Jacques Martel

jmartel-pola.jpg

J'ai chevauché aux côtés des plus grands et assisté à leurs exploits. J'ai marché avec les plus humbles et partagé leurs joies. Tout ce que j'ai vu, je l'ai raconté, puis d'autres l'ont raconté à leur tour, faisant vivre et revivre mes récits. Tant que mes mots vivent, je vis, continue mon chemin, parcours le vaste monde et raconte d'autres histoires…

 

Oui, mes amis, c’est par ces quelques mots que commencent les premiers récits du Libre Maistre, ou Improbable Chemineur comme il est surnommé parfois. Quelles furent les premières années de celui qui fondera, au crépuscule de sa longue vie, la Ligue des Souverains Fabulistes qui s'est perpétuée jusqu'à nous, emportée par l’Expansion, résistant au terrible Effondrement ?

De nombreuses rumeurs courent sur cet homme étrange. Il aurait travaillé dans le domaine de la conception d’usines, de centrales énergétiques, et autres ouvrages d’industrie lourde ; aurait participé, avec deux associés, à la fondation d’une maison d’édition du nom de Harnois, qui publiait des magazines (sur véritable papier) traitant du passé des Origines, cela à une époque où le Réseau était balbutiant ; il aurait utilisé la science des calculateurs de cette même période reculée pour faire renaître des citadelles disparues ; il aurait pratiqué l’Art antique du Jiu-Jitsu, celui de l’escrime ancienne ; participé à des reconstitutions de batailles de l’Age des Ténèbres pré-Expansion ; il aurait habité près de la légendaire Mer Atlantique, mais également en d’autres lieux, dont la capitale Subtile, la ville Eiffel dont le symbole, sauvé, trône maintenant sur E’Rop...

Oui, mes amis, celui qui, avant de coucher l’épique Sacrifice du Guerrier sur papier, rédigeait de courts récits tirés d’anecdotes du passé pré-Expansion, aurait fait tout cela...

Ce que nous pouvons considérer comme sûr, est qu’il naquit de l’union d’une mère du fier royaume de Bretagne et d’un père issu des Terres Normandes, fief des plus vaillants chevaliers qu’il ait été donné de rencontrer, deux régions du pays de la Subtile, langue mythique que seuls quelques Erudits pratiquent encore. Nous savons également que sa passion des récit, des images, de l’imaginaire, fut marquée par les Maîtres des Origines que furent Pierre Pelot, Druillet, R.E. Howard, Caza, San Antonio, Gary Gygax, Jules Valles, les Conteurs de l’Antiquité de cette lointaine époque, et bien d’autres oubliés de nos jours...

La suite, mes amis, je vous la narrerai avec plaisir lorsqu’un peu de bon vin m'aura adouci la gorge. Et je peux vous assurer qu’elle est bien différente de ce que nombre d'entre vous ont déjà entendu de la bouche de certains conteurs peu scrupuleux, qui n'ont pas côtoyé le Libre Maistre.

 

J. R. Bright

 

Source : http://www.mnemos.com


 

Livres de l'auteur chroniqués :

 

Bloody Marie, de Jacques Martel 

213-bloody-marie.jpg

L’humanité s’est répandue dans la galaxie, et ses colonies finirent par être séparées par la distance.

Il y a trois générations, les hommes et les femmes ont recommencé à voyager, donnant naissance à un nouvel espoir : l’Essor. Aujourd’hui, les grandes voies sont à nouveau sillonnées par les navires de commerce qui font la prospérité des armateurs, mais aussi celle de leurs prédateurs : les pirates.

Avec succès, la Ligue et la Flotte ont joué de tout leur poids et de la puissance de leurs corsaires pour mettre fin à l’activité des Forbans du Vide, avant de promettre des amnisties. Désormais, d’anciens pirates traquent leurs confrères. Ces dernières années ont sonné le glas de la piraterie.
Mais, au comptoir d’un des plus anciens bars à matelots, un vieux soutier annonce aux habitués le retour de la terrible fille du feu Ravageur de Mondes : Bloody Marie.

Menée par une colère jamais retombée depuis que la Ligue, quinze ans auparavant, a piégé son père, la pirate refuse de baisser pavillon.

Tous sabords ouverts, les canons prêts à vomir leurs charges de plasma, Bloody Marie lance le Long John pour un dernier raid…

 

La guerre de l'Hydre, de Jacques Martel

hydre.jpg

C’EST AVEC LE SANG QUE S’ÉCRIVENT LES LÉGENDES.

Une cité millénaire au bord du monde, assiégée depuis des siècles.
Derrière ses murs, un jeune messager tente de survivre et de trouver un moyen de fuir.
Devant ses murs, l’armée de la reine-guerrière qui a fait le serment d’ouvrir les Grandes Portes, prête à lancer l’ultime assaut.
À quelques lieux, la terre tremble sous les sabots des cavaliers de l’invincible guerrier que l’on appelle l’Hydre, souverain incontesté des Grandes Steppes.
Pour sa plus grande conquête, il a jeté son dévolu sur la première cité du monde.
Rien, jamais, ne résiste au déferlement flamboyant des soldats menés par le colosse.
Aucun homme, jamais, n’a pu survivre au déchaînement frénétique de ses coups de hache.
Alors que la menace de combats d’une violence inouïe gronde, les destins s’entremêlent et se heurtent de plein fouet au rythme des tambours de guerre : c’est avec le sang de chacun que s’écrira cette histoire de métal, de feu et de fureur.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 02/03/2013