Sheridan Le Fanu

 

 

 

Joseph Sheridan le Fanu naît le 28 août 1814 à Dublin. Fils du doyen de l’Eglise protestante irlandaise, il vécut avec sa famille au centre de Dublin jusqu’à son entrée au Trinity College. La fratrie se compose également de Catherine, sa sœur aînée, et de William, qui naît en 1816. Joseph est éduqué par son père, qui lui apprend dès son plus jeune âge le français et l’anglais.

Il entre au Trinity College en 1832, et y étudie le droit dans un premier temps. C’est à cette époque qu’il publie ses premières nouvelles fantastiques, dans le journal de l’Université, Passage in the Secret of an Irish Countess et The Ghost and the Bone-Setter. Il embrasse ensuite la carrière de journaliste, En 1839 il intègre le barreau de Dublin en tant qu’avocat. Puis, en 1841, il devient propriétaire et directeur du journal The Warder. Le Fanu rencontre Susanna Bennett en 1842, et l’épouse en 1844. Le couple s’installe à Dublin, et aura en tout et pour tout quatre enfants (nés respectivement en 1845, 1847, 1848 et 1854).En 1845, il publie son premier roman, the Cock and the Anchor. En 1850, il publie The Mysterious Lodger anonymement, à nouveau dans le journal du Trinity College.

En 1851, Le Fanu publie son premier recueil de nouvelles, intitulé Ghost stories and tales of mysteries. La même année, la famille Le Fanu emménage au 18 Merrion Square, dans la demeure du père de Susanna. Il fera la connaissance de la famille Wilde à cette occasion, dont le fils Oscar est passé à la postérité, autant par son œuvre littéraire que par sa vie dissolue. La femme de Le Fanu décède en 1858 d’une longue maladie. Dès lors, il se consacrera exclusivement à l’écriture de romans fantastiques. Il devient propriétaire du Dublin University Magazine en 1861. En 1864, il y publie Uncle Silas sous forme de feuilleton, considéré par beaucoup comme son chef d’œuvre. Le roman connut même les honneurs d’une adaptation théâtrale à Londres.

En 1869, il vend le journal, et en abandonne la direction en 1872. Toujours en 1869 paraît In a glass darkly, son recueil de nouvelles le plus connu, qui contient entre autres Carmilla, Green Tea et The room in the dragon volant. Il meurt le 7 février 1873, alors qu’il était en train de rédiger son dernier texte, et est enterré au Mount Jerome Cemetary de Dublin.

Carmilla, l’une de ses nouvelles les plus connues aujourd’hui, est depuis passée à la postérité, adaptée par Dreyer (L’etrange aventure de David Gray), Vadim (Et mourir de plaisir), Ward Backer (The vampire lovers) et Sangster (Lust of a vampire).

 

Livres de l'auteur chroniqués :

 

Carmilla, de Sheridan Le Fanu

 

Dans un château de la lointaine Styrie, au début du XIXe siècle, vit une jeune fille solitaire et maladive.
Lorsque surgit d'un attelage accidenté près du vieux pont gothique la silhouette ravissante de Carmilla, une vie nouvelle commence pour l'héroïne. Une étrange maladie se répand dans la région, tandis qu'une inquiétante torpeur s'empare de celle qui bientôt ne peut plus résister à la séduction de Carmilla... Un amour ineffable grandit entre les deux créatures, la prédatrice et sa proie, associées à tout jamais " par la plus bizarre maladie qui eût affligé un être humain ". Métaphore implacable de l'amour interdit, Carmilla envoûte jusqu'à la dernière ligne... jusqu'à la dernière goutte de sang !

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 28/09/2014