Milan

La naissance d’une aventure éditoriale

C’est en 1980 que quatre amis créent Milan Presse. Milan, du nom de cet oiseau noir très présent sur les berges de la Garonne. « Cela nous semblait être un gage de longévité même si cette appellation nous a au départ joué quelques tours : les gens croyaient que nous étions un éditeur italien », se souvient Patrice Amen, fondateur et ancien président du groupe Milan.

Éditeur, libraire, collectionneur de livres pour enfants, Patrice Amen a toujours eu envie de faire de la presse pour la jeunesse. « À l’époque, les magazines pour enfants disponibles étaient très catholiques, il y avait des pages de catéchisme dedans… Je rêvais donc pour ma fille de trois ans d’une presse laïque et éducative », confie-t-il. Alain Oriol (ancien professeur de français), Bernard Grimaud (ex responsable commercial) et Michel Mazéries (à l’époque entrepreneur) se joignent au projet. Toboggan, magazine dédié aux 5-7 ans, voit le jour la même année chez Milan Presse.

Les Éditions Milan : toute une histoire !

En 1983, Milan se lance dans l’édition. « On a eu un peu de mal à fonctionner au début ; pendant deux ans, on a bricolé ! », s’amuse Patrice. Un constat partagé par César Roldan, l’ancien directeur de la communication : « Comme pour n’importe quel éditeur, on a eu des difficultés à être distribués. Résultat, je prenais le camion, je chargeais une palette remplie de bouquins et j’allais démarcher une dizaine de librairies par jour dans les Pyrénées ! » C’est grâce au magazine Mikado que les premiers livres pour enfants sont publiés. « On reliait une dizaine de magazines Mikado en un seul album », explique César.

Les premiers succès

Deux ans plus tard, sort un ouvrage devenu depuis emblématique : Copain des bois. Une idée née de l’imagination fertile de Patrice Amen, qui conservait le souvenir d’un passage chez les scouts… et des manuels qui allaient avec ! Réédité à maintes reprises, le livre est un succès qui ne se dément pas, à l’instar de la collection « Copain » qu’il a initié. Milan s’affirme alors comme un « éditeur nature », image renforcée par le lancement de magazines comme Wapiti puis Wakou. À une époque où les mentalités n’étaient pas encore tournées vers l’écologie, Milan se pose en précurseur.

Après une parenthèse BD avec deux albums primés à Angoulême en 1987 et 1988, Milan développe fortement son secteur jeunesse avec, notamment, la création en 1987 de la collection « Zanzibar ». Celle-ci, considérée comme l’ancêtre des « Milan Poche », montre la capacité de l’éditeur à développer une véritable politique d’auteurs.

Les années 1990 seront fertiles. En 1994, De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête est un nouveau best-seller. Un an plus tard, la collection « Les Essentiels Milan » est lancée.

Un nouveau tournant

En 2004, Milan est racheté par le groupe Bayard. Une page s’est tournée mais les valeurs fondatrices de Milan sont restées aussi fortes. Patrice Amen, qui a quitté l’entreprise en 2005, se souvient : « ce qui m’intéressait, c’était ce que l’on allait faire le lendemain. Alors le meilleur souvenir ? Sûrement le travail en équipe, la réflexion collective, les moments de création… » Créer et innover : chez Milan, voilà un « credo » qui ne s’est jamais démenti au fil des ans.

(Source)

 

Site officiel

Facebook

 

Vous voyez ci-dessous les OS (tomes uniques) des Editions Milan

Les chiens ne font pas de danse, d'Anna Kemp et Sara Ogilvie

Les chiens ne font pas de danse« Boléro, mon chien, n’est pas comme les autres. Il ne fait pas pipi sur les réverbères, il ne gratte pas ses puces et il ne boit pas dans les toilettes. Non, ce qu’il aime, c’est écouter de la musique, admirer le clair de lune et faire des pointes. En fait, Boléro n’admet pas qu’il est un chien… car il se prend pour un danseur étoile ! »

 

 

Rebelle au bois charmant, de Claire Clement-Gery et Karine Bernadou

Rebelle aime vivre seule, mettre ses doigts dans le nez et se baigner tout habillée. Elle aime sa liberté, et pas question de se marier ! Pour se débarrasser des importuns, elle se grime avec un nez pointu, une poudre verdâtre et elle se tord de rire en voyant ses prétendants repartir en courant. Mais les années passent, et Rebelle commence à s’ennuyer toute seule.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 11/10/2016