Guillaume Sorel

sorel.jpg

Guillaume Sorel entame des études d'architecture avant de rejoindre, en 1983, l'École des Arts Appliqués de Lyon; puis, en 1985, l'École nationale supérieure des beaux-arts|École Supérieure des Beaux-Arts de Paris.

À partir de 1987, il publie ses premières illustrations professionnelles dans les magazines Scales et Casus Belli, illustre des jeux de rôles pour Oriflam (la série RuneQuest) et Descartes, et collabore aux trois numéros du fanzine Karpath.

À l'occasion d'un cocktail organisé pour le dixième anniversaire de Casus Belli, Guillaume Sorel rencontre Thomas Mosdi ; ils réalisent ensemble leur première bande dessinée L'Île des morts (1991 - 1996), publiée aux éditions Vents d'Ouest dans la collection Gris Feu, une série fantastique au scénario lovecraftien, au graphisme gothique, inspirée du tableau homonyme d'Arnold Böcklin.

Au Festival BD de Bruxelles, Guillaume Sorel fait la connaissance de Mathieu Gallié. Leur goût commun pour la littérature fantastique du XIXe siècle et les films de la Hammer les rapprochent et de leur amitié, naîtront un récit pour le Collectif Les Diables, Le Fils du Grimacier et quelques années plus tard la série Algernon Woodcock.

À partir de 1996, débute la série Mens Magna sur un scénario de Froideval puis en 1999, Guillaume Sorel retrouve Thomas Mosdi pour le diptyque Amnésia. En 2000, Guillaume Sorel signe son premier album solo Mother, une sombre histoire de vampires.

En 2002, Guillaume Sorel et Mathieu Gallié lancent la série Algernon Woodcock, l'histoire d'un jeune nain voyageant dans une Écosse fantastique hantée par des esprits lugubres et des créatures surnaturelles. Un spin-off intitulé Contes des Hautes Terres sort la même année.

En 2009, il publie, aux Éditions Casterman le one-shot Mâle de Mer, sur un scénario de Lætitia Villemin.

Guillaume rencontre l'écrivain Laurent Seksik en 2011 grâce aux Éditions Casterman et ils coscénarisent l’adaptation du roman de L. Seksik Les derniers jours de Stefan Zweig. L'album paraît le 22 février 2012, jour commémoratif des 70 ans de la mort de l'auteur autrichien Stefan Zweig.

Après Mother, sorti en 2000, Guillaume Sorel travaille à nouveau en solo et 2013 voit la sortie de l'album Hôtel Particulier.

Guillaume Sorel est aussi illustrateur, signant notamment de nombreuses couvertures de livres, dans des collections fantastiques.

Source : Wikipedia

 

Livres de l'auteur chroniqués :

Hôtel particulier, de Guillaume Sorel

hotel.jpgDe nos jours, une jeune femme se suicide dans son appartement… mais ce n’est que le début de son histoire. Sous le regard d’un chat complice, manifestement capable de continuer à la voir, elle se met à hanter l’immeuble où elle a vécu, témoin involontaire mais intéressé du quotidien intime de ses anciens voisins. Ici un couple illégitime vit une passion charnelle, avec la complicité un peu perverse du mari trompé, là ce sont des parents dévorés d’angoisse face à la disparition inexplicable de leur petite fille, ou encore ce solitaire apparemment capable de faire surgir d’incroyables bacchanales des trésors de sa bibliothèque – sans oublier un jeune peintre sans le sou pour lequel la défunte ressent manifestement une attirance certaine…
À l’opposé d’un fantastique oppressant, tout en empathie et en délicatesse, Guillaume Sorel invite son lecteur à accompagner l’errance de ce séduisant fantôme un peu mélancolique, avec une tonalité poétique très fidèlement transcrite par un dessin au lavis parfaitement maîtrisé. Au terme du voyage, l’amour triomphera de la mort.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau