Romano Vlad Janulewicz

Romano Vlad Janulewicz vit actuellement à Bordeaux avec son épouse et ses deux petites filles. Amateur de lecture et de speed métal mélodique, il aime particulièrement la littérature fantastique et compose des récits où se mêlent l’étrange et le macabre. Convaincu que les métissages et les contrastes sont l’assaisonnement de la vie, il porte treillis et ballerines, est friand de Smarties aux cornichons, de chèvre au Nutella, et ne s’abreuve que de grands crus Saint-Emilion coupés au Coca-Cola. En effet, c’est risqué, et comme pour les histoires qu’il écrit, des fois ça marche et pis des fois non... Quoi qu’il en soit, il demeure persuadé que Paganini et Yngwie Malmsteen ne sont qu’un seul et même homme, et que si Beethoven avait vingt ans aujourd’hui, il jouerait comme un sourd du heavy metal dans son garage.

(source Amazon)

 

Site officiel

Site (ancien)

 

Livres de l’auteur chroniqués sur le site :

La Confrérie des Nuages, de Romano Vlad Janulewicz

laconfreriedesnuages.jpg Lorsque Théotim décide de se soustraire à l’atelier d’écriture organisé par son institutrice, il ne se doute pas de la tournure étrange et fantastique que vont prendre les évènements. De rencontres improbables en quête magique, quelle formidable vérité son escapade au cœur d’un univers fabuleux mais dangereux lui fera-t-elle découvrir ? Qui donc est réellement Max Plumette, écrivain excentrique et solitaire, et quels secrets dissimule-t-il à propos de la mystérieuse Confrérie des Nuages ?

 

 

Petits papiers meurtris, de Romano Vlad Janulewicz

petits-papiers-meurtris.jpg“Avec dans le cœur une certaine fierté colorée d’une pointe de timidité et d’inquiétude, c’est un peu de lui-même qu’il livrait au monde, dévoilant une part de son intimité et autorisant les critiques à propos de son bébé, qu’il avait enfanté à la fois dans le plaisir et la douleur. La majorité le trouverait franchement laid ; d’autres conviendraient qu’il ne lui ressemble pas beaucoup, finalement, à part peut-être les yeux ou le nez ; un petit nombre enfin serait probablement réjoui par la venue de ce bout de chou qu’ils trouveraient bien mignon et tâcheraient d’apprécier simplement. Il avait éprouvé un bonheur incomparable à le façonner, le nourrir et le faire grandir, mais il avait aussi beaucoup souffert, confronté à ses propres limites, face à tout ce qu’il ne parvenait pas à exprimer malgré ses efforts. Bien sûr ses histoires n’étaient pas une grande œuvre qui révolutionnerait la littérature, loin s’en faut, et Abel en était bien conscient, mais il y avait mis tant de cœur, tellement de sincérité et d’énergie, qu’il les estimait comme les plus belles choses qu’il eut créées, même s’il les avait grevées malgré lui d’innombrables handicaps qui ne pourraient jamais être compensés”.

Poétique du morcellement, de Romano Vlad Janulewicz

Poetique du morcellement« Des pleurs étouffés tirèrent Rachel de son inconscience. Elle ouvrit les yeux mais demeura plongée dans le noir. Il lui fallut plusieurs secondes avant de réaliser qu’elle n’était plus ligotée. Un petit cri s’échappa de sa gorge et, en une seconde, elle fut debout, tâtonnant nerveusement à travers l’obscurité qui l’enveloppait.

Essoufflée, elle heurta un mur, écarta les bras puis en toucha deux autres latéralement. Elle se retourna brusquement, fit trois pas précipités et rencontra une autre cloison. Hystérique, elle battit des bras comme pour déchirer le voile de ténèbres qui l’oppressait. Elle hurla avant de plaquer ses mains sur sa bouche, ne laissant plus sortir qu’un grognement pitoyable. Et si son agresseur l’observait, au-delà des cloisons, attendant le moment propice pour lui tomber dessus et la torturer ? Qui l’avait amenée ici et pourquoi ? Luttant pour contenir le glot de peur brute qui ne demandait qu’à corrompre son corps et son esprit, elle demeura immobile quelque temps, prostrée. Puis, reprenant ses esprits, elle tendit l’oreille. Les sanglots s’étaient arrêtés, mais il lui sembla entendre la voix lointaine d’un homme. L’air charriait des relents d’excréments et de moisissures, c’était la première fois qu’elle le remarquait. »

Sang et poussières, de Romano Vlad Janulewicz

sang-et-poussieres-une.jpgQuelle recette pour un cru d’exception ?

N’est-il pas rassurant pour un enfant de voir ses parents liés par un amour indéfectible ?

Que faire lorsqu’un évènement terrible, redouté depuis toujours, est sur le point d’avoir lieu ?

La rémunération du psychothérapeute par son patient est-elle une composante indispensable de la guérison ?

Que feriez-vous si un spectre vous laissait un message mystérieux au détour d’une route sinueuse de Dordogne ?

Et si la petite souris ne se contentait pas de distribuer des pièces aux enfants en échange de leurs dents de lait ?

Que se passe-t-il à six pieds sous terre que nous ne puissions voir ?

Sept nouvelles baignées dans un imaginaire macabre, placées sous le signe du fantastique et de la noirceur, qui laisseront au lecteur un goût de… sang et poussières… 

Vue sur ténèbres, de Romano Vlad Janulewicz

vue-sur-tenebres.jpgVous croiserez un père de famille terrifié par l’obscurité, un jeune coursier fou amoureux d’une star de cinéma, ainsi qu’une bande d’adolescents fêtards et insouciants ; vous rencontrerez une grand-mère surveillant de près les kilos de son petit-fils, suivrez le parcours culinaire d’un vieux maître de sushis et découvrirez les coutumes d’une île perdue d’Indonésie. Vous verrez une jeune veuve traverser les frontières pour assouvir sa vengeance sanglante et une femme fatale se plonger dans la lecture d’une correspondance d’un autre siècle. Vous vous immiscerez dans la relation intime d’un matador, embarquerez sur un voilier d’un week-end entre copains et marcherez sur les traces d’un tueur en série...
A travers ces treize nouvelles, Romano Vlad Janulewicz livre un instantané, une carte postale de son univers intérieur : ouvrez donc la fenêtre et profitez du panorama...

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 10/05/2016