Off-Campus, tome 4 : The Goal, de Elle Kennedy

Quatrième de Couverture :

Il suffit d'une nuit pour que tout change.
Sabrina James est en dernière année de lycée. Elle a depuis longtemps planifié son avenir : obtenir son diplôme, entrer à la fac de droit et décrocher un super-job dans un des plus grands cabinets d'avocats du pays.
Elle veut aller de l'avant et oublier son passé.
Quand elle croise le beau Tucker, elle n'a à lui offrir qu'une nuit, il ne peut pas faire partie de ses projets.
Mais tout va se compliquer...
John Tucker, la star du hockey qui ne vit que pour sa passion, va se transformer quand Sabrina lui annonce qu'elle est enceinte. Il compte bien assumer son rôle de futur papa.
Mais la jeune fille est têtue et ne veut accepter aucune aide de sa part.
Il va falloir toute la ténacité de Tucker pour que, petit à petit, elle lui ouvre son coeur.
Saura-t-il convaincre la belle et froide Sabrina que, parfois, mener un projet à deux est plus facile ?

Chronique de Ceinwèn :

Si le résumé nous livre rapidement "LE" grand événement du livre, il faudra passer la moitié du livre pour que vraiment le lecteur le sache. 

Toute la première moitié a pour but de nous faire découvrir les personnages. Leurs personnalités, leurs espoirs, leurs rêves, leurs craintes etc. Ce n'est pas bête mais le langage est un peu cru pour cela.

 

On ne connaissait Sabrina et Tuck qu'au travers des collocs de ce dernier. Là on va découvrir Sabrina "dans son intimité". On comprend mieux son comportement, on la voit vivre et interagir avec ses amies. Elle perd son statut de garce pour adopter celui d'une étudiante qui sait très bien ce qu'elle veut, se bat de toutes ses forces pour l'obtenir et ne supporte pas les privilèges des autres. 

Tuck de son côté a un côté play-boy à qui tout sourit, mais il se bat également pour cela. L'argent ne vient pas du ciel, contrairement à ses amis il ne veut pas devenir sportif professionnel et il avance dans la vie avec la tranquillité d'un homme sûr de lui.

Lorsqu'ils se rencontrent, cela fait immédiatement des étincelles. Mais elle refuse de mettre ses projets en danger pour un garçon (on peut la comprendre) et lui la respecte et prend ce qu'elle lui donne (un vrai chevalier !).

 

Jusqu'au moment où tout bascule. A partir de là, Sabrina part en vrille. Elle passe déjà de longues journées à s'interroger, puis à essayer de tout faire cohabiter. Mais sa peur la paralyse et empêche Tucker d'être là. C'est un mec bien qui veut vraiment assumer ses responsabilités. Cette histoire lui fait prendre conscience de ce qu'il veut et surtout de ce qu'il ne veut pas. Et il est prêt à tout pour que Sabrina le comprenne. Il est patient et c'est vraiment tout à son honneur, c'est un prince charmant comme on aimerait tous en connaître (super pote, super petit-ami et super papa ? Ce mec est incroyable).

 

Mais j'ai des regrets. Déjà malgré tous ces points positifs, j'ai eu beaucoup de mal à adhérer à cette histoire aussi bien qu'aux précédentes. Il manquaient l'impertinence, l'humour et l'insouciance des premiers. Heureusement les personnages sont fouillés et intéressants, relevant le niveau. 

Ensuite, Sabrina et sa peur (passé la moitié du roman) sont agaçantes. Elle se braque et refuse l'aide qu'on lui apporte sans réelle raison. Elle ne veut pas être seule, mais refuse qu'il soit là (ou même que ses amies l'aide). C'est incompréhensible. 

 

Ensuite : la prof que Sabrina adule. On ne la voit que deux fois : une fois au début pour la présentée auréolée de tout ce que Sabrina projette sur elle et une fois lorsque Sabrina vient se confier. Et c'est là que je m'insurge. Tout de suite, la prof s'érige en juge et condamne la jeune femme sous prétexte de son féminisme. Sa meilleure élève arrive, complètement déprimée, pour lui annoncer qu'elle est enceinte et elle la condamne sans chercher à savoir ? Et si Sabrina avait subit un viol ? J'ai été choquée et dégoûtée. Bien plus que par le beau-père, c'est dire !

 

Et enfin, la mère de Tucker. Elle se comporte comme une véritable ****. Elle passe son temps à insulter Sabrina et cette dernière encaisse. Même Tucker ne fait rien. Je ne comprend pas un tel comportement et cela m'a profondément dérangée. Sabrina, de part son comportement casse-pied, a amplement prouvé que non, elle n'a pas piégé Tucker et que donc la mère de ce dernier est juste une emmerdeuse.

 

Au final, l'auteur réussit à aplanir les difficultés et à concilier les différents éléments de son histoire (même si on ne sait pas si Sabrina finit les études de ses rêves !) mais pour le moment c'est le moins bon du lot à mes yeux. 

 

Edit : oh et ceux qui me suivent sur instagram on vu passer deux publications sur la préparation à l'accouchement. Je pense que l'auteur a volontairement voulu choquer, mais j'aurai aimé un petit mot de sa part à la fin pour l'expliquer. Parce que c'est un roman qui se trouvera entre des mains ignorantes et que colporter ce genre de message c'est criminel !

 

 

 

The Goal, 

Off-Campus, tome 4

Elle Kennedy

Hugo Roman

475 pages

17 € (broché) - 9.99 € (numérique)

 

Ceinwèn

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau