Stéphanie Janicot

Avt stephanie janicot 3338

Stéphanie Janicot est un écrivain français. Elle passe son bac aux États-unis en 1984. Après des études de droit, Sciences Po et le CFJ, elle devient journaliste à Bayard Presse en 1992 où, en 2004, elle participe à la création du magazine culturel féminin Muze. Elle y anime la rubrique littéraire.

Stéphanie Janicot se fait remarquer dès son premier roman, 'Les Matriochkas', publié en 1996, encensé par la critique et récompensé par plusieurs prix dont le prix Goya du premier roman, le prix René Fallet, etc. 

Suivent 'Des Profondeurs' (1997), 'Salam' (1999), 'Ulysse' (2000) et 'Une Traviata' (2001) qui clôt le cycle consacré aux illusions de jeunesse et la recherche d'infini. Elle se concentre alors davantage sur les relations humaines, hommes-femmes, en particulier, avec la relation fils-mère dans 'Non, ma mère n'est pas un problème' (2002), et la relation de couple dans 'La Constante de Hubble' (2003). 

Dans son recueil de nouvelles 'Tu n'es pas seul (e) à être seul (e) '(2005), elle analyse toutes les formes de solitude. Dans son dixième roman, 'Cet effrayant besoin de famille' (2006), Stéphanie Janicot explore les relations frères-sœurs au sein des familles recomposées. 

Source : Babelio

 

Livres de l'auteur chroniqués :

La Mémoire du Monde, tome 1, de Stéphanie Janicot

Memoire« Née Mérit, l’aimée, sous le règne du pharaon Aménophis III, j’ai été Bérit, l’alliance, pour les Hébreux, Sophia, la sagesse, pour les Grecs et les Romains. Alors que je n’ai plus de nom, que je suis vouée à disparaître, je te livre l’histoire de ma vie. Écoute-moi bien, car ma mémoire est ta pensée. »

C’est à un vertigineux voyage dans le temps que nous convie Stéphanie Janicot avec La Mémoire du monde, une fresque sans équivalent par son ampleur, l’aventure du monde occidental sur plus de trois millénaires.

 

 

La Mémoire du Monde, tome 2, de Stéphanie Janicot

Memoire 1On avait quitté à la fin du Livre I Sophia-Merit, l'immortelle née sous la XVIIIe dynastie égyptienne, à Alexandrie, où elle s'occupait de l'éducation des jeunes Ptolémée dont Cléopâtre, fillette dure et orgueilleuse. On la retrouve installée à Rome où, devenue la fille adoptive de Cicéron, elle veille après la mort de Cléopâtre sur le destin de Ptolémée Philadelphe, fils de la reine et de Marc-Antoine. 
Elle n'en oublie pas ses filles de Judée dont une certaine Myriam qui accouche de celui qui deviendra Jésus et dont elle apprend à son retour de Bretagne, où se sont établis certains membres de sa lignée, qu'il a été crucifié. Sous le règne de Néron, elle tombe amoureuse de Lucia, la fille adoptive du futur empereur Vespasien qui meurt en martyre chrétienne, voit Titus détruire la ville et plus tard Hadrien exterminer les Juifs. 
Revenue à Alexandrie, elle y devient bibliothécaire copiste de la Grande Bibliothèque. Des siècles plus tard, on la retrouve à Grenade, Cordoue et Bagdad où elle est à l'origine des Mille et une nuits. Elle voyage jusqu'en Chine et vers l'an mil, elle devient moine bénédictin puis participe à la croisade de Godefroi de Bouillon avec le comte d'Aughan qui devient son époux et avec qui elle vivra jusqu'à sa mort à la cour d'Aquitaine. 
Cette héroïne, immortelle malgré elle, cherche toujours et en vain à donner sa seconde dose d'élixir d'immortalité à un humain qui la mériterait et l'accompagnerait dans sa traversée des siècles. Elle en confie le récit à cette jeune étudiante en philo qui recueille ses paroles su un lit d'hôpital parisien et qui pourrait être une de ses descendantes.

 

La Mémoire du Monde, tome 3, de Stéphanie Janicot

Memoire 2Depuis plus de deux mille ans, Sophia, née en Egypte sous Aménophis III, parcourt le monde en quête de sagesse et de bonheur. Elle se fixe enfin au royaume des Francs dans l’espoir qu’Aliénor d’Aquitaine pourra en être reine.

Forte de sa foi dans le sens de l’Histoire, elle va traverser le Moyen-âge, la Renaissance, les Lumières, le romantisme et les tragédies du XXème siècle, engagée auprès de ceux et surtout celles qui se battent pour la liberté et l’égalité. Parfois mélancolique, souvent passionnée, elle n’a pas renoncé à trouver l’âme-sœur et à transmettre les derniers témoignages de cette mémoire du monde qu’elle a si admirablement incarnée.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 06/10/2014