Ann Radcliffe

ann-radcliffe-portrait.jpg

Elle naît au sein d'une famille modeste. Ses parents, William Ward et Ann Oates, tenaient une mercerie-chemiserie ; son grand-père maternel était plombier. On ignore tout de ses études, sinon qu'elle a été élevée dans la région anglicane, ce qui expliquera « l'anti-papisme » imprégnant ses romans.

Fille unique de William et Ann Ward, Ann Radcliffe épouse en 1788 William Radcliffe, diplômé d’Oxford et étudiant en droit. Il quitte sa profession pour se consacrer à la littérature, et devient ensuite propriétaire et éditeur du journal The English Chronicle. Le couple n’a pas d’enfants. Pour s’occuper, Ann Radcliffe commence à écrire des fictions, passe-temps qu'encourage son mari.

Elle publie Les Châteaux d’Athlin et de Dunbayne (The Castles of Athlin and Dunbayne) en 1789. Ce livre donne le ton pour l’essentiel de son œuvre, qui met en scène des jeunes femmes innocentes et héroïques confrontées à de mystérieux barons aux sombres passés dans de sinistres châteaux.

Ses livres sont très populaires dans l’aristocratie et la bourgeoisie montante, notamment parmi les jeunes femmes. On peut noter La Romance sicilienne (A Sicilian Romance) en 1790, La Romance de la forêt (The Romance of the Forest) en 1790, Les Mystères d'Udolphe (The Mysteries of Udolpho) en 1794, et L'Italien (The Italian) en 1797.

Elle meurt de problèmes respiratoires provoqués probablement par une pneumonie.

Ses réflexions sur son propre travail et sur l’époque paraissent en 1826 sous le titre intrigant de Du surnaturel dans la poésie, « par la défunte Mme Ann Radcliffe ». L'ouvrage, sérieux et intelligent, apporte un éclairage intéressant sur cette veine gothique que Mrs Radcliffe a contribué à illustrer.

Source : Wikipedia

 

Livres de l'auteure chroniqués :

Les mystères de la forêt, de Ann Radcliffe

les-mysteres-de-la-foret.jpgUn carrosse lancé à toute allure, dans la nuit, en pleine tempête, un couple fuyant la justice, un arrêt devant une vieille maison isolée sur la lande, occupée par des bandits tenant prisonnière une belle jeune fille … Les Mystères de la forêt est un roman gothique, baignant dans une atmosphère inquiétante sur fond d’architecture médiévale et de surnaturel. C’est pour ce livre qu’Ann Radcliffe mérite particulièrement son titre de « maîtresse du suspense ». Roman d’aventures, c’est aussi un roman de la sensibilité : volupté dans le malheur, émotions exacerbées sont mises en avant. Mais le désir et la sexualité refoulée ne sont jamais loin, dans ce livre dont le sous-titre pourrait être « Adeline ou les malheurs de la vertu ».

 

Les Mystères d'Udolpho, de Ann Radcliffe

udolpho.jpgL'héroïne, Emilie Saint Aubert, affronte de nombreux malheurs dès son plus jeune âge : la perte de ses parents, le remariage de sa tante, sa tutrice, avec un riche et mystérieux Italien.
Udolfo, le sombre château dans lequel Émilie est retenue prisonnière par l'Italien machiavélique, représente toutes les craintes de la jeune fille (et du lecteur). Ce lieu, qui deviendra le symbole de la littérature gothique, est construit, dès ce roman précurseur, comme un labyrinthe menaçant où les esprits se perdent. Les couloirs qu’Émilie arpente la nuit sont-ils aussi déserts qu'ils n'y paraissent ?
Sous la menace de la torture et de la séquestration, Émilie s'apprête à faire la rencontre douloureuse du surnaturel, mais aussi celle de la vérité, perdue dans l'étourdissement de l'illusion et des apparences.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 16/11/2015