Lana Calzolari

 

 

Biographie de Lana Calzolari :

"Je me suis toujours sentie différente des autres, aussi bien par mes aspirations démesurées que par mes rêves éveillés. Pourtant, digne descendante de parents pragmatiques, rien ne me destinait aux chimères ni à la folie douce. J’ai longuement erré sur le toit du monde à la recherche de ma place avec le triste sentiment de m’être certainement trompée de planète. J’ai souvent rêvé ma vie, me demandant ce qu’elle aurait pu être si j’avais eu un autre  destin.

Et c’est précisément là qu’était la clef : ma vie, mon destin, c’était de m’en réinventer un et de changer celui des autres. De réécrire la fin des histoires, de pouvoir tous les jours changer de peau, d’être libre de faire mon numéro et dire pourquoi j’existe. Mon imagination sans borne se fertilise comme une terre sauvage parsemée d’engrais et j’ai trouvé mon guide : mon inspiration, que je suis comme l’étoile du berger. Depuis que j’ai commencé à écrire il y a quelques années, l’écriture est devenue ma seule patrie. Si j’avais été orpheline, elle aurait été ma seule famille. A présent, je ne fais plus que rêver ma vie, je la vis."

 

Source : Rebelle

 

Livres de l'auteure chroniqués :

Mon ascension de l'Everest en talons aiguilles, de Lana Calzolari

Mon ascension de l everest en talons aiguilles

 Noémie est toujours sur le fil du rasoir. Elle joue les équilibristes entre désastres amoureux, guigne chronique et narcolepsie professionnelle. Autant dire que ce n’est pas avec ça qu’elle va trouver sa moitié d’orange sanguine, surtout qu’elle vit au pays de Candy et qu’elle a la cuisse aussi légère que Jessica Rabbit. Sans compter que les hommes ne sont pas tous beaux et gentils, que l’argent ne coule pas forcément à flots et que les palaces et villas au bord de mer ne sont pas légions. Surtout qu’un rebelle à moto peut avoir autant de charme qu’un prince charmant sur son cheval blanc ! C’est en tout cas ce que Noémie est sur le point de découvrir. Et elle ne se demandera plus si l’herbe du voisin est plus verte ailleurs (Sauf s’il est mignon, et si elle peut se rouler avec lui sur la pelouse !). Alors, tant pis si le chemin est long, en talons aiguilles ou pas, à elle l’Everest !

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau