Zinedi

Pourquoi un tel nom ? parce que les éditions Zinedi, qui ont vu le jour en 2002 ne publient que des inédits… question de liaison... non dangereuse. Généralistes, curieuses, les éditions Zinedi choisissent les livres qu’elles publieront au gré de l’émotion, de la joie, de l’étonnement, du plaisir qu’ils auront suscité auprès de son comité de lecture, composé de Fabienne Germain, fondatrice et éditrice, et de lecteurs et lectrices bénévoles. Zinedi a pour vocation de faire découvrir de nouveaux auteurs de langue française dans le domaine de la fiction. Tous les genres et tous les thèmes sont permis (roman, nouvelle, polar, science-fiction, fantastique…) pourvu que les textes soient de qualité, qu’ils n’aient jamais été publiés et qu’ils emportent notre enthousiasme.

Source : Zinedi

Livres de l'éditeur chroniqués :

Aroun, de Pascal Dupin

ArounUn hypnotiseur fait une découverte incroyable: à l'aide d'un produit et d'une séance d'hypnose, il vous ramène aux temps forts de votre existence. Mais certains clients vont découvrir le moyen de modifier le passé, saura-t-il rester maître des événements?

 

 

 

Ce que cachaient les ténèbres, de Jérémie Cassiopée

TenebresSur Mars, dans un futur relativement proche : l’atmosphère est respirable et la colonisation bat son plein. Mais tout n’est pas idyllique, loin s’en faut : entre autres dangers, la Planète rouge est régulièrement traversée par des tempêtes dévastatrices.
C’est dans ce contexte, alors qu’une nouvelle perturbation d’une extrême violence vient d’éclater, qu’une brigade de sauveteurs est appelée sur une intervention : une explosion a eu lieu sur l’unité Planète-Bleue, il faut retrouver les survivants avant qu’il ne soit trop tard. S’il n’y a plus rien à faire pour le responsable de l’unité, son jeune fils Camille, en revanche, est récupéré dans des conditions miraculeuses. Un peu trop miraculeuses, peut-être…
La tempête continue de sévir, les sauveteurs sont coincés sur place, condamnés à attendre la fin des intempéries. Un par un, mystérieusement, ils disparaissent.
« Ce que cachaient les ténèbres » est une mise en scène de l’alchimie secrète du libre arbitre.

 

De morve et de pleurs, de Marcel Innocenti

MorveMarcello a sept ans. Comme tous les petits garçons de son âge, il vit dans l’insouciance la plus totale, malgré la guerre et la faim. Entouré de ses parents et de ses nombreux frères et sœurs, la vie lui semble douce jusqu’au jour où sa mère l’emmène « là-bas », dans le Berry, sans un mot d’explication. Marcello est placé chez des fermiers qui, moyennant le paiement d’une pension, sont chargés de subvenir à ses besoins. Mais la réalité s’avère terrible. Moins bien traité que les animaux de la ferme dont il doit s’occuper, privé d’amour, séparé des siens, éduqué à coups de brimades et de sévices, Marcello quittera bien vite l’enfance pour survivre dans ce monde hostile. Du Berry à la Normandie, il rencontrera Zouzou, fils d’une prostituée et d’un père algérien, Marie-Josèphe, souffre-douleur de leur nourrice, une femme dure et impitoyable, mais aussi les « petites bonnes » qui l’amèneront sur d’autres chemins bien troubles, mais tellement délicieux.
De morve et de pleurs met en lumière cette page d’Histoire où des milliers d’enfants, après la guerre, ont été placés parce que leurs parents étaient trop pauvres pour les nourrir. Confrontés à la violence, au racisme, à l'intolérance, leurs vies en seront à jamais blessées. Une époque que l’on croyait révolue, mais l’enfance volée reste, hélas, toujours d’actualité…

 

La Colline, de Gabriel Macchiavelli

Colline

Nous sommes au beau milieu des années 60, lorsque naît le petit Gabriel pour la plus grande joie de ses parents et de sa sœur aînée. L’auteur a réuni ses souvenirs de ces années d’insouciance, celles de l’enfance et aussi d’une France prospère où chacun pouvait se faire sa place. Celle de Gabriel et de sa famille se situe sur « la colline », un coin de campagne au-dessus de Nice, où ses parents, immigrés italiens, se sont installés pour cultiver les œillets.

 

 

 

La Créature de Prométhée, de Robert Azais

La cr ature de prom th eZeus, maître des dieux, donne un jour l’ordre à Prométhée de créer un nouvel homme. Maladroitement modelé dans la glaise, cet homme sera Utis, bien imparfaite et bien décevante création. Or, dans l’Occitanie natale de Robert Azaïs, Utis signifie machin et Fluro, sa compagne, désigne une femme sotte et assez niaise. C’est donc ce couple improbable qui est censé donner naissance à l’humanité nouvelle.
Ce roman aurait pu s’intituler la mythologie revisitée, une genèse iconoclaste, une autre histoire de la création du monde, Utis ou l’autre Adam…
Fort de la conviction, déjà exprimée dans ses précédents ouvrages, qu’il n’y a pas une Vérité, mais des vérités selon les époques, les lieux, les cultures et même les individus, l’auteur nous entraîne dans un Olympe de fantaisie où se côtoient pêle-mêle les dieux et les héros de l’antiquité, ceux de l’ancien et du nouveau testament, et bien d’autres personnages empruntés à divers panthéons.
Étonnant roman, où l’humour ravageur et l’imagination débridée de l’auteur n’empêchent pas l’émergence de questions graves. Un plaidoyer pour la tolérance et la liberté de penser, dans un grand éclat de rire.

 

Le Passeur, de Yan Kouton

PasseurPour échapper à la justice, Paul Rapho se réfugie dans la clandestinité. Peintre de génie, il vend ses toiles - qui seront signées par un autre - à un réseau d'amis pour survivre et acheter l'alcool dans lequel il tente chaque nuit de s'oublier. Le carnet, relatant sa dernière errance jusqu'à son suicide, arrive entre les mains d'un journaliste. Le récit de ce suicide et l'enquête qu'il va mener pour comprendre vont bouleverser son existence et lui révéler la fragilité de sa vie.
A travers ce roman, Yan Kouton dénonce l'absurdité du monde dans lequel nous vivons aujourd'hui et s'interroge sur le destin de l'homme dans une civilisation de plus en plus inique.

 

 

 

Le Secret, de Jacqueline Grand

SecretDans les beaux immeubles de Central Park se dissimulent parfois des secrets qui peuvent mener ceux qui les cachent au bout du monde, au bout de l’angoisse, à se perdre en se cherchant.
Pénélope est une de ces créatures dont on envie les qualités et la réussite, mais pour laquelle un lourd passé va resurgir au détour d’un appel téléphonique.
Cela ira jusqu’à l’entraîner dans une folle aventure en Afrique où amour, haine, fanatisme, vaudou et mort se côtoient. Dès lors, elle va être happée par la souffrance, poussée vers l’horreur, tout en gardant au fond du cœur l’espoir de pouvoir trouver enfin la paix.
Prenant et dévastateur, ce récit, peuplé de fantômes et de croyances ancestrales, nous ouvre les portes d’un au-delà inconcevable. C'est aussi une merveilleuse histoire d’amour écrite sans concession sur un sujet tabou, pour l’enchantement du lecteur.
L’intrigue de ce roman se situe sur un fond rigoureux et réaliste de notre époque où fanatisme et idéalisme contribuent à la marche du destin.

 

Si la femme mange du lion, c'est pour faire rugir l'homme, de Marie-France de Monneron

Si la femme mange vitrine

Dragonette de Sermoafort, après avoir enterré son mari volage et vendu son château pour payer ses dettes, file à la capitale pour trouver du travail. Hébergée dans une chambre de bonne par un vieil oncle, riche d’argent et d’avarice, elle y fera ses plus belles rencontres : celui qui deviendra son meilleur ami, Mustapha Defrance, et un rat albinos, qu’elle prénommera Marcel. Au hasard des petites annonces, Dragonette deviendra tour à tour femme de ménage, hôtesse d’accueil ou coach pour bobos déjantés : une psychiatre dépressive, une joggeuse milliardaire, une intermittente du sexe, un thanatopracteur intempérant, un couple de charcutiers chevaliers de la rillette, et bien d’autres. Sans tabous ni complexes, résolument optimiste, aimée de tous, Dragonette traverse avec bonheur et légèreté les aventures les plus burlesques et vit les situations les plus improbables. C’est ainsi qu’en posant pour les rillettes du Brave Cochon Rose, elle accède à la célébrité et devient la coqueluche du Tout-Paris. Même le « président » la poursuit de ses assiduités. Mais qui est-il ? L’auteure croque avec humour, tendresse, poésie, gaieté, et parfois férocité, le quotidien de ses personnages.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 20/02/2015