Liliane Kerjan

e1638710fab4bdd6f204af1fb80ef362.jpg

 

 

Agrégée d'anglais, docteur ès lettres, elle est au cours de sa carrière : professeur à l'université de Rennes 2, directeur de l’équipe de recherche ACE (Anglophonies, communautés, écritures), vice-présidente de l’université Rennes 2, recteur de l’Académie de Limoges de 2000 à 2005; ainsi que Fulbright Professor à l’Université de San Diego, et Professeur invité (Visiting Scholar) à Yale.

Depuis 1986 , elle collabore à La Quinzaine littéraire. Après une biographie de Tennessee Williams sorti en 2010, elle publie en 2012 une biographie d'Arthur Miller, Ce que je sais d'Arthur Miller. La même année, elle reçoit le Prix grand Ouest attribué par l'Association des Écrivains de l'Ouest. Par ailleurs, elle est présidente de l'Institut franco-américain de Rennes depuis 2007.

 

 

Livres chroniqués de cette auteure :

Fitzgerald : le désenchanté, de Liliane Kerjan

9782226248497fs.gif

Cette biographie très alerte fait fi des clichés qui accompagnent la vie de Francis Scott Fitzgerald. D un côté, un jeune écrivain talentueux, beau, marié à une femme excentrique, emblématique de toute une époque, qui, à l âge de 24 ans publie un premier roman, L envers du paradis, au succès foudroyant. De l autre, la chute vertigineuse, qui passe par l alcool, l argent, la folie. Celui que Philippe Sollers appelle le « vaincu exemplaire » et Eric Neuhoff le « romantique absolu » est avant tout un écrivain un des meilleurs de sa génération qui, toute sa vie, tente de régler le conflit fondamental qui le détruit, entre son besoin irrésistible d écrire et « un concours de circonstances acharnées à l en empêcher ». Fitzgerald ne ment jamais ni quand il se saoule, ni quand il se bat, ni quand il fait face aux humiliations, ni quand il revendique son goût du travail bien fait, ni quand il erre de casinos en hôtels. On le découvre ici, personnage attachant, dans son intimité, en bon père attentif qui s occupe de sa fille Scottie, ne délaisse jamais Zelda, et se ruine la santé pour gagner l argent nécessaire à l entretien de son petit monde. Au moment de sa mort, en 1940, à 44 ans, alors qu il s est remis au travail et écrit Le dernier Nabab, il n a plus un sou et on ne trouve plus un seul exemplaire de ses livres en librairie...

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau