William Shakespeare

 

 

William Shakespeare est né le 23 avril 1564, à Stratford-on-Avon, dans le comté de Warwick en Angleterre. Son père, John, appartient à la corporation des pelletiers et gantiers, et est maire de Stratford. À l'âge de 7 ans, William entre à la Grammar School , où il apprend, entre autres, à traduire des textes de l'anglais vers le latin et vice-versa. Il fait des études qu'il interrompt assez tôt, la fortune de son père ayant périclité.

Shakespeare épouse Anne Hathaway, de huit ans son aînée. Le 28 novembre 1582, naîtront deux filles et un garçon. Il quitte Stratford en 1587 dans des circonstances que l'on ignore et s'installe à Londres. Il trouve du travail dans un théâtre et révèle son talent en « arrangeant » des pièces achetées aux auteurs. Dans les années 1590, il écrit des poèmes, les premières comédies et des drames historiques. La première date marquante de sa carrière dramatique serait l'année 1591, s'il faut lui attribuer, la seconde et la troisième partie d'Henri VI; en effet, dans le remaniement qui a été fait de ce drame, on trouve des traits d'un caractère à la fois sentimental et comique qui semblent bien dans sa manière.

Avant 1592, on ne possède guère d'indications sur la vie de Shakespeare. On ignore comment et où il vécut. Il est possible qu'il ait écrit ses premières pièces pour des compagnies de province. En 1592, il va se faire remarquer comme acteur et auteur. Il a déjà écrit ses premières pièces, les Deux gentilshommes de Vérone et Henri VI. Son talent réside dans son habilité à transposer en images poétiques sa profonde compréhension de l'homme, mais aussi dans sa capacité à produire une grande variété d'oeuvres. Vénus et Adonis paraît l'année suivante. Cette suite de petits poèmes narratifs est dédiée au mécène Henry Wriothesley, troisième comte de Southampton, tout comme Le viol de Lucrèce, publiée en 1594.

Son talent s'affirme. Sa renommée littéraire grandit sans cesse. Les succès de Shakespeare au théâtre lui valent d'attirer l'attention de plusieurs grands aristocrates. Mais le théâtre sollicite Shakespeare encore et toujours, exigeant chaque fois des intrigues plus nombreuses et plus riches. Ses pièces lucratives connaissent le succès populaire. Il écrit de nouvelles pièces Peines d'amour perdues, Roméo et Juliette et le Songe d'une nuit d'été. La fascination de la mort imprègne les pièces de Shakespeare : le tombeau dans Roméo et Juliette, les ossements et le cimetière dans Hamlet. Vers la fin des années 1590, Shakespeare commence à écrire des pièces plus profondes qui semblent refléter ce qu'il a vécu. Ses craintes les plus sombres ne vont pas tarder à devenir réalité.

Au cours de l'été 1596, à Stratford, sa famille est frappée d'un grand malheur. Alors que William est en tournée en province, il apprend la mort de son fils Hamnet. « La douleur occupe la place de mon fils absent. Elle couche dans son lit, elle va et vient avec moi, elle prend ses jolis airs, me répète ses mots, me rappelle toutes ses grâces et habille ses vêtements vides de sa forme » (Le Roi Jean , Acte III, scène 4).

La compagnie de Shakespeare ouvre, en 1599, un théâtre appelé le Globe. En 1603, Jacques VI d'Écosse, fils de Marie Stuart, est couronné roi d'Angleterre sous le nom de Jacques Ier. Quinze jours après son accession au trône, les comédiens de la troupe deviennent les « Hommes du roi », les acteurs de la cour et du roi. Ces dernières années sont peut-être les plus importantes de sa carrière. Entre 1604 et 1607, il compose ses tragédies Othello, Macbeth (en hommage à Jacques VI d'Écosse) et le Roi Lear. Au cours de l'automne 1609, Shakespaere commence à occuper le théâtre de Blackfriars, qui devient le siège de son activité.

À l'été 1613, le théâtre du Globe est ravagé par les flammes pendant une représentation d' Henry VIII. L'incendie a marqué la fin de la carrière du dramaturge qui s'était déjà retiré à Stratford pour y écrire ses trois chefs-d'œuvre : Cimbeline, Le Conte d'hiver et La Tempête. C'est sans doute le personnage Prospero dans la Tempête, sa dernière pièce, qui nous permet d'avoir l'image la plus précise du Shakespeare des dernières années.

Selon des témoignages écrits, Shakespeare, dont la santé était déjà chancelante, aurait contracté la fièvre et aurait dû se mettre au lit après avoir mangé trop de hareng saumuré et bu trop de vin au cours d'une nuit avec ses vieux amis du théâtre.

Shakespeare meurt le jour de son 52ème anniversaire. Il est enterré le 25 avril 1616, à l'église de la Très Sainte Trinité où il avait été baptisé.

 

Livres de l'auteur chroniqués :

Le songe d'une nuit d'été

À l'heure où les elfes s'éveillent, les humains s'endorment, et il est demandé au spectateur, victime consentante, de croire à la communication improbable de ces deux mondes. Les uns habitent la cité, régie par une loi anti-naturelle et imposée ; les autres demeurent au plus profond des bois, lieu où les lois irrationnelles de l'amour ont libre cours. Thésée juge les amoureux, Obéron les réconcilie grâce à un philtre d'amour qui, tel une encre magique, engendre dans le coeur des amants, comme dans l'intrigue, des bouleversements baroques.

 

 

Hamlet, de William Shakespeare

HAMLET : Voici l’heure sinistre de la nuit, L’heure des tombes qui s’ouvrent, celle où l’enfer Souffle au-dehors sa peste sur le monde. Maintenant je pourrais boire le sang chaud Et faire ce travail funeste que le jour Frissonnerait de voir… Mais, paix ! D’abord ma mère. Oh, n’oublie pas, mon cœur, qui elle est. Que jamais Une âme de Néron ne hante ta vigueur ! Sois féroce mais non dénaturé. Mes mots seuls la poignarderont ; c’est en cela Que mon âme et ma voix seront hypocrites ; Mon âme ! aussi cinglantes soient mes paroles, Ne consens pas à les marquer du sceau des actes ! (Acte III, scène II).

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 11/03/2016