Extrait # 37 : Sourires de loup, de Zadie Smith

Dans le cadre du Prix Campus des lecteurs Folio, voici un synopsis d'un titre en jeu :

 

Sourires de loup, de Zadie Smith

 

« Un matin de bonne heure, tard dans le siècle, à Cricklewood Broadway. À six heures et vingt-sept minutes, en ce 1er janvier 1975, Alfred Archibald Jones, tout de velours côtelé vêtu, était assis dans un break Cavalier Musketeer, rempli de vapeurs d’essence, le visage sur le volant, à espérer que la sentence divine ne serait pas trop sévère. Prostré, les mâchoires relâchées, les bras en croix comme quelque ange déchu, le poing refermé d’un côté (gauche) sur ses médailles militaires, de l’autre (droit) sur son certifi cat de mariage, pour la bonne raison qu’il avait décidé d’emporter ses erreurs avec lui. Il avait joué à pile ou face et s’était tenu sans défaillir au verdict du hasard. Il s’agissait là d’un suicide mûrement réfléchi. Mieux, d’une résolution de nouvel an. » Maniant le loufoque, la satire et l’humour avec un art consommé, Zadie Smith produit ici un premier roman détonant, qui frappe par son ambition et son extraordinaire énergie. Ajoutons l’actualité des sujets abordés et la
vitalité d’une prose qui se colore de tous les accents de la terre.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau