Tue-moi si tu peux, de James Patterson & Marshall Karp

Quatrième de Couverture :

New York. Matthew Bannon, étudiant en art fauché, est le témoin d'une fusillade dans la gare de Grand Central.
Dans la confusion, une mallette contenant des diamants est abandonnée. Sans hésiter une seule seconde, Matthew s'en empare et s'enfuit.
Matthew imagine déjà la vie de nabab qu'il va mener avec sa petite amie Katherine. Mais c'est oublier un peu vite que tout a un prix 
D'autant que ces diamants avaient été volés à des mafieux russes, qui n'ont pas envie de laisser cette petite fortune s’évaporer dans la nature.
Pour les retrouver, ils font appel à un tueur de l'ombre, baptisé le Fantôme, dont les méthodes sont expéditives et radicales. La vie de Matthew ne tient plus désormais qu'à un fil.

Chronique de Ceinwèn :

Voici un roman typique de James Patterson. Un livre relativement efficace, à l'écriture commune mais prenante et à l'intrigue certes digne d'un téléfilm mais qui nous offre un bon divertissement. 

 

Car, soyons honnête, ce n'est pas le livre de l'année. Ce n'est pas le style de l'année. Mais est-ce important ? Pas vraiment. Ce que je cherchais c'était un bon moment de lecture avec une enquête plaisante. Certes j'aime être complètement captivée, mais je n'en ai pas besoin pour passer un bon moment !

 

Le début du roman est un peu mou. On nous présente la situation depuis plusieurs point de vue et on nous présente Matthew ainsi que sa copine. On voit la situation qui dégénère jusqu'au twist qui change tout. 

Tout part d'un assassinat à Grand Central. Le cadavre est retrouvé par un étudiant en art, Matthew, prêt d'une mallette contenant plusieurs millions en diamants. Ce dernier se voit mener la belle vie avec sa copine et décide de la prendre. Il réussit à fuir, mais les russes veulent récupérer leurs cailloux, et rapidement tout le monde est aux trousses de l'étudiant. 

Jusque là, on pourrait presque s'ennuyer. 

 

Mais les deux auteurs ont eu la très bonne idée d'intégrer un rebondissement à ce moment de l'histoire. Et à partir de là, les choses changent. On rentre alors dans de l'action pure et les choses se voit sous un autre point de vue. J'ai bien plus adhéré à l'histoire à partir du passage à Venise. 

L'écriture reste simple et classique et l'ensemble toujours "téléfilm" mais j'ai été bien plus intéressée et curieuse de voir comment tout ce petit monde allait s'en sortir (ou pas). 

Les deux auteurs se laissent à la fin la possibilité de conserver le personnage pour une série de roman, du moins c'était ma sensation. Je ne sais pas si cela pourrait marcher, mais c'est une affaire à suivre :)

 

 

 

Tue-moi si tu peux, 

James Patterson & Marshall Karp

l'Archipel

480 pages

22 € (GF) - 15.99 € (numérique)

 

Ceinwèn

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau