Projecteur sur les réécritures de contes par Melisande

Aujourd’hui c’est mon tour d’écrire un petit article pour vous parler « livres » vaste sujet me direz-vous. Je vous avoue que je ne savais pas trop quoi vous présenter aujourd’hui ; que ce soit quelque chose d’intéressant et qui change aussi car si ce n’est que pour vous présenter une énième wish-list, je ne suis pas certaine qu’il y ait un intérêt. D’autant que j’en ai déjà fait donc ça serait un peu redondant.

Alors je me suis creusée les méninges et je me suis demandée ce que je pouvais bien écrire et en commençant à écrire tout cela, je n’en avais aucune idée. En gros, je me suis dit qu’en faisant une introduction sur ma non idée peut-être qu’une révélation allait se faire et ça a été le cas ! Dès ce premier paragraphe écrit, je savais ce que j’allais faire. Les miracles existent !

 

Le sujet du jour est donc la réécriture de contes !

 

Une de mes collègues au boulot m’a déjà fait la remarque – quand je lui parle de certains livres – que les contes c’est vraiment ma came… Effectivement c’est le point commun entre plusieurs de mes lectures depuis quelques mois. Il faut dire que les contes c’est le bien, il y a un tel monde, de telles choses à faire en matière de réécriture que si les auteurs puisent l’inspiration dedans, je ne suis pas contre si c’est pour nous offrir des histoires merveilleuses.

Avant toute chose je dois vous avouer quelque chose. En dehors de Charles Perrault, je n’ai jamais lu les versions officielles et intégrales des contes « de notre enfance », que ce soit Andersen ou Grimm qui sont les plus connus dans le genre. Ceux de Perrault, je les ai lus il y a presque 10 ans lorsque je l’ai passé au bac (hé hé chanceuse que j’étais alors en 2007).

Ma culture des contes tient beaucoup de Disney qui sont pour la plupart des versions romancées, édulcorées, et mignonnes, loin des contes traditionnels plus dur et trash, même si pour certains je sais comment ça se termine, notamment Cendrillon de Grimm où les demi-sœurs ont un destin bien plus tragique que dans celle de Perrault ou encore Disney !

Je sais, je devrais parfaire tout cela et lire les versions officielles, je vais tâcher de combler cette lacune, promis ! En attendant, je connais tout de même certains contes ce qui me permet d’avoir une base pour les réécritures dans la SFFF, notamment dans la littérature jeunesse. Et quand certains auteurs décident d’en écrire, eh bien parfois on a de vraies perles que je vais vous présenter car ils méritent qu’on y porte notre attention.

 

Pour les jeunes lecteurs (à partir de 8/9 ans) il y a la série Les Sœurs Grimm de Michael Buckley qui vient d’être réédité au format poche chez Pocket jeunesse (PKJ) et dont Ceinwèn a écrit la chronique du premier tome ici. Vous pouvez découvrir la mienne sur mon blog perso ici, si cela vous dit.

Quatrième de couverture : Deux sœurs orphelines, descendantes des frères Grimm, doivent sauver leur grand-mère au pays des contes de fées. Pour cela, elles devront résoudre les énigmes les plus étranges et maintenir la paix entre créatures magiques et humains…

Pour Daphné et Sabrina Grimm, la vie n’a pas toujours été un conte de fées. Après la mystérieuse disparition de leurs parents, les deux sœurs sont envoyées chez leur grand-mère… qu’elles croyaient morte depuis longtemps ! Et elles ne sont pas au bout de leurs surprises. L’étonnante Mamie Relda leur apprend qu’elles sont les descendantes des célèbres frères Grimm et qu’elles sont chargées d’une mission : maintenir la paix entre les humains et les créatures féériques.

C’est une lecture bien distrayante et efficace dans le genre, même si assez jeunesse et prévisible parfois. Mais pour des lecteurs moins expérimentés que moi (je lis beaucoup et j’ai 27 ans) ça passera très bien. L’univers est intéressant et la manière dont l’auteur a réutilisé les contes est intelligente, ça en fait un livre vraiment prenant.

 

Pour les lecteurs un peu plus âgés (vers 10/11 ans) il y a la série Le Pays des Contes de Chris Colfer qui est une petite merveille. C’est un gros coup de cœur cette série qui se bonifie de tome en tome, donc il ne faut surtout pas hésiter à la lire !

Quatrième de couverture : Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner…

Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout. Et pour cause ! Ce grimoire se révèle  magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité. Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu’ils ont lues. Boucle d’Or est une criminelle recherchée, Blanche Neige dissimule un lourd secret, et le Petit Chaperon Rouge n’a même plus peur du loup. Pour rentrer chez eux, Alex et Conner n’ont qu’un seul moyen : rassembler huit objets magiques comme la pantoufle de Cendrillon ou encore des cheveux de Raiponce, tout en tentant d’éviter les foudres de la Méchante Reine. Car cette dernière semble avoir un plan machiavélique qui pourrait bien piéger les jumeaux dans cette étrange contrée.

À tout jamais.

L’univers est vraiment bien construit mais ce n’est qu’à mesure des tomes que l’on voit l’ampleur de la toile qui est tissée par Chris Colfer. C’est très habile et l’on va de surprise en surprise. La manière dont les contes sont réutilisés, entremêlés c’est juste hallucinant parce que c’est un travail énorme pour que ça puisse être cohérent et bien fonctionner, tout en nous proposant une aventure hors du commun. Bref, que du bon, il faut vraiment lire cette série et je suis contente d’avoir pu la découvrir, même si à retardement par rapport à la publication du premier tome, mais mieux vaut tard que jamais non ?

 

Pour les adolescents (en Young Adult), il y a la fabuleuse série de Marissa Meyer : Chroniques Lunaires. Là, on atteint un autre niveau car on n’est plus dans la Fantasy, comme Les Sœurs Grimm ou Le Pays des Contes mais dans la Science-Fiction.

Quatrième de couverture : Humains et androïdes cohabitent tant bien que mal dans la ville de New Beijing.

Une terrible épidémie ravage la population.

Depuis l'Espace, un peuple sans pitié attend son heure...

Personne n'imagine que le salut de la planète Terre repose sur Cinder, brimée par son horrible belle-mère. Car la jeune fille, simple mécanicienne mi-humaine, mi-cyborg, détient sans le savoir un secret incroyable, un secret pour lequel certains seraient prêts à tuer...

Et là une fois encore, les contes sont intégrées avec habileté car on reconnaît facilement la trame de l’histoire d’origine, notamment dans Cinder avec cette souillon qui vit avec sa marâtre et ses demi-sœurs, le fait qu’elle aille au bal et danse avec le prince, etc. On retrouve tous les éléments mais en plus de ça, on a une histoire incroyable et tout un univers bien spécifique. C’est une série coup de cœur aussi parce qu’on vit totalement avec les personnages leur aventure et jusqu’au bout on craint pour eux parce que la méchante Reine Levana est impitoyable. Une série à découvrir si ce n’est pas déjà fait car je n’avais encore jamais rien lu de pareil.

 

Comme je l’ai mentionné plus haut, je n’ai pas lu beaucoup de textes originaux des contes mais ma connaissance se base sur la version Disney qui en a été faite. C’est notamment le cas pour La belle et la bête qui sert comme conte de base pour l’écriture de A Court of Thorns and Roses de Sarah J. Maas. Une série qui doit paraître prochainement chez La Martinière, mais pas encore de date à ce jour.

Quatrième de couverture : Quand Feyre, jeune chasseuse de dix-neuf ans, tue un loup dans les bois, une bête vient lui demander des comptes. Traînée dans un pays à la magie traître dont elle ne sait rien de plus que ce que racontent les légendes, Feyre découvre que son ravisseur, Tamlin, n'est pas un animal, mais qu'il appartient à la race létale des Faes qui régnaient autre fois sur son monde. Pendant qu'elle réside dans son domaine, ses sentiments pour Tamlin, d'abord d'une hostilité glaciale se transforment en une passion brûlante qui consume tous les mensonges et avertissements sur le monde somptueux et dangereux des Faes qu'elle a entendus pendant toute sa vie. Mais une ombre ancienne et cruelle se répand sur les terres des Faes, et Feyre doit trouver un moyen de l'arrêter... ou Tamlin et son monde seront condamnés à tout jamais.

De l’auteur ce n’est pas le livre que j’ai préféré néanmoins c’était une lecture intéressante dans l’ensemble qui m’aura plu. Il faut d’ailleurs que je me procure la suite pour voir ce qu’il en est. Mais en tout cas, la base du conte (en se référençant au dessin animé pour la trame) on y retrouve un certain nombre de choses, tout en mêlant une autre mythologie à l’histoire, la faerie, autrement dit, c’est compliqué parce que lorsque les faes sont là, il y a toujours des problèmes.

 

Dans un tout autre registre pour les adultes, il y a Les Contes des Royaumes de Sarah Pinborough. Ce n’est pas une série coup de cœur comme Le Pays des Contes et les Chroniques Lunaires mais elle a au moins le don d’être originale. Vous pouvez trouver mon avis ici.

Quatrième de couverture : Blanche-Neige revisité, dans une magnifique édition illustrée : prenez tous les éléments du conte de fées classique que tout le monde connaît (le beau prince, la reine jalouse, la belle princesse, et bien sûr l'empoisonnement) et ajoutez un côté moderne à tous les personnages, à leurs motivations et leurs désirs. Drôle, contemporain et sexy.

Après je vous avoue que ça passe ou ça casse parce que c’est assez particulier. Ce sont des contes tels qu’on ne les a jamais vu avec un côté érotique assez prononcés et un mélange aussi entre les personnages des contes qui nous font découvrir une histoire originale.

 

 

 

 

 

Enfin je vous parle d’un album, qui peut être destiné à la jeunesse mais qui pourra aussi plaire aux adultes puisqu’il s’agit d’un texte de Neil Gaiman illustré par Chris Riddell (que j’adore !) : La belle et le fuseau.

Quatrième de couverture : À la veille de son mariage, une jeune reine décide de quitter son palais pour aller délivrer une princesse prisonnière d’un sortilège de sommeil. Elle laisse sa robe de mariée, revêt sa cotte de maille, se pare de son épée et enfourche son cheval. Entourée des nains qui l’accompagnent et la protègent, la reine traverse un tunnel sous la montagne et avance vers le royaume endormi. Bientôt, un château apparaît dans le lointain. Ses murs sont recouverts de ronces et de toiles d’araignées et, dans le donjon, repose la princesse aux lèvres rouges comme les roses. Mais qui sait, peut-être que dans ce conte-là, la princesse n’est pas celle qu’on croit, et qu’une reine donnera un baiser à une belle endormie...

Il s’agit d’une réécriture entre La belle au bois dormant et Blanche-Neige de quoi nous offrir une histoire très originale mais vraiment géniale. Un coup de cœur là aussi, aussi bien pour le texte que les illustrations.

 

 

Voilà, une petite présentation de livres / séries traitant de réécritures de contes que je vous conseille. Certains sont des coups de cœur donc il est évident que vous DEVEZ les lire impérativement. Je vous assure que vous passerez un très bon moment, du moins je l’espère sinon je serai triste… ou pas, tous les goûts sont dans la nature.

 

Melisande

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 08/10/2016