Samedi Confession : Coming Out Littéraire

Ceux qui connaissent mon site perso savent que depuis quelques temps je publie des articles où je vous relate les résultats d'une petite enquête menée auprès de blogueurs, d'auteurs et d'éditeurs. Au détour de mon second article, une auteur à évoquer un sujet qui m'a interpellé. Juliette Di Cen a en effet, fait un billet d'humeur (ICI) que je voudrais faire à mon tour.

Nous discutions snobisme littéraire et littérature de la honte (entre autre). 

Donc voilà, à mon tour de faire mon Coming-Out : je lis de la Fantasy (sous toutes ses formes ou presque) et de la Romance. Jettez moi la pierre.

En effet, ces genres sont les parents pauvres de la littérature. Généralement snobé par les professionnels du milieu, ils sont souvent considérés par ces mêmes gens, comme des "sous"-livres et on se retrouve bien souvent avec une stigmatisation de leurs lecteurs. Pourtant, suis-je plus idiote que quelqu'un qui préfère lire la collection blanche de Grasset ? Je ne crois pas (d'ailleurs j'en ai lu chez eux).

Je ne veux pas réellement généraliser, mais parmi ces professionnels, qui n'a jamais eu une petite phrase malheureuse à l'encontre de ces genres, et de la romance en particulier ?

Je vous l'avoue - puisqu'on est dedans - moi aussi. Suite à une expérience (très) malheureuse il y a plusieurs années, j'ai développé une sorte de rejet de la romance. Alors que j'adorais depuis toujours la fantasy dans son ensemble et ne lisait pratiquement que cela (rassurez-vous, je mange à tous les rateliers je lis d'autres genres également).

Pourtant, petit à petit, et porté par la communauté livresque, j'ai commencé à me pencher sur le genre. Doucement, d'abord avec de "gros" succès (ou du moins un marketing intensif et plutôt efficace), puis avec les recommandations des copines plus "calées" sur le sujet, je me suis mise à en lire. Un peu de tous au début, puis en affinant par la suite. 

Résultat des courses : j'apprécie (un peu) la romance. Bien sûr ce n'est pas mon genre de prédilection (mon coeur reste toujours à la fantasy et aux thriller/polar), mais je prends plaisir à en lire des romans. Je suis difficile et facilement déçue, pourtant j'en lis régulièrement et avec bonheur. Il m'arrive même d'adorer, c'est dire !

La romance (ou la fantasy) ce ne sont pas des pseudo-témoignages, des romans fait pour vous faire réfléchir (ou culpabiliser). C'est vrai. On peut dire que certaines histoires sont simples, assez basiques...oui mais tant pis. On passe un bon moment, on a de l'empathie pour les personnages et on ne décolle pas du livre. Donc le reste a-t-il vraiment de l'importance ?

Voilà, érotique ou pas, j'aime me détendre avec une petite romance. Je sais que mon cerveau n'y gagnera pas des points de QI, mais j'en ressortirai détendue et souriante. Et Franchement, la plupart du temps c'est tout ce que j'aime !

Commentaires (2)

melisande
@Puy des Livres : oui on est dans un pays parfois élitiste avec la "bonne littérature" et celle des mauvais genres. Perso, tant qu'on prend plaisir à lire ce qu'on lit hein... Après oui il est clair qu'il y a des livres meilleurs que d'autres mais bon, les goûts et les couleurs et puis tout dépend de notre bagage littéraire pour juger qu'un livre soit bon ou pas.
Puy des Livres
  • 2. Puy des Livres (site web) | 13/03/2016
Un très beau coming out.
Je suis totalement d'accord avec toi. Certains genre littéraires sont mal vus ou jugés de pauvres alors qu'ils valent tout autant que les autres.
Je vais le dire haut et fort, je lis de la romance ET de la bit-lit mais aussi du contemporain, des thrillers... Alors les mauvaises langues passez votre chemin ahahah.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 12/03/2016