indices, etc. ce n’est pas le cas et si vous recherchez ce type d’ouvrage, passez votre chemin car vous risqueriez d’être déçus.

Les premières scènes nous montrent notre triplette Cortina lors d’une soirée de surveillance, et les deux hommes du trio : Cortina et Voltaire font un exposé, un petit cours d’histoire de l’art à Emmanuelle Lemaire. Moi, ça ne m’a pas dérangé en soi, mais c’est vrai que pour le genre du livre, ça pourrait être un peu long, et ne pas intéresser certaines personnes. Du coup, on se demande quand va arriver l’action première, à savoir celui qui s’en prend aux œuvres du Louvre. Mais moi, j’ai bien apprécié (j’ai une licence en histoire de l’art, donc ça m’intéresse d’avoir des explications sur certaines œuvres, surtout vu la manière dont c’est raconté), mais ce qui m’a plu également c’est de pouvoir découvrir pour la première fois le Louvre comme peu de gens peuvent le voir : c'est-à-dire de nuit, sans aucun visiteur, seulement, un tête à tête avec les œuvres (nombreux de mes amis historiens de l’art, aimeraient également se faire enfermer dans le Louvre pour en profiter pleinement). Ainsi à travers ce livre, ça a été en quelque sorte possible, donc merci à l’auteur de cette opportunité.

Hormis cet aspect, je dois avouer que l’intrigue était vraiment pas mal et bien menée, bien que ça prenne un peu de temps et qu’on se demande sans cesse qu’elle est la solution. L’idée était bonne et j’avoue que pendant ma lecture, j’essayais de chercher qui pouvait être responsable de ce sacrilège. L’auteur sème quelques indices par-ci, par-là, à nous d’y prêter attention pour les comprendre et le utiliser à bon escient afin de découvrir ce qui se cache derrière cette ombre des plus intrigantes et énervantes pour notre équipe de nuit. Au bout d’un moment, je me suis doutée de quelque chose, mais je n’avais pas totalement trouvé la solution, donc j’ai été quand même surprise de découvrir le fin mot de cette affaire qui a retourné plusieurs personnes au sein de l’équipe de surveillance du Louvre.

Les personnages sont attachants et ne peuvent que nous laisser un souvenir marquant, surtout l’équipe Cortina qu’on suit tout le temps, notamment Georges Cortina et Théophile Voltaire qui sont deux hommes très étonnants. Comme Emmanuelle, on se demande s’ils ne débarquent pas d’une autre planète, tellement leur connaissance (surtout pour Théophile) et leur faculté (pour Georges) sont extraordinaires. Mais cela va les aider dans leur recherche et leur permettre de dévoiler cette affaire et de comprendre ce qui se passe. On suit peu à peu leur réflexion sur cet étrange énergumène qui « saccage » des œuvres d’art (ô sacrilège !) sous leur nez, sans qu’ils ne se rendent compte de rien. Emmanuelle aussi est attachante, jeune stagiaire qui évolue parmi ces deux légendes au cœur du Louvre, qui aura eu une instruction des plus étonnantes auprès d’eux et qui s’en souviendra longtemps. Et sans oublier leur mascotte, le scribouillard, qui ne peut que laisser un bon souvenir après lecture de ce livre.

En bref, ce livre sympathique a été une bonne découverte. L’auteur nous plonge au cœur du Louvre, nous livrant ainsi, une véritable visite guidée (je ne me suis pas trop mal repérée lorsqu’on parcourait les salles et qu’on nous parlait de certaines œuvres) donc c’était un vrai plaisir. L’intrigue était vraiment intéressante et bien menée, le dénouement m’a en partie surprise, vu que j’avais en partie découvert la solution, mais ça m’a tout de même plu. C’est une bonne lecture pour se détendre et passer un bon moment, tout en découvrant le Louvre, sans pour autant affronter la foule parisienne (ou étrangère, vu le nombre de visiteurs étrangers annuels).

 

Sorti de l’ombre

Pierre Zylawski

Edition du Pierregord

330 pages

19€

 

Melisande

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 09/06/2012