Un Autre, Christophe Nicolas

 

Quatrième de couverture

"Au milieu de la nuit, deux hommes débarquent chez Sam et le jettent sur la banquette arrière d'une voiture, un sac de toile sur la tête, le canon d'un revolver contre la tempe. Samuel Marx a accumulé les dettes depuis son divorce, et l'ardoise a été rachetée par un dangereux mafieux. Mais Sam réussit à s'enfuir en volant la voiture du caïd, et sa cavale le mène dans un village où débute l'étrange méprise... Pourquoi le pompiste l'appelle-t-il Vince ? Et pourquoi cette jeune femme l'accueille-t-elle chez elle et l'embrasse en croyant étreindre son mari ?"

 

Chronique de Melisande

Je tiens tout d’abord à remercier les Editions du Riez pour m’avoir permis de lire ce livre. Je dois avouer qu’avec une telle couverture, je ne l’aurais pas forcément pris. Il faut avouer qu’elle est assez étrange, mais après avoir lu le livre, je comprends le choix de cette couverture, pas si mal en fin de compte. Ça a été une bonne surprise, j’ai vraiment apprécié ce livre.

L’histoire peut paraître banale, mais elle se révèle bien plus complexe qu’elle n’en a l’air. Sam a été enlevé au beau milieu de la nuit, il se demande pourquoi on se séquestre de la sorte, jusqu’à ce qu’il se rappelle ses dettes envers le boss de la mafia : Joseph Bosso dit Le Pendu. Il parvient pourtant à échapper et se retrouve dans un village où il fait la rencontre d’un pompiste qui l’appelle Vince… et où un policier municipal, Frank, le reconnait également comme tel… Sam ne comprend pas ce qu’il lui arrive, tout le monde semble le reconnaître comme étant Vincent Favale, même Ana, qui se trouve être sa femme. Ainsi une quête de vérité commence… Mais d’autres évènements viennent perturber cela, l’entraînant dans une grande affaire de meurtre dont il semble tout ignorer…

L’histoire est vraiment bien menée et l’auteur nous fait tenir en haleine. C’est un peu une course contre la montre car plus ça va, plus les ennuis arrivent et s’aggravent pour Sam, qui doit échapper à ses ravisseurs. Par ailleurs, le fait que ça se passe en trois jours, (donc trois parties à l’histoire), va dans ce sens, tout est très rapide. On a tout le temps, envie de savoir et de comprendre ce qui arrive à Sam. Et l’auteur semble prendre un malin plaisir à nous faire languir car ce n’est vraiment que dans les dernières pages que l’on a le fin mot de l’histoire… On ne se doute pas vraiment de ce qui se passe, jusqu’à ce que certains éléments arrivent et nous mettent le doute. On ne nous dit pas tout, tout de suite, si bien que lorsqu’on nous donne une petite information, cela prend tout son sens et on se demande ce qui est vrai ou faux dans cette histoire. Au fur et à mesure, on se demande si Sam n’est pas devenu fou et qu’il s’est perdu quelque part, mais c’est bien plus complexe que ça, complexe ? Pas nécessairement, mais la réponse n’est pas forcément des plus évidentes, on ne s’attend pas forcément à ça.

La narration est à la 3e personne, ce qui nous permet de voir différents point de vue en même temps. On a tout d’abord celui de Sam, qui est séquestré dans un placard… mais il parvient à s’échapper et vole la voiture du boss. On a de l’autre côté, Joseph Bosso, qui se rend compte de ce qui s’est passé et qui demande à ses hommes (Mario et Paul) de partir le chercher (qu’on verra beaucoup plus souvent par la suite). On a également le flic : Frank, qui veut tout faire pour prendre la place de Vince, afin d’avoir Ana (la femme de Vince) pour lui tout seul et malgré lui, il va se retrouver dans une drôle d’affaire… En parallèle, on nous informe d’un meurtre, de la torture sur une jeune femme et un inspecteur, Kolowsky, est chargé de l’enquête. Tout semble dispersé, on se demande pourquoi on nous parle de tout ça, jusqu’à ce que les pièces du puzzle se mettent petit à petit en place et que tout prenne son sens. On a énormément de protagonistes en même temps, on suit peu à peu l’enquête des inspecteurs, mais également celle de Sam, pour découvrir la raison pour laquelle tout le monde croit qu’il est Vince.

Sam est un personnage assez mystérieux, on croit tout connaître de lui et pourtant on en apprend à chaque fois un peu plus, notamment parce que tout le monde pense qu’il est Vince, alors il essaye de reconstituer la vie de cet homme pour comprendre ce qui a pu se passer… Quelques retournements de situations sont à prévoir et je dois dire que j’ai été surprise par certains, je ne m’attendais pas à ça.

C’est assez étrange de suivre un tel personnage car il ne sait plus qui il est et doute de plus en plus, jusqu’à penser qu’il est schizophrène (et les passages où il dialogue avec lui même… le laisse fortement penser). Peu à peu, dans sa propre enquête, mais également celle de l’inspecteur, on commence à voir l’histoire dans son ensemble et à remettre des éléments en place. Cela nous permettant de voir toute l’horreur de la situation, sans que lui-même sache vraiment ce qui se passe, alors qu’il y semble mêlé. Les personnages dans l’ensemble sont tous bien décrits et on voit que personne n’est ni bon ni mauvais, mais un mélange des deux. car même ceux qui sont du côté des « gentils » une part de noirceur est présente, de même pour l’autre côté. Ainsi, cela rend plus crédible les personnages et je les ai tous appréciés, tous autant qu’ils étaient.

Ce thriller est vraiment un bon livre, l’auteur tarde à nous révéler la solution de l’énigme, si bien que cela rend ce livre accrocheur. Il y a des passages horribles, assez glauques mais ça rend ce livre plus poignant et intéressant (surtout dans le genre). J’ai beaucoup aimé cette histoire et il aurait été dommage de passer à côté, en dépit de cette couverture étrange mais que l’on comprend en lisant le livre…

 

Voir aussi la chronique de Garlon 

 

Un Autre

Christophe Nicolas

Editions du Riez

420 pages

21,90€

 

Melisande

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 29/12/2014