Nos Faces Cachées, de Amy Harmon

Quatrième de Couverture :

Ambrose Young est beau comme un dieu. Grand, musclé, les cheveux jusqu'aux épaules et des yeux de braise qui vous transpercent le coeur. Le genre de beauté que l'on retrouve en couverture des romances, et c'est peu de dire que Fern Taylor en connaît un rayon. Elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu'il est si beau, Ambrose demeure inatteignable pour une fille comme Fern. Jusqu'à ce qu'il ne le soit plus...Nos faces cachées nous conte l'histoire de cinq jeunes hommes qui ont grandi ensemble et qui partent à la guerre. C'est une histoire de deuil. De deuil collectif et individuel, de deuil de la beauté, de vies brisées, d'identités perdues. L'histoire de l'amour que porte une fille à un garçon en mille morceaux, l'histoire de l'amour que porte ce guerrier meurtri dans sa chair à une fille ordinaire. Mais aussi l'histoire d'une amitié qui vient à bout des pires chagrins, d'un héroïsme qui dépasse sa propre définition. Une version moderne de La Belle et la Bête qui nous fera découvrir avec émotion qu'il y a un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous... 

Chronique de Ceinwèn :

 Ce livre est une relecture en français de l'auto-publication originale. Si le livre avait su me toucher en Vo, je dois dire que la traduction conserve vraiment l'émotion de ce roman et le charme des mots de l'auteur. J'aurai juste un petit bémol à formuler sur la traduction de certains mots comme "dépoitraillées"  que j'ai trouvé un peu hors contexte et mal venu dans la bouche d'un jeune adulte pour décrire une couverture de roman Harlequin.

Ce roman parle d'une petite ville, de Fern qui n'est pas très jolie alors que Rita est magnifique, de Bailey qui est malade, de lutte, d'amitié, d'amour, de découverte, de perte, de gains, de peur, de tristesse, de joie, de courage...et encore beaucoup d'autres choses.

Fern est la fille du pasteur, pas très jolie elle reste pourtant d'une immense générosité et a l'esprit fin. Elle rêve d'être édité et d'Ambrose, le garçon qui a su la charmer lorsqu'ils étaient encore enfant. Pour autant, elle reste une jeune fille comme les autres : elle veut aller au bal, être invitée à danser, s'amuser. J'ai aussi apprécié les petites joutes avec sa mère, très savoureuses et réfléchies. Fern est un mélange réussit de contradiction pour rendre un personnage très réaliste et auquel on peut s'identifier : elle n'est pas la reine du lycée, mais cela ne l'empêche pas d'être une jeune fille moderne et énergique.

Bailey est le cousin de Fern, même si on pourrait les croire frère et soeur. Myopathe, il vit dans un fauteuil depuis quelques années, mais il est le premier à reconnaître qu'il n'a aucune fierté. Il est décidé à profiter de chaque instant et à ne pas sombrer dans le marasme. Toujours enjoué, il porte un regard affuté sur la vie et n'hésite pas à faire savoir son opinion aux autres. Même s'il est limité par son corps, Bailey fait presque tout ce qu'il veut tant son courage est grand. Il forme avec Fern un duo vraiment plaisant, bien qu'on puisse un peu en rire, il y a un charme indéniable dans leur relation pleine de simplicité et de dévouement l'un à l'autre.

Ambrose est beau et il le sait, pourtant il ne cherche pas particulièrement à en tirer profit et veut simplement être un bon lutteur. Plein de sensibilité, il n'est pas comme la plupart des garçons de son âge, il semble déjà rattraper par des responsabilité d'adulte. Il apprécie Bailey, le fils de son entraineur, mais ne "traîne" pas vraiment avec lui. Ils ne sont simplement pas du même monde.

Puis vint le drame, qui bouleverse toutes les vies. Ambrose décide alors de s'engager dans l'armée, suivit par ses quatre amis inséparables. Mais ils sont rattrapés par l'horrible réalité de la guerre et Ambrose rentre chez lui blessé et meurtrit. Défiguré et empli de culpabilité, il refuse le contact. Il se dissimule dans la nuit, refusant de montrer son nouveau visage. Pourtant, par hasard, Fern le verra et le forcera à réaliser qu'il ne doit pas se cacher éternellement. Qu'il doit accepter sa culpabilité et continuer à vivre. Aider de Bailey, soutenu par Fern, Ambrose entamera alors un long chemin vers le pardon de lui-même. 

J'ai aimé découvrir Fern, pas vraiment gâtée par la vie mais avec un coeur gros comme ça, sa relation avec son cousin et ses gaffes enfants.
J'ai aimé Bailey avec sa façon de voir la vie tellement belle et pourtant tragique et sa capacité à obliger les autres à l'écouter. Rita qui est un peu superficielle mais au fond a un petit coeur d'or, d'Ambrose qui cache bien des choses et de ses 4 amis inséparables.
L'idée de raconter une telle perte est un peu osée, c'est difficile comme sujet, mais l'auteur le traite avec beaucoup de justesse et de pudeur.
L'émotion est très très présente, mais on ne sombre jamais dans le pathos.
On pleure, mais ça reste beau et bien narré.
Les valses des amitiés, des amours et des haines, sont convaincantes et réalistes.
Le lecteur se laisse emporter par un tourbillon d'émotions, et j'ai vraiment envie de découvrir d'autres romans de l'auteur :)

 

 

Nos faces cachées

Amy Harmon 

Collection 'R

437 pages

17.90 €

 

Ceinwèn

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau